Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Joseph Calozet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Joseph Calozet   Mer 24 Fév - 16:06

Li gade do bwès di Smu

Ma-tante Gèlique, racontez-nos cor one flauwe !...
— Assiez-vos tot-autoû do feû, mès p'tits-èfants : dji v' va contè l'istwâre do dêrain leû èt dol gade do bwès di Smu.
Gn-avot on côp one gade qui d'morot dins one hute au mitan do bwès : èlle avot deûs grantès cwanes èt one grande baube blanke come dol nive. On djoû, èlle avot rascontrè l’ leû qu'avot sayè do brokè d'ssus ; mais èle vos lî a tchaussè sès cwanes bon-z-èt reû su lès brokes, si bin qui l' leû a couru vôye a criyant « gna-yût' » èt qui, d'pôy don, i s' catche pa-drî lès tchin-nes, quand i vet passè ç' mèchante bique-là.
Pauve viye gade, come èle dut chèrpè po noûri sès set' pitits biquèts ! Tot-au matin, èle va brostè bin lon, quand èlle a raclôs sès p'tits dins l' hute, peû do léû...
Là saquants djoûs, n' s'a-t-i nin avizè, ç' laid m'-vé-là, do v'nu catoûrnè autoû dol hute ? Ele l'a vèyu qui cham'tot a bachant l' cawe. Ossi, d'vant do sôrti, èle ni rovîye jamais do dire : « Dji m' va quêre plin mès cwanes di brosse di gade èt plin mès tètes di lêtisson. Si on bouche à l'uch', ni drovez nin, pace qui l' leû vos stron-n'rot. Vos m' riconuch'rez bin quand dji r'vêrê, dji tchôk'rê m' pate pa-d'zos l'uch'. »
On djoû qui l' gade astot vôye quêre plin sès cwanes di brosse di gade èt plin sès tètes di lêtisson, li leû, catchè drî on bouchon, l'avise bin lon, bin lon su l' bwârd do bwès. « Â ! c'èst ça ! dist-i dins li-minme ; djo-lès-aurè, va, tès p'tits biquèts ! » Come on diâle, i vore do costè dol hute ; il arive tot-astchaufè avou s' grande linwe qui pind inte sès grosses brokes.
« Toc-toc... — Qui est-ce ? dimandèt lès p'tits biquets. — Drovez vite l'uch' ; c'èst mi qui vos rapwate dol brosse.
— Tchôkez vosse pate pa-d'zos l'uch'. »
Li leû, sins d' mèfiance, hère si grosse rossète pate, mais lès biquets l'ont r'conu ; li pus grand apice li hatchète èt... bègn ! i vos lî scote lès-onglètes. Pa-d'foû, on-z-ôt crivé « gna-yût' !... gna-yût' ! » et, pa-d'dins, lès p'tits riyèt a dansant.
Bin lon, bin lon, au fond do bwès, l' vîye gade a ovu criyè l' leû ; elle avore come one pièrdoûye ; èle rasconture li mèchante bièsse qui s' sauve a clèpant, a bachant l' cawe èt lès-orèyes ; èle si dare sur li èt s' vos l' suke po lî co fè criyè « gna-yût' ! » Pu, aye-dadaye, a siyant l' trainnéye di sang su lès fouyes, èle racoûrt al hute ; èle tchôke si blanke pate pa-d'zos l'uch', èt l'uch' si droûve, èt lès p'tits biquet causèt tortos èsson-ne : « Wê, vola l' bokèt dol pate Wê, là k'mint qu' dj'avans fait... » Et l' vîye gade sorît fiant hossè s' grande baube : « A la bone eûre, mes p'tits. li leû n' rivêrè pus ! »
- Et pu, ma-tante Gèlique?
- Et pu, mès p'tits-èfants, lèyez-m' rimète on bwès e o feû.
Bin lon, bin lon, au fond do bwès, su l’ bwârd do ri, li leû s' dimande a lètchant s' pate : « Comint ç' qui dj' f'rê po lès stron-nè, ces p'tits diâles-là qui m'ont tant fait sofru? I faut portant qu'il î passinche, quand dj' duvro co piède on bokèt d' pate ! »
On djoû qui l’ vîye gade astot vôye quêre plin ses cwanes di brosse di gade et plin ses tètes di lêtisson, li leû adâre d'lé l' hute. « Drovez-m' l' uch', mes p'tits biquets, dji y' rapwate dol brosse plin mes cwanes. » Mais lès p'tits malins qu'ont r'conu l' vwès v'lèt co véy on côp l' pate. « Nèni, vos n' m'aurez pus ! » Il a rascodu on drap dol bouwéye qui sètchit su lès fagots èt s' ravôtîye on rondin qu'i tchôke dizos l'uch' ; mais lès biquets, qui vèyèt l' drap èt l' baston par on p'tit trô, n' boudjèt nin.
Li leû toûne èt ratoûne autoû dol hute : pont d' bawète po p'lu moussè. V'là qu'i s' met à chèrpè lès wazons. Come i tron-nèt, lès p'tits biquets ! Qwè fè? Vite i stikèt dès sètchès fouyes su l' feû ; gn-a onk qu'apougne li choflète, èt lès flames si rawayèt èt s' vinèt lètchè l’ tchondron, èt l'êwe kimince à boûre.
Su ç' tins-là, l’ leû chèrpéye dins lès wazons po fé on trô. Come il ont peû, lès p'tits biquèts, a-z-oyant l' leû ! « Abîye, dist-i l’ pus grand, pwartans l’ tchondron d'zos lès montéyes !... A ç'te eûre, montans tortos là-haut Abîye, li satch di pwès ! » Et lès pwès bèrôlèt èt s' sitramèt su lès montéyes.
Li leû a tant grètè qu'il a fait on trô èt qu'il i tchôke tièsse a grûlant... Come on transit là-haut ! A ! si l’ gade rarivè !... Et tortos èsson-ne i k'mincèt à braire : « bê.. bê...ê... ! » Mais bin lon, bin lon, l' vîye gade èst vôye al brosse èt l' leû va stron-nè sès p'tits... Il èst moussè dins l' hute... I n' fait ni one di deûs : i zoubule su lès montéyes a s' ralètchant... il arive al copète... Tot d'on côp i ride su lès pwès èt... bèrdouf !... vo-l'-là dins l’ tchondron bolante êwe !
 ! quéne arèdje qu'i fait là-d'dins ! I s' discramîye core i pout ; i s' kicheût a criyant « gna-yut' ! » èt a courant dins l' hute ; pu, sins ratinde si rèsse, i r'mousse pa l' trô èt aye èvôye a heûrlant !
Djauque, li pwartchî di Smu, qu'astot aus sètcheûs. lêt tumè s' hatche a vèyant l’ leû passè d'zos l’ tchinne doû-ç' qu'il astot gripè et s' vos li scote li cawe réz-au-ré. Nosse leû scawè vore co pu reû a djèmichant. I va mousse dins l’ batch dol fontainne, mais i r'cît on côp d' pî d'on polain qui s'abruvot.
Li gueûye à mitan sbrodjéye, li dos tot chaudè, li cawe sicotéye èt tot clèpant, i va s' sitinde su l'orîre d'on tchamp d' lin qu'on côpot.
Hey ! come vo-t'-là assonrè ! dist-èle Gaguite l'ôlî qu'arive dilé li avou s' séye ; taudje, dji m' va t'rimète one bèle cawe di lin... Ni djèmi nin come ça ! »
Li leû, qu' n'a pus pont d' fwace, si lêt maltôtè sins mouftè. Gaguite lî rabok'téye one bèle grosse cawe di lin. « Hê !. Frére, dist-èle à Gusse di mon Tonète, vin on pô m' dinè on côp d' mwin po loyè l' noûve cawe do leû. » Gusse ni s'ol fait nin dire deûs côps et, a fumant s' coron d' pupe di tere, i vos lî fait t'ni l' cawe avou dès loyins ratwartiès. Li leû s' rilève, on pô r'mètu èt binauje d'avèr one noûve cawe ; mais Frére, qui n'ainme nin lès leûs, tire saquants goléyes à s' pupe ; pu i cheût cènes èt bréjes su lès fistus. Li feû prind come à dès fènasses... Li leû vore vôye a criyant. Pus reû coûrt-i, pus reû flame-t-i, si bin qui, di d' bin lon, lès djins di Smu ont vèyu passè come one alumwâre su l' bwârd do bwès... Ç'astot l' dêrain leû qui, mitan stonè, mitan chaudè et tot scawè, alot rosti dins on fossè... A ç'te eûre, gn'a pus qu' lès djins di Smu qu'on lume dès « leûs ».
Et mi dj'ê racouru.
Ainsi, nosse bone vèjine ma-tante Gèlique nos racontot ses flauwes a r'fiant dès tchausses o cwin do feû...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Joseph Calozet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 21 novembre - Voltaire / François Joseph Charles de Habsbourg-Lorraine
» la Marie Joseph......
» Joseph Brocart
» Ça me prouve que je suis à ma place - Jael Joseph Bird
» La fin d’un régime sanguinaire : Le PPRD projette la chute de «Joseph KABILA»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: