Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Li langue nåcionåle (C. Simonon)

Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 636
Age : 64
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Li langue nåcionåle (C. Simonon)   Mer 3 Jan - 15:52

Li langue nåcionåle (Charles-Nicolas Simonon)

écrit pendant la période hollandaise , vers 1822, où le roi Guillaume d'Orange voulait imposer le hollandais (le néerlandais standard n'existait pas encore) comme langue nationale de toute la Belgique

I.

On-z ôt pårler ås Bas Payis
Di totes sôres di lingaedjes.
Vinoz vier cial, alez vier la,
C' est on novea ramaedje.
On-z ôt flamind, almand, francès,
Olandès. Kimint, diale,
Pout on pretinde ki l' olandès
Soeye nosse langue nåcionåle !?

(On entend parler aux Pays-Bas // toutes sortes de langues // Venez par ici, allez là-bas // C'est un nouveau ramage // On entend le flamand, l'allemand, le français // le hollandais. Pourquoi, diable, // peut-on prétendre que le hollandais // soit notre langue nationale.

II.

On lingaedje, c' est on vraiy sovrin
Ki ringne so s' teritwere.
I wåde ses limites, et s' terén,
Et dvins, les mintént foirt
On lingaedje, minme ritche et pouxhant,
Respectêye si vijhnaedje.
Il est bén råle ki so cint-z ans
Il î wangne on viyaedje

Une langue, c'est un vrai souverain // Qui règne sur son territoire // Il garde ses limites et son terrain // et, au dedans, les maintient fort // Une langue, même si elle est riche et puissante // Respecte son voisinage // Il est bien rare que, sur cent ans // Elle y gagne un village.

III.

Si vos prindrîz, vos, grands sovrins,
Li lingaedje po modele,
Vs respectêyrîz mî vos vijhéns,
Vs åriz l' påye avou zels.
Les peupes n' årènt nén a plorer
Tos vos ravaedjes di guere,
Ni tant d' cint meyes omes axhorés
Po sacwants bokets d' tere.

Si vous preniez, vous les grands souverains // les langues comme modèles // Vous respecteriez mieux vos voisins // Vous auriez la paix avec eux // Les peuples n'auraient pas à pleurer // Tous vos ravages de guerre // Ni tant de centaines de milliers de personnes tuées // Pour quelques morceaux de terre.

IV.

On dene bén des lwès a ene nåcion
Mins nén èn ôte lingaedje.
Li sinne bråve les revolucions,
Les gueres et les ravaedjes.
S' ene ôte nåcion nel vént tchessî
Ådfoû di s' tere natåle,
Todi s' lingaedje s' î fwait oyi;
Todi s' langue nåcionåle.

On donne bien des lois à une nation // Mais pas une autre langue // La sienne brave les révolutions // Les guerres et les ravages // A moins qu'une autre nation ne vienne la chasser // en dehors de sa terre natale // Toujours sa langue s'y fait entendre // toujours sa langue nationale.

V.
Lidje est walon, Tongue est flamind
Ces deus vijhinès veyes
Ont-st avou li minme govienmint,
Tofer el minme patreye.
Tongue n' a djamåy pårlé walon,
L' lingaedje del capitåle,
Et a todi pårlé tîxhon :
C' est s' lingaedje nåcionå.

Liège est wallon, Tongue est flamand // Ces deux villes voisines // Ont eu le même gouvernement // Sans cesse (elle ont eu aussi) la même patrie // Tongre n' jamais parlé wallon // La langue de la capitale (= Liège, la capitale de la Principauté) // Et a toujours parlé thiois // C'est sa langue nationale.

VI.

Après tos ses fameus espwès,
Totes ses victweres briyantes,
Bonapåre vola kel francès
Fouxhe li langue di l' Olande.
Ene si tant disråjhnåve volté
A lu-minme fout fatåle.
Les peupes vindjît leu liberté
Et leu langue nåcionåle.

Après tous ses fameux exploits // Toutes ses brillantes conquêtes // Bonaparte voulut que le français // Fût la langue de la Hollande // Une volonté si déraisonnable // A lui-même fut fatale // Le speuples vengèrent leur liberté // Et leur langue nationale.

Shûte do tecse e walon : http://wa.wikipedia.org/wiki/C._Simonon


Dernière édition par lucyin le Dim 7 Juin - 2:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 636
Age : 64
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Li langue nåcionåle (C. Simonon)   Mer 3 Jan - 15:53

---
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 636
Age : 64
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Li langue nåcionåle (C. Simonon)   Jeu 2 Juil - 14:25

Les deus cazakes

Èn ovrî, djinti et sincieus
Wangnive des foirt bounès djournêyes.
Il ouxhe polou, so pô d’ anêyes
Wårder abeymint peme pol soe (seû).
Mins les ovrîs sondjèt i måy
A rispårgnî ene pitite sacwè ?
Tos les dimegnes, c’ est di s » fé gåy
Et di dispåde å cåbaret
Tot çou k’ il ont wangnî sol samwinne ;
Et l’ leddimwin, sovint l’ migrinne
Les espaitche eco d’ travayî.
Po ndè rivni a nost ovrî
Il aveut stou on djoû al fiesse ;
Endè rivna tot fjhant des S
Tård al nute ou timpe å matén
Li boûsse tote vude et l’ coir tot plin.
Mågré k’ ses djambes n’ estént nén bounes,
Ele li repoirtît e s’ måjhone
Sins l’ fé toumer. Arivé la,
Po s’ mete e s’ lét, i s’ dismoussa.
Mins il ala pinde par azår
Si noû abi, si si bea tchamård
Addé s’ cazake tot dclicoté
K’ i n’ meteut måy ki po-z ovrer.
Mins ci fourit bén ene grande afwaire
Ene afwaire si estrordinaire
Cwand l’ pont do djoû cminça a vni :
Ç’ fourit carele inte les abis.

Li noû abi cminça l’ atake
Tot s’ adressant å vî cazake :

« Wice so dj’ ? Wice m’ a-t on cial metou
Surmint ki m’ mwaisse esteut bablou
Po n’ nén mi rmete, mi, ritche et nôbe,
El plaece d’ oneur di s’ gårdirôbe.
Mi mwaisse divreut portant sondjî
A çou k’ i våt, cwand m’ a moussî.
C’ est mi tot seu k’ el fwait valeur ;
Les tchapeas lyi fjhèt sierviteure,
Et totes les bokes, d’ on ton gråcieus,
Nel lomèt pus adon k’ « monsieu ».
On lyi fwait djoye, et on l’ caresse.
K’ i magne dorêye, k’ i magne rosti,
S’ i boet do vén, c’ est avou mi.
Kimint don m’ mwaisse a si pô d’ cour (keûr)
Di mi, ki lyi fwait tant d’ oneur,
Ki d’ m’ aler mete tot come çoula
Addé on måssî galopea :
On vî cazake tot rimpli d’ pîces (pèces)
Tot a bribådes, et k’ flaire li pesse ;
Ki m’ epoufkene eyet ki powe (poue),
Et m’ fé prezint di pouces et d’ pious.
Neni, dji n’ m’ a co måy di m’ veye
Trové dvins ene si måle kipagneye. »

Li noû abi insi pårla
Å vî cazake ki responda :

N a lontins ki dj’ fole so m’ coraedje
Po t’ leyî dire tant d’ sots messaedjes.
Mågré k’ dji n’ soeye k’ on vî abi
Dji t’ aprindrè ki dj’ vå mî k’ ti !
Dji t’ aprindrè k’ on vî cazake
N’ est ni feneyant, ni calfak.
Po t’ atchter, glorieus baligand,
Kî est ç’ don k’ a wangnî ls aidants ?
C’ est mi avou m’ mwaisse, la ki doime (dwért)
Ca n’ overe nén s’ i n’ m’ a so s’ coir (cwér)
Ti pormoennes, et ti fwait l’ monsieu
Et mi dj’ overe cial e l’ ovroe ! (ovreû).
Ti magnes do rosti, del dorêye,
Et mi do noer pan, del makêye.
Dji boe d’ l’ aiwe, et ti boe do vén.
Ti dispåd tot et ti n’ wangne rén !
Ti baligande, ti vas ås fiesses ;
Ti fwais nosse mwaisse sô come ene biesse.
Mi dj’ overe, dji wangne des aidants ;
Dji les raspågne, ti les dispås.
Dji so cial, et ki dji m’ sansoûle (ki dji m’ sansoûlêye).
A travayî tote ene djournêye
Po fé å mwaisse do bon profit ;
I sereut très ritche avou mi.
Mins on li rwene : c’ est s’ bea tchamård
Ki n’ est k’ on magneu d’ pan payård,
Et ki dispåd tot a målvåt
Po çou k’ i n’ sait çou k’ l’ årdjint våt.
C’ est a-z ovrer todi sins cesse,
Ki dj’ m’ a cxhiyî, ki dj’ so-st a pîces (pèces);
Et dj’ edurreu k’ on forsôlé
Mi meprijhaxhe sins m’ ripårler !
Mi dj’ fwai viker, lu rwene nosse mwaisse.
C’ end est assez, i fåt k’ dji m’ taijhe !
Dji n’ vou nén pårler pus lontins ;
Dji so tot rôgue, dji n’ di pus rén ;

E finixhant cial ene dispite
Ki pôreut durer disk’ al nute,
Li vî cazake aveut råjhon.
L’ ôte ki n’ poleut rén dire di bon
Djha des biestreyes, e s’ måvlant foirt
Come f’èt sovint les cis k’ ont toirt.
Li vî abi n’ responda pus.
Come il aveut l’ råjhon por lu,
I saveut bén k’ c’ est ene loignreye
Ki di responde a des biestreyes.

Mins l’ ovrî, k’ esteut dispierté,
E s’ fôme-clôse, aveut tot schoûté :
Tote li dispite, tote li carele
Ki ses cazakes avént inte zels ;
I dmaneut la tot esbahi
Et sins bambyî, et sins moti.
Après, il aprova l’ djustesse
Des råjhons do cazake ås pîces (pèces).
I fjha co pus, i fjha co mî :
I s’ meta so tot èn ôte pî.
I cwita tote li måle goviene
K’ el moennéve tot droet a si rwene.
I candja si bén todoncô
K’ on nel voeya djamåy pus sô ;
K’ i n’ ala pus dispåde ses wangnes
Å cåbaret ; k’ i fjha des spågnes.
So sacwantès anêyes di tins,
Atchta ene måjhon avou djårdén
Et pôcapô out des ritchesses
Po viker a si åjhe e s’ viyesse,
Et fé des grandès tcharités
Ås vîs ovrîs ki vnént briber ;
Ås vîs ovrîs k’ el måle goviene
D’ aler s’ fé sô dvins les tavienes
Aveut redwit, dvins leus vîs djoûs
A vni dmander leu pan so s’ soû.

Charles Nicolas Simonon, 1835, divins : Poésies en patois de Liège, 1845
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Li langue nåcionåle (C. Simonon)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Li langue nåcionåle (C. Simonon)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Langue de bib
» Le Polonais comme Langue étrangère
» langue et identité
» Audio: langue normande.
» Langue Normande en 1658. Rouen.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: