Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anatole Marchal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Anatole Marchal   Sam 20 Juil - 18:47

http://wa.wikipedia.org/wiki/Anatole_Marchal

Li dierinne shijhe (contes)

http://wa.wikipedia.org/wiki/Li_dierinne_shijhe_%28contes%29

Mélusine, li bèle Makrale

Li Bocq èst-st-on ri, spitant, paujère ou sauvadje, qui s' pormine dins one valéye qu'èst co co pus d'à mitan distrûte pa lès câriéres. L'amateûr di sondjrîyes n'î trouve pus wére di places oùce qu'on n'a pon d'aute vûzion qui l’ cine dès blancs-bwès, dès saus èt dès-aurnias, tot do lon d' l'aiwe ; dès tchinnes, dès baules èt dès sapins, su lès ûréyes, oùce qu'on n'ètind pon d'aute brut qui lès tchansons do vint èt lès ramadjes di l’aiwe qui court su lès cayaus. Et portant, li crwèreut-on, gn-a co bin do mistére dins c' richo-là ... Tot l’ mistére di l’aiwe qui court tote blûwe didins lès fonds, èt do brouyârd qui trinne tot blanc su l’aiwe...
Tot l’ mistére do vint qu'on z-ètind brouyi, d'al copète dès tiènes, dins lès-aubes dol valéye...
Tot l’ mistére di l’ètranje musique di l’aiwe, disbèlîye à tot jamais, sins qu'on seûy pokwè...
Tot l’ mistére dès djoûs brûlès d' solia èt dès néts nèyîyes di lune...
Tos lès-èsprits dol valéye do Bocq, qui s' vont mete à vikè d'vant nos-ouys...
Dins qué payis alans-n' moussi ? Dji m' lé alè, pace-qui dji sais todis bin one sôrte, on côp qui dj'aurè moussi dins c' payis-là. dji n' rivérè pus...
-------------
On côp, mins vola fwârt lontins, lontins d'vant lès câriéres, one bèle nét do mwè d’ jun, on djonne ome di DurnaI, Pière d'al Breûjète, èrva d'awè stî al chîje à Dorènes. I-l-èst d'abôrd méye-nét, èt one diméye lune d'ârdjint fait clinci sès cwanes al fine copète dès-aubes, véla do costè d' Purnôde.
Li nét èst ravontîye dins l’ silince come dins dol blûwe wate. Sins sondji à rin, nosse djonne orne rote tot do lon do ri. Après-awè passè pa Tchansint, vollà arivè en face do Trau Colé.
Tot d'on côp, i s'arète tot coû.
A-t-i ètindu one sakwè ?
I choûte... èt i frèzine dispôye sès pîds jusqu'à s' tièsse. Est-ce qu'i sondje ?
One musique, one tchanson, télmint doûce èt télmint disbèlîye, mousse foû d' l'aiwe. Foû d’ l’aiwe ? Ayi, foû d' l'aiwe. Li djonne orne è nn'èst sûr. I s'a clinci pa-dzeû l' ri, èt c'èst di d' tot près qu'i-l-a choûtè.
Mins n'èst-ce nin d'z-idéyes ?...
Dol nét, quand tos lès bruts sont èvôye à rin, li vint qui passe, l'aiwe dès richos qu'èvont dins lès près, tchantèt bin pus clér, on l’z-ètind brâmin mia, èt leûs tchansons purdèt voltî l’ coleûr di nos pinséyes, quand nos nos-astaurdjans aviè méye-nét, po lès choûtè...
Si nosse-t-âme èst-st-anoyeûse, cès tchansons-là sont anoyeûses ossi, mins si nos-èstans contins, èles sont guéyes come one voléye di pinsons.
N'èsteut-ce nin lès violons do vint dins lès-aubes qui Pière oyeut chûlè dins l’ paujêrtè dol nét d'èsté ?
Justumint, nosse djonnia èsteut binauje do vikè, ci nét-là, i-l-aveut vint-ans, èt lès coméres n'è l'avint jamais tracassè... Et l’ tchanson qu'i-l-ètindeut è nn'aveut télmint pèsant ! Ça fait qui ci n'èsteut nin bin sûr li cine do vint. I-l-ètindeut l' tchanson è l'aiwe, mins lon, lon l Ele èsteut gréye èt tène, ossi tène qu'on tot p'tit filè d'aiwe. Portant gn-aveut nin à s'î trompè. C'èsteut one vwè, one vwè d' comére. Mins pokwè èsteut-èle si disbèlîye ?
Li djonne orne a co choûtè lontins, mins al fin, li tchanson a c'minci à bachi, à bachi, èt i choûteut co qu'i gn-aveut d'djà one bèle apéye qu'i n'ètindeut pus qui l’ brut d' l'aiwe su lès cayaus.
Li lond'mwin, Pière d'al Breûjète a bin yeû sogne do n' rin dire à personne... èt l' nét d'après, i-l-a racouru au Bocq po rètinde li tchanson disbèlîye qui mousseut foû d' l'aiwe. I n'a nin yeû dandji do s' clinci po l'ètinde, co pus anoyeûse qui l’ nét di d'vant, èt pus fwârt, come si èle n'aveut pus stî si lon... Li trwèzinme nét, i-l-a co-r-oyu one miyète pus près. Li quatrinme, li cinquinme èt l’ chîjinme nét, li tchanson div'neut todis pus clére. Vos-aurîz dit qu'èle monteut, èt qu'èle aleut arivè au dzeû d' l'aiwe. Et portant, i n' compurdeut nin co lès paroles qu'èle tchanteut. Qu'aleut-i arivè l' sètinme nét ?
Pière s'èl dimandeut en frèzinant.
Li bèle djonne fèye aleut-èle moussi foû do Bocq ?
- Sabaîye si Colas ni m'èspliqu'reut nin l’ mistére qu'èst-st-au fond do Bocq ? Si dj' l’aleus trouvè ? pinseut Pière d'al Breûjète après l’ chîjinme nét, en z-èralant è s' maujon, aus-éreûs do djoû.
-----------------
Cola, Cola l’ Saboti, come on l’ lome o payis, èst-starivè ol Comogne di Durnal on n' sait pus quand. D'èwoù vint-i ? Gn-a pèrsonne qu'èl saurent dire. I vike tot seû dins one baraque, èsconte d'one pitite tchapèle Sint Hubèrt, qu'i-l-a fait li-minme. Au c'mincemint, on nn'aveut peû, avou s' baube di Dieû l’ Pére, èt sès blancs tchfias tos crolès, qui d'chindint jusqu'à sès spales. Mins on z-a rate yeû vèyu qu'i-l-èsteut bon come li pwin, èt qu'i con'cheut dès r'médes po brâmin des maladîyes, minme qu'i lès r'fyeut totes, à l’àprè d'one, li vîyèsse. Mins on z-aureut dit qui l’ vîyèsse n'aveut pon d' prîje sur li.
On l' riwéteut po-r-one èspéce di grimancyin, - on grimancyin dol bone sôrte - èt on prétindeut qu'i lîjeut dins lès stwèles come dins on live, èt qui con'cheut tot c' qui s' passe o bwè, è l’aiwe, o vint.
- Ah ! c'èst vos, m' fi, dist-i en vèyant arivè l’ djonne ome, vos-ouys causèt mia qu' vosse linwe ; èt dj'a vèyu tot d’ suite qui vos vôrîz bin qui dj' vos-èsplique li tchanson dès sèt néts au fond dès-aiwes, èt l' istwère dol bèle comére qu'a moru d'amour... Vosse coûr n'a-t-i jamais toktè po deûs bias-ouys èt on pus bia sorîre ? Non, dj'èl sais bin, èt c'èst po ça qui dj' pous vos racontè li bèle èt anoyeûse istwère... « Vola à pau près cinquante ans, Djâcques, premi Sègneûr di Spontin, mins Sègneûr sins tchèstia, vikeut dins s' vîye maujon d' pires avou s' fi èt s' fèye. Si fèye, Marjolinne, one nozéye bauchèle di vint-ans, èsteut bèle come one Aviêje, avou sès-ouys di vloûrs, nwârs come li nét, èt sès deûs grossès trèsses qu'arivint jusqu'à s' taye. Ele rimplicheut d' lumiére, di djôye èt d' vîye li sombe maujon di Spontin. Ele èsteut rinne tot oùce qu'èle èsteut, dins lès fleûrs, dins lès bwès, su lès-aiwes do Bocq, quand èle s'î pormineut, drèssîye su si p'tite nassale.
Ele n'aureut yeû qu'on mot à dire, èt lès pus ritches Sègneûrs dès-alantoûs s'aurint mètu è gn-gnos d'vant lèye... Mins jamais nuk di zèls n'aveut seû lî fè bachi sès-ouys sur li.
On djoû, à l'anéti, en s' porminant, èle gripeut l’ tiène d'al Breûjète, avou deûs grands lèvris qu'èstint todis autoû d' lèye. Ele aveut l’âme lèdjère, èle riyeut, èle tchanteut, come one èfant qui n' sait nin co ci qu' c'èst qu' dol vîye.
Ele monte... Ele arive al copète di l'ûréye. Tot d'on côp, èle s'arète tote paf. Dins l’ sitrwète pîcinte, on bia grand djonne ome èst là d'vant lèye.
Ele tronne tote. Si coûr toke, toke... Evoléye, si bèle inocince... Evoléye come one pougnîye di sètchès fouyes au vint d'Autone...
Mistére d'on coûr di feume...
Leûs-ouys s' sont rèscontrè... Is sont là tos lès deûs, ni compurdant rin à c' qui l’z-î arive. Li tché à gn-gnos d'vant lèye, i prind one mwin da l’ crapaude, èt i mèt sès lèpes dissu, tot doûcemint.
Is s' vèyèt volti tos lès deûs, èt is n' s' ont rin dit.
Qu'aurint-is dandji do cauzè ?
D'on plin côp, is-ont seû qu'is s' veûy'nut volti dispôy li c'mincemint do monde.
------------------
Mins l’ djonne ome n'est nin dol nôblèsse. C'est Louis d'al Cinse, li fi do cinsî d' Durnal.
Et l’ nôblèsse di l'âme, gn-a-t-i brâmin dès Sègneûrs qu'èl ont ?
Mins, tot l' minme, on p'tit cinsî, li fèye do Sègneûr di Spontin...
L'Amour ni va-t-i nin broyi leû coûr ?...
Portant, lès deûs djonnias si r'trouv'nut deûs-trwès djoûs après, jusse divant Trau Colé... Aspoyi conte on sau, Louis a pris lès deûs mwins dol crapaude, èt leye a leyi tchére si tiesse su li spale do djonne ome qui n' dimande rin d'aute... Lès mots d'amour n'arivèt nin jusqu'à leûs lèpes... I gn-a pupon d' sau, pupon d'ri, pupon d' tère dizos leûs pîds...
On n'ètind rin d'aute qui l’ vwè do vint dins lès fouyes di l'aube, èt les ramadjes di l'aiwe qui clapote dissu les pires.
Zels n'ètindèt rin.
Combin d' timps ont-is d'morè ainsi ?
Mins Louis comprind tot l' minme bin qu'is vont su one mwéje vôye... qu'au coron di c' vôye-là, bin dès rascrauwes lès ratindèt, èt qu'i faut choûtè l’ vwè dol réson.
- Marjolinne, dji n' vous nin fe vosse maleûr...
- Dji vos veus si volti, savoz Louis...
- Mi ossi, binaméye èfant, mins vos-estoz nôbe, èt mi, dji n' sus qu'on payisan. Vosse pére tchès'rè l’ fi do pôve cinsî...
- Dji v' veus voltî, Louis...
- Vos-vos vèyoz, vos, one princèsse, vinu avou mi è nosse maujon, vikè pôvriteûs'mint, èt oblidjîye do travayi al campagne ?
- Dji v' veus voltî, Louis...
- Arachîye â vos djins, à vosse monde, à vosse maujon, vos sèrîz malureûse on djoû ou l’aute. Dji v' veus voltî ossi, mins dj'inme co mia moru dîs côps qui do veûy ça.
- Et mi, mi coûr a tchwèzi s' maisse, èt dj'inme mia moru qui do nn'awè on-aute.
- Choûtoz-m', Marjolinne, ni sondjoz pus à mi. Vos-èstoz co si djonne. Vos m' rovîy'roz, èt gn-aurè co do boneûr por vos su l’ tère.
- Vos-avoz quék'fîye réson, mins dji vos l’ djure, Louis, si m’ coûr ni pout pus bate por vos, i n' bat'rè jamais po pèrsonne d'aute.
- Li mène non pus, dji vos l’ djure ossi, Marjolinne.
Et dins sès brès, tot d'on côp, i-l-assatche li djonne fèye, i l’ sère, i l’ sère à l’ sitofè. Mins cauzu ossi rate, i l’ boure su l’ costè, èt i-l-èva, sins s' ritoûrnè, come on sauvadje, à grandès ascauchîyes...
-------------------
Disbèlîye, li fèye do Sègneûr di Spontin ènn'a ralè, mins adon, si bèle djonnèsse a c'minci à disflani come one fleûr qui moûrt... Ele ni riyeut pus, èle languicheut, èle trinneut. Gn-aveut pèrsonne qu'î compurdeut one sakwè, pacequ'èle n'aveut racontè à pèrsonne li s'crèt di s' coûr moudri.
Tos lès djoûs, al vèspréye, èle racoureut au Bocq, en face do Trau Colé, tot prè do sau qu'aveut vèyu si premî èt si dérin sondje d'amour.
Mins Louis d'al Cinse n'î ruv'neut pus...
Ele  brèyeut, li pôve pitite, dès-eûres au lon, en rabrèssant l’ bur' di l'aube.
Li vint dins les fouyes do blanc-bwè, èt lès-aiwes qui spitint su lès pires, brèyint avou lèye.
Ça a durè dès djoûs èt dès djoûs. Li bèle crapaude sinteut s' vîye è nn'alè, d'on djoû à l'aute. Ele èsteut todis pus flauwe.
Ele si lèyeut alè. A qwè bon vikè ? Valeut-i nin mia moru ? Ele è nn'îreut, avou s't-amour qu'èsteut come au premi djoû.
On côp, en z-arivant addé l’ sau, come tos lès djoûs, èle s'a lèyi tchére au bwârd di l'aiwe, dranéye pa tot l' pwèd di s' maleûr. Ele a co yeû l’ fwace do s' ridrèssi à mitan, èt d'aspoyi sès deûs brès conte l'aube.
Et puis, èle a r'tchèyu su l’ tère au fin bwârd do Bocq. Ele èsteut mwate.
Mwate d'amour.
Adon, li Bocq s'a inflè, a moussi foû di s' lè, a pris l’ cwârp dol bèle mwate, èt i-l-a r'pris s' place.
... On n'ètindeut rin d'aute qui l’ vwè do vint dins lès fouyes do sau, èt lès ramadjes di l’aiwe qui clapoteut su les pires...
Rascoudûwe pa lès-aiwes do ri, èle a dischindu, dischindu, dischindu...
Et c' cop-là, èle a r'douviè sès-ouys. Ele èsteut dins on Palais pus bia qui tot c' qu'on pout sondji : li Palais dol Rinne dès Makrales :
- Vinoz, Marjolinne, vinoz rovyi vosse maleûr au mitan dès Makrales, qui sèront vos soûwes. Vos-minme vos-è sèroz one, vos sèroz li bèle Mélusine, vos sèroz li Rinne do Bocq, vos lî mostur'roz s' vôye tote cotwardûwe, au mitan dès près, tot do lon dès ûréyes, ètur lès blancs-bwès, lès saus èt lès-aurnias. Vos commandroz ans Nûtons èt aus Lum'rotes, vos sèroz dins l’ brouyârd qui monte au solia, dins l’ vint qui fait tronnè lès fouyes dès-aubes, dins l’ clér di lune qui fait sondji, dins l’ chume di l’aiwe qui court su lès cayaus...
Vos rovîy'roz vosse maleûr ; portant, on côp pa-r-an. vos-vos-è sovéroz...
Et vola comint qui Marjolinne èst div'nuwe Mélusine, li bèle Makrale di l’aiwe, di l'air èt dol lumiére, qui vike eûreûse dins l’ monde dès-èsprits. Mins, on côp pa-r-an, li sov'nance di s' maleûr lî r'vint. Do Palais dol Rinne dès Makrales, èle riprind l’ cwârp qu'èle aveut adon, èt èle rimonte su l’ tère, en s' dilamintant, èt en tchantant si-t-amour malureû. I lî faut sèt néts po z-î arivè, sèt néts qu'on l'ètind tchantè au fond d' l’aiwe. Et l’ sètinme nét, li nét d’ Sint Djan, èle mousse foû do ri, jusse divant l’ Trau Colè, moussîye tote blanke, pus bèle qui jamais ; èle si pormine ol valéye en brèyant si tchanson disbèlîye.
Aus-éreûs do djoû, èle rimousse è l'aiwe.
Mins on dit qu'èle waude on trésôr qui n'èst nin fait avou dès pîces d'ôr ou d'ârdjint, èt qu'èle li done, avou tot l’ boneûr qu'on pout awè su l’ tère, au djonne ome qu'arive à djonde si blanke rôbe, do momint qu'i n'a jamais pon vèyu voltî d' comére... »
Et Colas l’ Sabotî a-t-achèvè, en hachant one miyète si vwè d’ baston chètè :
« C'èst l’ nét qui vint, li nét d’ Sint Djan ; aloz-î, surtout ni mouftoz nin, tant qu' vos l’ vièroz, èt ni rovyoz nin qu'on n'èl pout veûy qu'on côp... »

Li sètinme nét... Li plinne lune néye li valéye d’one lumiére blûwe, cauzu blanke. On mistére tronne à chaque fouye dès-aubes, qui frèzin'nut dins on stwèlî qu'a l’ parfondeû dès mérs qui n'ont pon d' fin.
Pière d'al Breûjète, racrampyi drî on bouchon d'aurnia, n'a nin vlu veûy l'aiwe. L'idéye d'one sakwè qui n'est pus naturél l'a strindu. I ratind, i n' waze boudji, èt i tronne. I n'ètind qui l’ brut dès bat'mints di s' coûr qui bouche dins ses-orèyes. Lès munutes si trinn'nut, longues come dès-eûres.
... Li tchanson comince... Ele èst tot près, asteûre, èt si clére, si clére !
Méye-nét...
Li tchanson èclate, tot d'on côp.
Et en minme timps, one grande fleûr vikante, mousse foû d’ l’aiwe, tote blanke.
Mélusine...
Bêle come l’éreûre, bèle come li solia, bèle come l’Amour, èle avance...
Si rôbe trinne su lès-ièbes. Ele tchante, èt s' tchanson èst disbelîye, oh l’ disbeliye, jamais...
One sakwè qui crève li coûr.
Ele va arivè tot prè do bouchon d'aurnia.
Pière, asbluwi, li r'wéte di tos ses-ouys. Ele avance... Li, avance ses sès mwins, qui tron'nut totes.
Arivrèt-i à djonde li rôbe dol bèle Makrale ?...
I tché su ses gn-gnos... i s' trinne, i s'tind sès brès... Ah ! Mélusine !...
Ossi rate, Mélusine a criyi on côp come si on l'aveut vlu touwè. Li djonne ome n'a r'sèrè sès mwins qui su one miyète di blûwe vapeûr qui toûrneut à rin dins l’ clér di lune.
On sbarant silince di plomb a rascouvyè l’ valéye.
On sondje vineut do z-î moru.
Lès-aubes, lès-aiwes èt l’ vint, ni s'è consol'ront jamais pus.
Et Pière d'al Breûjète, à cause di s' grande linwe, a moru vî djonne ome, jamais one comére n'a fait toktè s' coûr, pacequi l' bèle Makrale n'è lî a seû d'nè l’ fameû trésôr qu'a fait s' maleûr èt qu'èle waude, po fè l’ boneûr do djonnia au coûr tot noû qu'arive à djonde si rôbe sins rin dire li nét d' Sint Djan : l'Amour.

Modêye e rfondou :
http://rifondou.walon.org/Marchal_Anatole.php#meluzene
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Anatole Marchal   Mer 27 Mai - 15:31

Floriconte do mårtén-pexheu

C'èsteut l’ Dèlûje. Li pére Noé, su s' grand batia, avent vèyu ploûre chîs samwinnes au lon sins-arète.

Ni nos fyans pon d’ bile, dijeut-i tofèr à sès djins qu'è nn'avint leû song [leû sô], quand i-l-aurè tot ploû, i n' ploûrè pus.

l n'èsteut nin co la si bièsse...

C'èst-st-ainsi qu’ ça a stî. Quand i-l-a yeû tot ploû, i-l-a r'fait bia.

Après-awè ratindu deûs-trwès samwinnes, Noé a lachi one cwarnèye, po veûy si l’ grande basse n'èsteut nin co r'souwéye. Mins l’ cwarnèye n'è lî a nin ruv'nu dire qwè. S'aveut-èle nèyi ? Ele n'èsteut nin si lwagne qui ça, èt s’ èle a d'morè à l’uch, c'est qu'èle aveut trouvé one place po mete sès pates. Mins l’ vî orne, qui n'aveut nin pus fiyate à ça qu'à l'ôrmonak di l’I.N.R., èt qui n' vleut ja­mais rin crwère sins veûy, a co lachi on pidjon.

Mins, one eûre ou deûs après, i-i-a yeû one èspéce di r'môrd di consyince.

C'est-st-au trwèzinme côp qu'on veut lès maisses, dist-i en purdant l’ mârtin-pècheû, qui n'aveut nin pus d' coleûr adon qu'on mouchon d’ teut.

Ti n'as nin peû d' l’aiwe, twè, t'èst-st-abituwé, vas-è veûy po veûy si ti n' vièrès nin co l’ tère.

Et vola l’ mouchon èvôye come one fuzéye.

Mins télmint qu'i-l-èsteut binauje do plu volè one miye­te, ol place do dischinde su l'aiwe, i-l-a montè, montè...

Et adon, i s'a passe one sakwè d' miraukuleû... Li grand stwèli do Bon Diè a machurè lès-eyes et l’ dos do mârtin-pècheû avou s' bèle blûwe coleûr, télmint qu'i-l ­èsteut montè waut !

Come i s'aprèteut à rid'tchinde, i-l-a vèyu l’ solia qui s' lèveut... pa-dzos li.

Tenoz, tènoz, dist-i dins li-minme, vos-è là onk qui dj' vôreus bin veûy di t' tot près, wé mi, dji n'aurè jamais pus one si bèle ocâsion.

I n' fait ni one ni deûs, i plonke su l’ solia.

Faleut nin d'djà yèsse couyon po z-è fè one parèye. Et i-l-a-t-arivè si près, qui les grandès flames do solia lî ont v'nu letchi s' vinte.

Et lès plumes di s' vinte ont pris feu come dès fènasses...

Tot sbarè, li mouchon s'a rat'mint lèyi tchére su l’aiwe po distinde li fricasséye.

I-l-èsteut grand timps.

Mins s' vinte èsteut rosti...

Adon, i-l-a r'tûzè à c' qui l’ pére Noé lî aveut dit en l’ lachant su lès-aiwes, co-r-one miyète i l' rovyeut. Et c'minci à r'wéti tot costè après l’ grand batia.

Seûrmint, i-l-èsteut on fameû côp trop taurd !

Li pôve mouchon s'a mètu à criyi à rôyi s' gozî, en n' vèyant pus l’ batia nule paut.

Li djoû d'audjourdu, i wéte co todis après, en criyant après l' pére Noé, tot do lon dès ris, disbèli èt malureû.

I-l-a co su s' dos èt su sès-éyes, li bêle blûwe coleûr do grand stwèlî, èt lès plumes di s' vinte sont rossètes, pace­qu'i s' lès-a fait rosti en vlant veûy li solia di d’ trop près...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Anatole Marchal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation d'Anatole
» La Lorraine en ligne
» (33) Anecdotes sur la Gironde et sur autres Départements
» grégory lemarchal
» EXCLU!!! PLACE DU MARCHE A OPTENU LE PLAN DU PROCHAIN LIVRE D'ALAIN SORAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: