Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Firmin Callaert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 603
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Firmin Callaert   Mer 6 Juin - 8:07

On va co bénrade erfoesti li sovnance del rascråwe (catastrofe) do Bwès do Cazî

http://wa.wikipedia.org/wiki/Rascr%C3%A5we_do_Bw%C3%A8s_do_Caz%C3%AE

L' ocåzion di replaidî (ripubliyî) sacwants tecses so les houyires.

Vo ndè cial onk da Firmin Callaert

http://wa.wikipedia.org/wiki/F._Callaert

Dji vos l' lai e carolo; i serè bénrade e rfondou so l' Aberteke

Môrt au djoû

da : Henri Delvigne, ratourné e walon pa Firmin Callaert, divins "Fosse" (1944)

On èst v'nu m' quér, en m' disant qu'il aveut atrapè l' baye su s' dos; èt qu'i n'duveut d'jà pus yèsse du monde.

Come d'èfèt, il a rindu l'âme, su l' lit du dispensére, ès' tièsse d'ju d' sang r'tcheûte en arière, ès' bouche drouvûwe èrloyîye à s'pwètrine pa in filèt d'sang r'sètchi.

Ça s'aveut passè à l'sôrtîye d'in tchaûr à prolonge qu'aveut diskèrtchi sès âbes dins l' coû. I r'sèreut l' baye dirî l'tchaûr. El' chabot du frin, pris intrè deûs bâres, a satchi l' baye wôrs di sès gonds èt l' vi l'a yeû su s' dos. In pus djon-ne âreut scapè, mins li, à passè sèptante ans, s'a fèt prinde.
Après swèssante ans d'fosse sins 'ne grète, vèl'là tuwè en plin soya, èt en face di s'maujo.

El' mèd'cin tire ès' fraque, èrtrousse sès mantches; adon, disbîye à mitan l' môrt, sint pâr-ci, pâr-là, l'achîd, lyi r'mûwe ès' tièsse su sès spales. Ele tchin-ne du cô croque; c'èst pâr-là qui l' viye a couru èvoye èri di c' côrps-là ûsè pa l'bèsogne.

Dins yeune dès vîyès baraques prèsses à tchére, qui s'ront bén râde èrcouvrûwes pau tèri, ène viye cheure di quatre-vingt-twès ans lyi aprèsse asteûr si r'sinér qu'èle va lyi apôrtér su l'coû avou s' blanc bonèt.
Il èst timps d'è l' prév'nu, di lyi dire qu'i n'âra nén dandji di târtines ni d' cafè audjoûrdu ... ni pus jamés.

Ele a tcheût fwèbe en apèrdant qu'il èsteut d'vènu malâde ...
Adon, il a falu tout lyi dire, pou poulu èbârquî sès bèlès loques èt in drap d' lit pou lyi chèrvu d' linçoû.

Dilé l'baye stauréye à l'tère, nos èstons saquantes qui fèy'nut s'arètér lès passants; deûs gendârmes mârquant lès dîres dès tèmwins, l' dirècteûr qui splique èl' drame à s' façon, en moustrant lès places avou l' dibout di s' baston, seûr' di n' nén yèsse disminti pa tous lès céns qui sont là. Et su lès pavès, ène pètite basse di sang achèv di sètchi.

Asteûr, deûs tapeûs d' mârtia r'drèss'nut yun dès gonds ployi èt r'luv'nut l' baye. El' sang sètchi, lès djins s' èvont - tout au mwins lès céns qui savént bén pouqwè is èstént là. Et tout s'èrtrouve come s'i n'èsteut rén arivè ...
Deûs djoûs après, èviè wit' eûres au matin, nos travèrsons l' coû d'sértéye èt nos nos r'trouvons d'vant l' pètite maujo. In drap nwèr' pind di d’seu d’ l' uche. I fét vrémint ène bonté ... èt du soya ... Ele èst vrémint r'tiréye, èle pètite maujo, au pîd du tèri, intrè dès djârdins èt dès pachis; ène pètite pîssinte amwin-ne dès bindes di djins en costume di dimègne.

Après z'awèt donè l' mwin aus' omes qui sont-st-autoû du cèrcueuy', nos dalons vîr' èle viye djin d'meuréye avou lès feumes dèl' parintéye, dins l' cûjène.

Nwèr' su blanc, lès abiy'mints d' deuy' fèy'nut tatches su lès murs blankis à l' tchausse raguèyis pa dès sintès' imâdjes. Ele viye feume èst-st-achide, lès is n' miyète pièrdus, èle pia toute ratatinéye, avou dès poques bleuwes, souv'nîrs dè l' fosse. On dwèt lyi dire deûs twès côps: «- C'èst lès mésses dè l' fosse ... c'èst lès mésses dè l' fosse ... » Ele finit pas comprinde
èt fét: «- Ah", Ah .. , »,

Et èle s'aspoye su l' baguète di l'istûve en ratchaw'tant, au triviè d' sès lâmes, dès pauvès paroles qu'on n' comprind nén,
En ratindant l' curè, nos d'meurons avou nos pids dins l' roséye à r'conèche lès djins fét à fét qu'is ariv'nut. V'là lès baw'teûs, èt lès yèrtcheûscs avu leûs tayeûr's clér's èt dès tchapias à la môde; èv'ci l' mésse porion d' gnût qui vént di r'montér èt qu'a yeû djusse èl' timps di dalér s'èrnètchî n' miyète.

Is vèn'nut tèrtous chûve èl' cén d'intrè yeûsses qui s'èva èt pèrd'nut come si c'èsteut pour yeûsses èl' sins-jin-ne du curè qui, vout dè fini an pus râde avou ène afère di p'titès djins, èl' cèrcucuy' pauvriteû en blanc bos payi pa l' sôciètè, come èl' corbiyàrd di quatième classe, pasqu'i gn-a pon d' cénquième.

A l'èglije, lès fiyes di fosse prîy'nut onétremint pou l'âme du vi. Adon, dji lès wèt sondjant, m' chène-t-i à l' chance d'awèt in djoû d'libèrté qu'is duv'nut au môrt, mins qu'èles vont, bén seûr' arindji pou p'lu profitér di toutes lès bounès afères qui sont seûl'mint pou lès viquants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Firmin Callaert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pêcheur de carpes tombe sur un piranha en Saône-et-Loire
» Procès Christophe Firmin : «Avec Patricia,on rigolait bien»,assure l'accusé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: