Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Gaston Lucy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Gaston Lucy   Jeu 8 Sep - 11:10

https://wa.wikipedia.org/wiki/Gaston_Lucy

Lu diâpe maçon

(sicrijhaedje di dvant Feller)

Là longtimps allè du ç' t' affwaire-là ku dju v' cause, là des siéques.
Çu t’année-là don avot sté foirt mwaige (mauvaise) i l'avot plû d'abaur tout l' timps jusqu'à bin avant dins mwès de sètembe, si bin k' toutes les r'coltes û à pau près astint au diabe (perdues).
Ainsi pou l' fûr wai, on n'è seul'mint su fwaire in cogeai (veillotte), i l’è pourri s' les tchamps. Tout le monde astot bin désolé...
In djon-ne sinci, k'astot marié d'puis waire du timps, s' n'è co r'sintu pî k' les autes, i comptot toudis rawè du bai timps è i l’avot toudis r'mettu pou fwaire bauti ène grègne.
Les vî du viadge l’i avint d'né à conseil, ça wai : « Va survey-yî tes houmes, tes ovris dins les tchamps, l'ou-yïe du chef, du mwaisse vaut la mitan du l' rucolte, comme ça t'è pu d' djaubes, tu d'minuwe la paurt du mèch'neu, è... t' dène in troijime brès aux cî k' t'occupe quand i t' savat avau-là. ».
I l'è chouté les conseils des blancs tch'fè.
Mais maugré tout, l'année n'astot nin furieuse (fameuse) è les ci k' avint causé è apaitchi l’ sincî d' bauti sa grégne ont sté la cause du sa ruine, i n' l'ont nin v'nu aidî è l'i l'ont lai-chî tirer s' plan tout seu.
In djou à l’ nute, lu grand Prosper, comme on l' loumot ruv'not à sa maujon, bien odé è bin trisse à tuzant s' malheur.
I s' digeot k'i n' tir'rot nin 100 francs d' ses r'coltes, k'i n' saurot pa-yi ses rindadges è ku final'mint k’i s'rot oblidgi d'aller s' lower comme domestique du since û ç' k’on vaurot l'embaucher.
Oh ! çu n'è nin pour lou k'i s' catibulot ç'astot pou sa femme è s' pitit valet.
Des cî k' aurint sté dins ç' cas-là è co bramint là, aurint mau tourné.
I l'è sté s'ascoiti d'zous in tchène, pî i l'è rèchu s' coutai è i l'è sté in moumint k'i l'astot comme fou, i n' savot kwè fwaire à waitant l’ coutai, pî i l'è r'mettu à sa potche è i s'è l'vé pou z’araller. A ç' moumint-là, i l'è attindu router s' lu tch'min drî lou. L'houme l'è rattrapé è i l’i è d'mandé lu tch'min du château des R'nauds.
I l'è sté oblidgî d' l'i rèpèté sa question deux û trois coups, l' sinci n' l'o-yot nin è pourtant l'aute causot sètche.
A l' fin, l' sincî 1'i è dit : « Siè-m’ dju v’ z'i mon-nerai. ». E i i l’è vu k' l'étranger ç'astot in seigneur foirt ritche à veyïe ses cahiets.
E sincî routot d'vant lou. Tout d'in coup, l'étranger l'i dit ainsi : « Camarade, t'è l'air bin tapé (triste) t'è yu du l' malchance ? ». Ahy, di-t-i l’ sincî, dju n' n'ai yu à cause ku dj'ai chouté des mauvais conseils (è i l'è raconté ç' ku dj' savans) è i l'è fini à d'jant : « Quand ma grêgne s'rait finie, dju n'aurai k' du l’ancine à y mette, à cause du timps k’ i fwait. ».
Là-d'sus l'ètranger è tchindgî d' couleur è i tran-not.
Lu sinci è cru k' ça f'jot yauc à l'aute, a weyant çà; è i l'è rcumaci à raconter ses malheurs.
Ahy, di-t-i l'ètranger, t'è dins ène laide passe (situation) è dju n' wè k'in mo-yen pou z’a rèchu. In mo-yen ? di-t-i sincî, lu qué dijè vite ? Quand dj' duvros y laichî la hozette (vie) dju l'utilis'rai, comme ça ma femme è m' valet n' s'a r'sint'ront nin.
Eh bin ! en ç' cas-là k'i dit sètch'mint l'aute, dju va t' donner 2.000 francs, dju f'rai achèver ta grêgne è dju la bourrerai d' blé d' premîre qualité, è ku t' vindrais bin chér, pa ç' k'i s'rait r'quèru.
Di-t-i sincî : « Ku l' Bon Dieu vous l' ringe, bo- n ètranger, è dju v' z'a s'rai ricoûnichant, è... ».
Tout d'in coùp, s'è arrêté waque du causer.
La lune vinot du s' moustrer, è à l' luweur du l' lune, lu sincî à waitant l'ètranger è cru veyïe in ruv'nant qui riot d' lou.
Tout d'in coup, l' seigneur l'i dit : I m' faut quand minme des garanties don, è ç' ku t' vu fwaire in contrat avu mi ?
Vla mes conditions, tins : « Duvant ku l' coq nu tchante, t'aurais tout ç' ku dj' tai annoncî, tu s'rais m' sincî, è pî i faut k' tu m' jures du v'nu dins ène an à m' château. ».
— C'est lon çà ? k'i dit sincî.
— Nin co ène heure du tchimin.
— Nin co ène heure, nin co ène heure ? k'i dit l' sincî, ça fwait 5 km ça, dju nu l' counu nin è pourtant c'è bin près ça. Enfin, i l'è p't'ète nouvai, mais i m' faut ène maujon pou ma femme è m' n'afant ossi; ca i vai-ront avu mi.
L'ètranger avot bin du mau d' s'apaitchî d' rire à weyant la bêtise du sincî.
Mets la femme è l'afant su l' contrat, t'aurais 2.000 francs pou la femme è 1.000 francs pou l'afant.
Martchî fwait, k'i dit l' sincî, allans amon l' notaire.
Nin dandgî d' notaire dj'ai tout ç' k'i faut sur mi. D'ailleurs, dj'ai dja piairdu trop d' timps avu ti è tir vauros dja bin esse ruvau-yïe; ca c'est in bin p’tit martchî ça k' dj' ans fwait. Seul'mint pou l'encre i faurait k' tu t’ fwaige saingnî ou brès pou z'awè du sang.
Soit, di-t-i l’ sincî.
Lu contrat fini è signé, les sous comptés l'ètranger è n' n'allé après l' château des R'nauds, tout d'in coup on n' l'è pu vu su l' pazai, è çà, çà è bin étouné l' sincî.
Qué seigneur ku ç'astot çà ?
Pu-t-ête d'in nouvai château mais i n' n'avot nin dit l' nom. E pî après tout, 4.500 F, la grêgne finie è remplie du blé, lu sincî n' weyot nin bin poukwè k'i s'aurot co plaindu, è i l'è rallé à sa maujon. Arrivé là l' lé, i l'è vu les ovrîs qui trava-yint à l' grêgne pou l'achèver, è pi vite co k'i l'allint. Seul'mint ç'àstot curieux, i gn'avot ène pitite luweur roudge qui les lumot, è on n' weyot nin d'eyusse k' ill’ vinot.
E co yauc du curieux, on n'attindot rin, aucun bru quand les tcherpatîs û les maçons tapint su l' bwès û la pîre, on n'attindot rin. Ça è d'nè à rèflèchi ou sincî, è i l'è c'macî pa z'awè peu. Pî l'è vu sa femme toute piairdue è toute paf (consternée), ses ovrîs, à lou, k'avint tèl'mint peu k'i causint du s' sauver.
Les tchins ahoulint sins arrêt, et toutes les biaisses du l' since n'a mon-nint nin laudge, ill’ sayint d'arratchî leu lo-yen pou s' sauver ossi.
Mais dins lu staule, i gn’avot in coq, lu pu bai d'avau-la, noir-roudge, è ami-tieux (caressant) surtout avu la femme. I l'astot co pu serré k' les autes. Tout d'in coup, i l’è volé su l' dgèron du l' femme, pi i l'è cru k'i l’i astot chûr, i l'è tchanté in bon coup.
Ossi vite, on z'è attindu comme in coup d' tounoure, les ovris maçons s'ont sauvé è la grêgne à d'mèré nin finie.
Lu lend'mwain, les vègins ont sté bin étounés d' veyie ça z'ès.
En grêgne bautie su ène nutie è plein-ne du djaubes à batte; i l'ont d'mande kwè sincî qui s'è bin haurdé d' les renseigner.
Mais l' sincî savot bin à ç' t' heure k'i l'avot yu affwaire ou diabe lou-minme.
I l'è sté à c'fesse dulé in vi moine blanc è i l’i è raconté tout.
I l'è volu achèvé la grêgne, i gn'a d'mèrot in volé (pignon) à achèver, ossi vite k'i posot ène brique ill’ volot vau-yïe, è la grêgne n'è jamwais su esse finie.
C'est d'puis ç' timps-là k'on dit par là, ku quand les coqs tchantat d'vant ku solai nu s' luve ku c'est à cause k'in djou i l'avint fwait sauver l' diabe à tchantant à ces heures-là.
Lu sincî è moru foirt vî; è co les sènes, bin pratiquants.

Gaston LUCY (Dialecte de Bièvre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Gaston Lucy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parc Lucy Geuther
» Ma nouvelle Lucy Locket ( Blue Bird - 1994 )
» Gaston Lagaffe
» 28 février 2007, Gaston Lagaffe a 50 ans !
» AD 80 - entraide pour Etat des services HAUDRECHY Gaston 1894

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: