Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Augustin Vermer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Augustin Vermer   Sam 9 Fév - 7:08

Sicrijhaedje da J.P. Dumont so Augustin Vermer

http://wa.wikipedia.org/wiki/J.P._Dumont

http://wa.wikipedia.org/wiki/A._Vermer

(eplaidî e pårteye pa "L'Ardenne wallonne" (rivowe di Djivet).

-----
Il y a cent ans disparaissait

Le Docteur Auguste VERMER


Né à Beauraing le 10 juillet 1817 et y décédé le 28 mai 1905, il y a cent ans.
Auguste Vermer fit ses humanités au collège de Dinant avant de poursuivre de brillantes études de médecine à Liège. Refusant la chaire que lui proposait l’université, Il revint exercer son art dans son pays natal, au service de « sès djins ». Il partagea le rare temps libre que lui laissait sa profession,
qui l’entrainait parfois jusqu’à la vallée de la Semoy, entre l’éducation de ses treize enfants et la littérature.
S’il se laissa séduire par l’écriture en langue française (1) où il cultiva surtout la fable (2), ce sont ses oeuvres en langue wallonne qui retiendront notre attention.
Il écrira des contes, chansons et fables, dont les meilleures seront reprises dans « Les Cahiers Wallons », le mensuel de le cercle littéraire namurois « Lès Rèlîs Namurwès » en février 1967, à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de sa naissance.
La production littéraire wallonne d’Auguste Vermer se situe à une époque particulièrement propice où se développe un regain d’intérêt pour la littérature de langue wallonne, avec la création en 1856 de la « Société Liégeoise de Littérature Wallonne », devenue aujourd’hui la respectable « Société de Langue et de Littérature Wallonne ». Vermer en deviendra un des premiers membres correspondants non liégeois et nombre de ses œuvres apparaîtront dans les publications de la société.
En s’exprimant dans la langue populaire, une langue qui colle au peuple et traduit le mieux sa mentalité, Auguste Vermer va trouver le juste ton. Ce sont « ses gens » qu’il décrit, ceux au service desquels il a consacré sa vie. Il les connaît à fond car il en fait partie et leur porte un regard à la fois lucide et amusé, car l’humour est toujours présent dans ses textes à l’ironie sous-jacente, mais où l’on devine aussi un humanisme profond. On sent qu’il aime ceux qu’il dépeint
Ces textes constituent également un témoignage sur les mœurs et conditions de vie en Famenne au milieu du 19 ième siècle, ainsi que sur la mentalité de la population. Vis-à-vis des idées nouvelles, par exemple, comme dans « Le Communisme »


Le communisme
. Chanson sur l’air « Du Grenier)

Le Père : Vinoz, Colas, vinoz m’fi qui dj’vos bauje
Qui dj’so contint do vos vèy o payis !
Et vosse pôve mére, come èle sèrè binauje
Do vèy qui vos-avoz quité Paris
Ca d’pôy qui tos cès brigands-là do l’France
Ont co foutu l’monde en rèvolucion
N’s-avins bin peû, n’s-astins todi dins l’transe
Qu’i n’ vos stukèche didins leû batalion

E Fils :Vous, citoyen, qu’une aveugle nature
A fait mon père… et sans me consulter,
Osez-vous bien faire une telle injure
A des héros que l’on doit respecter ?
Grâce aux efforts de leur lutte énergique
Le vieux monde est près de s’écrouler.
Sur les débris de la machine antique
L’humanité va se régénérer.

Le Père :Tos vos cayèts, tote vosse machine antique,
Cà n’ vaut nin l’diâle, dji vos dis m’opinion
Tos vos-zérôs ont flanqué nosse Bèlgique
Didins l’pètrin come dès jolis gârçons :
Lès tch’faus n’vont nin, l’comèrce è-st-en soufrance
V’la lès-emprunts qu’i nos faut co payi
Dji vôrais bin qui l’djâle è l’s-aurait tos dins l’panse
Et lès-enlèverait à cint mile eûres di d’ci.

Le Fils : Si les beautés du divin communisme
Pouvaient entrer dans votre étroit cerveau,
Si vous pouviez saisir ce mécanisme
On vous verrait bientôt sous mon drapeau.
Oui, nous voulons l’égalité parfaite :
Nous sommes tous des frères ici-bas.
Du vrai bonheur, oui, voilà la recette
Nous le tenons, il n’échappera pas.

Le père :Tot ça, Colas, c’èst dès grossès bêtises
On v’s-a flanquè on fameûs côp d’martia
Vos qu’a d’ l’ èsprit, vos crwèoz lès sotîses
Qui v’s-atindoz di cès-ârlèquins-là !
Quî c’ qui vôrè plantè lès canadas ?
Gn-a-t-i on seûl qui sèrè assèz bièsse
Po v’lu sogni lès vatches èt lès pourcias ?

Le fils : Il faut d’abord que les biens de la terre
Soient partagés entre l’humanité ;
Car, vous savez, quoique propriétaire,
Que c’est un vol que la propriété.
Jusqu’à présent, tous ces riches avides
Ont exploité le peuple malheureux
Nous n’aurons plus désormais les mains vides ;
Le pauvre aussi boira bien du vin vieux.

Le père : A mwins qu’ lès-omes ni vikèche come dès bièsses
Cn-aurè todi èt dès grands èt dès p’tits,
Et si vos v’nîz à paurti lès ritchèsses,
V’s-aurîz bintôt afamè tot l’payis.
Gn-aurè nolu po-z-ècrachi vos botes,
Gn-aurè nolu po vos fè à mougni
Cn-aurè nolu po brouchetè vos culotes
Cn-aurè nolu po wîdi vosse pot-d’ nwît.

Le fils : Jusqu’à présent aussi la femme était esclave ;
Nous lui rendrons toute la liberté
Du mariage on va lever l’entrave ;
Son cœur sera pour toute la cité
De vos enfants vous n’aurez plus la gêne
On les mettra tous en communauté.
Vivant ensemble, ils apprendront sans peine
La douce loi de la fraternité.

Le père : Po lès-èfants, lès coméres èt l’mariadje
Vos causoz-là come on franc polisson.
E-st-i possibe do t’ni on s’faît mèssadje
Por on djonne ome qu’a r’çî d’ l’ èducâcion ?
On-ome qu’èst brâve ni prind qu’one seûle comére
I n’vike nin come lès Turc’ ou lès Chinwès…
Si lès-èfants n’conuchint nin leû mére
I sèrint co pîre qui lès p’tits djonnes couchèts.

Le fils : Je vois assez que dans votre Belgique
On aime encor les choses d’autrefois
Mais vous aurez bientôt la république
Le peuple alors vous dictera ses lois.

Le père ( l’interrompant) :
Non, non, Colas, nos vlans nin d’ tès bêtises
Ci sistème-là n’èst bon qu’po les Français
Va-z-è au djâle avu tès comunisses ;
N’s-astans contints, nos-auderans nosse rwè.

(a shûve=)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Augustin Vermer   Sam 9 Fév - 7:09

Le contraste entre les propos pleins de bon sens du paysan et ceux de son fils communiste, est encore accentué par le fait que l’un s’exprime en wallon, la langue du peuple, et l’autre en français. Le même contraste se retrouve dans la chanson « Une visite électorale » (1854) dans laquelle le riche paysan ( c’est l’époque du suffrage censitaire) s’exprime en wallon et le candidat député en français.
Une des chansons les plus connues d’Auguste Vermer est sans doute celle où il évoque la vie difficile d’un médecin de campagne. Voici « « Lès miséres do médecin » datée de 1855 et interprétée sur l’air de « Contentons-nous d’une simple bouteille ».

Lès miséres do médecin (3)

Quand dj’a sôrti do l’sicole di m’ viladje,
On m’avait dit : « Waîtoz d’ vos fè médecin,
« Dins tot l’canton, vos-auroz di l’ovradje
« V’s-îroz a tch’fau, v’ gangneroz brâmint d’ l’ârdjint »
Dji studia don, pour dj’ala à Baviêre*
Sîre li clinique èt-z-aprinde à singni
Mès chèrs-amis, qués puwantès miséres
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

On côp médecin, sji rarive à l’ Faumène ;
C’è-st-on payis u ce qui lès djins sont bons ;
Maîs po vraî dîre, nos-èstans près l’Ârdène ;
Brâmint dès pîres èt wêre di patacons
I faut qui dj’gripe lès chavéyes èt lès tiènes
Po li rwè d’Prusse, ou sins ièsse fwârt payi,
Fè dol médecine u ce qui lès boûsses sont tènes
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

Quand gn-a on-ome qu’èst mwârt di s’maladîye
On dit tot coûrt qui c’èst mi qu’ l’a tuwè
Maîs au contraîre si djé lî chape li vîye
On dit qui s’t-eûre n’avait nin co sonè
Quand i strind fwârt, on m’faît bin dès caresses,
Come timps d’ l’oradje aus sints do paradis,
Mins, bin pwartant, on rovîye sès promèsses.
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

Quand tot d’lani, dji rarive à l’vièspréye
Qui dj’aî sopè èt qui vo-m’-là coûtchi,
Dji m’rafîye bin do fé l’crausse matinéye,
Maîs v’là qu’à l’uch on bouche à tot spiyi.
« Monsieû l’médecin, faurè v’nu à Fèlène
Gn-a m’pére qui stranne, i faut vos dispêtchi. »
En chôpiant m’tièsse dji di cint cops : Môrguène !
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

Dji m’apontîye èt nos-èfilans l’vôye,
Pa lès wachis’, lès basses èt lès cayaus ;
I tchaît dol pleuve, i faît spès, dji m’anôye,
Di timps-in-timps dji sokîye su mi tch’fau.
Maîs tot d’on côp volà qu’i tchaît su s’tièsse,
Dji vole à têre èt dj’su tot mèsbridji.
Dji m’ragrabouye èt dji r’monte dissus m’bièsse.
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

Nos-arivans à l’maujon do malade,
Dj’lî tire l’oucha qu’il avait o gosî,
Pus, djè lî di : »Dji vôrais, calarâde,
Jusqu’au matin m’alè on pau coûtchi. »
Vo-m’-là stindu , bin contint, su m’payasse,
Maîs pa lès puces dji m’sin bintôt k’mougni
Dji m’kitape come on pèchon qu’on fricasse
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî

On côp, dol chîje, en riv’nant d’on voyadje
Dji m’dispêtchais d’rariver o l’maujon.
Maîs, come on faît li fraude à nosse viladje,
On douwanier dwârmait drî on bouchon.
Tot-asbleuwi en sôrtant di s’ somèy
Avou s’fisik il adâre après mi
I tire on côp, li bale chîle à m’orèye
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

On côp, mi tch’fau qui courait on pau vite
Avait tchèyu ; dj’ m’avais dismètu l’brès.
Lès brâvès djins vinint m’ fè one visite
(Ca faît do bin quand on v’ vint consolè)
« Ci-t-afaîre-ci, d’djèt-on, s’rè profitâbe
« Aus-ôtes malades qui v’s-auroz à sogni
« Ca vos rindrè pus doûs, pus charitâbe. »
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

Dj’ai d’tos costès one fameûse concurrence ;
Gn-a dès sôrcîs, gn-a co dès chârlatans.
Po bin dès maus on-z-a minme confiyance
A quèque madame qu’a dès fwârts bons-onguents.
Pus, lès curès si mèlait do l’médecine ;
Li cia d’Focant n’s-a bin faît aradji,
Et co on pau, n’s-aurins criyi famine
Li diâle èvole in parèy tchin d’mèstî.

Si par asârd dji faî one richinchète
Et qui dj’invite quèques-onk di mès-amis
A pwinne avans-dje displèyi nosse sêrviète
Qui l’onk ou l’ôte vint po m’vinu qwèri.
Dji m’diburtine, dji faî one fwârt laîde trogne,
Maîs l’afaîre prèsse, i faut quiter l’plaîji…
Et d’ssus ç’timps-là, on va bwâre mi bourgogne.
Li diâle èvole on parèy tchin d’mèstî.

 L’hôpital de Bavière à Liège.

On relèvera parmo ses autres chansons Li dicause consacrée à la fête et au bon vin, Lès novèlès contribucions éternel sujet de récrimination et surtout Li djonne sôdâr où transparait en filigrane le drame que constituait le service militaire pour le pauvre paysan malchanceux au tirage au sort


Li djonne sôdâr (1858)
Air : Gastibelza (4)

On djonne sôdâr qu’on c’mandait po l’ârméye
Quitait Biaring.
En sospirant, i d’djait à s’ bininméye
Dj’ su bin chagrin
Dji pièd lès djambes, dji n’saurè montè l’tiène
Dj’aî l’coeûr si p’tit,
 ! Si bintôt, dji n’ rivin à l’Faumène
I m’faut mori.

En tot r’waîtant li clotchî di s’ viladje
I somadjait.
Et co cint côps au c’mincemint di s’voyadje
I s’ritoûrnait.
Volà, d’djait-i, mi maujone èt v’la sène
Braît-èle ossi ?
 si bintôt, dji n’ rivin à l’ Faumène
I m’faut mori.

Au bout d’ quéque timps i sondjait qui s’maîtrèsse
L’avait roviyi
Et l’pôve valèt, i ‘nn’aurait pièrdu l’tièsse
Ou-z-è langui.
Maîs on bia djoû, èle li vint tirè d’pwène
Elle avait scrît
 ! Si bintôt vos n’riv’noz à l’Faumène
I m’faut mori.

Vo-l’-là, su l’ côp après awè lî s’lète
Tot ragaîyi.
A l’ègzêrcice i c’minçait à s’rimète
Avou plaîji.
Dj’aurè di-st-i, quand mi masse sèrè plène
Quéques djoûs d’condji.
Et dj’èrirè fè on toûr à l’Faumène
Po n’nin mori.

On va trouver ensuite une série de contes versifiés, avec à chaque fois une chute amusante, mais qui n’est que prétexte à l’évocation de coutumes, de scènes de la vie courante ou de personnages typés. Relevons par exemple : la mission (Li baube do capucin),le loup (Li pûnicion do leûp),.le diner de curés (Li tôrturèle),le médecin et ses patients (Li Wachotadje) ,la veillée de l’agonisantLi curè malade),,la naissance (Li via èt l’èfant)… et bien d’autres. Retenons particulièrement Li tièsse do p’tit Jésus qui décrit les efforts pathétiques d’une vieille fille ( Une « vieille jeune fille » dit-on en wallon)pour trouver un mari.

Li tièsse do p’tit Jèsus

One djonne comére qu’avait d’abôrd trinte ans
Aurait bin v’lu s’mariè maîs n’avait pont d’galant.
Lès bias rubans, lès crinolines,
Lès p’tits côps d’oûy, lès doûcès mines,
Ele sayait d’tot po-z-atirè
L’mouchon dins sès folèts,
Maîs pont n’î v’nait.
A l’fin èle si dècide por on pèlèrinadje
Et vo-l’-là à voyadje.
Arivéye à l’èglîje, èle s’agngnole à l’autè
U ç’ qui l’Viêrge si troivait.
Li p’tit jèsus avait one tièsse
Qui barloquait èt qui toûrnait
Quand l’vint chouflait
On pau fwârt pa l’finièsse.
Après-awè fini
Do bin priyi,
Ele dimande a l’ Sinte viêrge .En’don, mi bininméye,
Qu’à l’fin di c’-t-anéye-ci dji sèraî sûr mariéye ?
Li p’tit Jèsus faît sine « nèni ».
« Taîjoz-vos, di-st-èle, pitit malapris,
« Lèyoz causè vosse mére.
« Vos-astoz co trop djonne po rèsponde à m’ priyére. »

Auguste Vermer devait bien évidemment aussi s’essayer à l’adaptation des fables de La Fontaine les plus connues : Li coq d’awuis’ èt l’framoûje »( la cigale et la fourmi), Li leûp èt l’cigogne , li guèrnouye èt l’boû et à l’incontournable Li cwârbau èt li r’naud qui est sans doute la fable la plus adaptée au monde.

Rahoucas.

1) « Poésies du Docteur Vermer » Editions Wesmael-Charlier. Namur 1905
2) Maurice Piron écrit à ce sujet dans son anthologie wallonne ( Mardaga, Liège 1979) : …il se fit l’émule de Rouveroy et du baron de Stassart : ses vers ne dépassent pas une honnête médiocrité.
3)Nous avons du mal à imaginer aujourd’hui les dures conditions dans lesquelles étaient exercées autrefois la profession de médecin de campagne. Je me souviens qu’enfanton évoquait, pour s’en amiser, la figure d’un ancêtre direct Henri-Joseph Henroz (1781-1864), lui aussi médecin en Famenne ( à Harsin), que son cheval ramenait endormi à sa maison. Je comprends mieux à présent qu’appelé de nuit, par tous les temps, dans l’obscurité la plus complète, au chevet d’un malade ou pour un accouchement difficile, il ait laissé au retour, épuisé, la bride à son cheval. L’apparition de l’automobile allait changer beaucoup de choses, bien que…J’ai rencontré récemment une alerte octogénaire qui m’a raconté devoir la vie à un de mes onclesmédecin de campagne qui l’avait opéré d’urgence, quand elle était jeune fille, d’une péritonite, Sur la table de la cuisine de la ferme familiale.
Les vicissitudes de la vie du médecin de campagne sont également évoquéesavec humour par Jules Pirot (1877-1955) dans « Li fârce dà Rigolèt »dont Robert Delieu donna une excellente interprétation. On se souviendra que Robert Delieu réalisa pour la télévision belge dans les années 70 une très bonne adaptation du « Thanasse et Casimir » d’Arthur Masson.
4) Cet air de Gastibelza n’a rien à voir avec celui que Brassens donna à son adaptation du poème de Victor Hugo. Il s’agit en fait d’un air de Monpou qui devint très célèbre dans toute la Wallonie lorsqu’en 1854 le poète liégeois Nicolas Defrecheux (1825-1874) le choisit comme support de sa chanson Lèyîz-m’ plorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Augustin Vermer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Campagne] TULEAR - IFATY - SAINT-AUGUSTIN - ANAKAO
» Bienvenue Augustin
» née le 25 décembre 1941 à la clinique Saint Augustin lyon
» Sarkosy en Normandie, dans le Perche.
» Dubois Levasseur Bellami Margueritte Roussel Fleury Godefroy Mauconduit Lambert Crevon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: