Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Joseph Minet

Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 636
Age : 64
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Joseph Minet   Mer 7 Jan - 5:17

Rimimbrances d' on franc tigneus (1962)

Li sinne si passe a Nameur, e moes d' octôbe 1916.

On bê djoû ariva (2) qui div'na laîd por zèls,
Afice dè kwèri à gangnî d'pus', i lès-i v'na è l'îdèye d'aler disqu'à Nameûr po z-î fé dè comèrce. Tot moussant foû dèl gare, Djôsèf riçûva on côp d'crosse di fusik divins lès reins. C'èsteût l'manîre qu'on Boche èployîv' po fé comprinde à nosse compére qu'i d'vév' roter à dreûte. Si vèyant bouhî insi d'in' ètrindjîr, si song' ni fat qu'on toûr. Vif come li poûre, i s'ritoûrna d'on plein côp, apiça l'gris moussî po li stoumac èt d'on maisse côp d'tièsse, vis l'èvoya àl tére. Sins piède ine sègonde, i dâra d'sus. Come' il-aveût dès fiérs d'ågne clawés à sès solés, i lî tchèssa tant èt tant dès côps d'talons qui l'ome ènnè mora deûs-eûres après. Tot çoula s'aveût passé so mons d'timp qu'ènnè fât po l'raconter. Li flouhe s'aveût rassonlé, mins, dismètant qu'nosse Djôsèf tûsév' àl mâcûle qu'i v'név' dè fé, ci-chal sinta tot d'on côp zûner s'tièsse èt, tot fant on d'mey' toûr so s'talon, i touma d'ine pleinte pèce àl tére. C'èsteût dès policiers boches moussîs à bordjeûs qui l'avît stindou à côps d'matraque.
Qwand c'èst qu'i s'rava, - èsteût-ce dès-eûres ou dès djoûs après, - i s'ritrova stâré èn-on lét d'vins 'ne cèlule là wice qui pus rin n'vikév' por lu. Si tièsse èt sès mains èstît loyêyes. Djondant d'lu, assious à 'ne tâve, deûs sôdârts gradés, qu'avit pus vite l'aîr di deûs moudreûs, lî tapît 'ne måle loukeûre. Sins fé lès qwances di rin, i r'sèra sès-oûy' èt tûsa d'vintrinn'mint po savu là wice qu'èsteût èt poqwè qu'èsteût raloyî. Rin n' lî v'név' è l’îdêye di çou qu's'aveût passé. Nâhî dè tûser èt dè ratûser, i s'rèdwèrma dji n'sés po k'bin d'timp. Qwand i s'dispièrta, il-èsteût è s'plein sins'. Vèyant qu'aveût lès-oûy' a lâdje, onk dès deûs-oficîs s'aprèpa d'lu.

(…)
(prumî coparexhaedje)

On fat 'ne parade d'armes, adonpwis on fat assîr l’amètou divant l’burô, vison-visu dè djudje. Lès sôdârts si t'nît à quéqu's pas podrî lu. C'è-st-adon qui l'djudje, parlant è français, dèrît :
- Samedi dernier, en sortant de la gare de Namur, n'ayant pas obtempéré à l'ordre qu'un soldat vous avait donné et sans mot dire, vous vous êtes jeté comme une brute sur lui, le terrassant à tel point qu'il en mourut. De ce fait, vous avez commis un acte bestial et vous savez ce qui vous attend pour cela. Allons! répondez.
Djôsèf, qui n'aveût nin freûd âs-oûy', dèrit sins tronler :
- Je ne me souviens de rien et j'ignore tout ce que vous me dites.
- Vous dites que vous ignorez tout? Vous n'allez pas me faire croire que vous ne savez rien de ce que vous avez fait. Les blessures qu'on vous a pansées, d'oû proviennent-elles? Allons, répondez!

Djôsèf ni d'ha nin on mot, si bin qui l'djudje bouha s'pogne so l'tåve, tot brèyant on k'mand'rmint è l'al'mand. C'èsteût st-in' orde diné à onk dès gradés po qu'on lî loyah' sès deûs pognes podrî l'aspoya dèl tchèyîre. Nosse plankèt n'èsteût wère à si-åje èt s'dimandév' : « Qui m'va-t-on fé?» ! I sintév' dès grossès gotes di souweûr qui surdihît dizos l’pans'rmint di s'tièsse. Li djudje diha co:
- Si vous ne voulez pas répondre et vous justifier, je donnerai l'ordre pour qu'on vous fasse subir un sort douloureux.
Djôsèf èl rilouka d'vins l's-oûy', come po lî dîre : « Fais come ti vous, dji n'plôy'rè nin.» Li boche l'aveût sûrmint compris; i drovia on ridant, prinda foû ine plate picète d'élèctricien, èl présinta à on gradé tot li d'hant d'lî picî lès deûgts. Come is sont turtos àl pus moudreûs, ci-chal ni s'èl fat nin dire deûs côps. I s'mèta podrî Djôsèf èt lî piça li p'tit deûgt dèl dreûte main. Li doleûr qu'il èdura, on n'èl keureût nin à 'ne bièsse. I s'kitwèrtchiv' tot fant 'ne laide hègne èt foû d'sès oûy' abrotchît dès grossès lâmes qu'i n'polév' rihorbi. A chaque côp qu'on lî d'héve dè rèsponde èt vèyant qu'i n'motihév' nin, on li r'piçîv' li p'tit deûgt. Po poleûr djèmi sins l' fé vèy' à sès bourias èt po s'aîdi à supwèrter sès sofrances, i rèpètév' à tot côp bon:
- Je ne me souviens de rien et j'ignore tout de ce que vous me reprochez.
Li djudje aveût bê braire, si k'taper, si mâv'Ier, Djôsèf tina bon disqu'â moumint qu'on l'disloya. Nin par pitié, mins po fé in' aûte sâye. Li laîd has' fat prinde li p'tite tâve avou l'copie-lète: on sètcha l'gros rèdjisse qu'èsteût d'vins, èt deûs oficîs apougnît Djôsèf èt lî hèrît l’hintche main èl près se à copier. Onk dès deûs k'mînça à sèrer, a pont qu'il ava lès deûgts s'pa tés come dès figues. Ci fourît co, po nasse compére dès longuès munutes di sofrances èt d'lanwihèdje.
Mâgré tot çou qu'il-èdura, lès boches n'arivît may' à l’fé djâser. On l’mâltraîta d'tos lès nos è l'al'mand èt on l'dèlibèra di s'main. Adon, li laîd cafougnî djudje dina l'orde dèl rèminer. Ci fourit tot, après qu'on z-ava co fait 'ne parade d'armes.
T'reûs djoûs po sûre, Djôsèf lanwiha è s'cèlule, inte qwate meûrs, sins vèy' li loumîre dè djoû. I n'vèyév' qu'ine flâwe clarté qui sûrdihév' pol cwârê dèl pwète di fiér. I n'aveût rin po loumî èt s'n'aveût-i nin mînme on pèlé côp d'êwe, qu'âreût polou aswadjî sès mas. Anfin, li qwatrînme djoû, on lî apwèrta on bassin d'êwe, on bokèt d'savonète èt on drap d'main. Divant di s'laver, i houma quéquès grozès leûpêyes, qui lî fît tot l'bin dè monde. Come i n'a eût nou pîngne, i fat raler sès djvès avou sès deûgts. On lî d'na co on croston d'pan èt 'ne dimèye gamèle di cafè as glands. On pô après, on lî r'fat sès pans'mints èt ût sôdârds, bayonète a canon, èl vinît qwèri po l'èminer ènn-ine grande sale, là wice qu'i n-aveût d'djà dès sôdârts. On vèyév' è fond ine longowe tâve di tchînne sculté èt dès faûteûy' garnis d'rodje v'loûrs. A meûr, li pôrtraît da Guiyaûme II si hâgnîv' inte deûs drapôs al'mands, mètous è creûs. A mitant dèl plèce, quéqu's bancs, come ènn-a d'vins lès tchambes di tribunal.

(a shuve)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Joseph Minet
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 21 novembre - Voltaire / François Joseph Charles de Habsbourg-Lorraine
» la Marie Joseph......
» Roule pour moi mon minet [ Éric
» Je cherche Gare au Minet
» Joseph Brocart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: