Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Joseph Vrindts

Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 636
Age : 64
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Joseph Vrindts   Sam 20 Juil - 18:33

http://wa.wikipedia.org/wiki/Joseph_Vrindts

Li pope d' Anverse (roman)

bokets parexhous e l' årmonak des cwate Matî e 1909 & 1910.
http://wa.wikipedia.org/wiki/%C3%85rmonak_des_cwate_Mat%C3%AE

Asteme : c' est do lidwès did divant Feller.

— Portant Madame, nosse maisse sèreut si binâhe di v'raveur, vola pus d' deux ans qui n'fait qu'dè jaser d'vos.
— Ji vous bin v'creure mains qwand on a voste âge, Julie, on n'sét co wère çou qu'pârler vout dire.
— Ji dis l'vérité, Madame comme je l'dirès à Monsieur Nânârd. On sârè mâ pau qui v's estez cial â Lige pusqui l'police va qwèri après vos, adon Moncheu m'jettrrè-st-à l'ouhe.
— Vos avez raison, dèrit Madame Nânârd — après avu n'gotte tusé — seul'mint ji v'prèye dè n'rin dire hoûye.
— Poquoi.
— Po d'main ji n'sèrè pu cial et vos porez tot lî raconter.
— Ci sèrè l'même pusqui v'sèrez-st-èvôye.
— Ji v'donrè mi adresse et si vosse maisse tint tant à m'raveur qui vos l'dihez, i n'ârê qu'à m'vini r'qweri ?
— Vinez chal po m'rikdure divès les cinq heures, ji v'è l'dirè.
— Ji n'mâqu'rè nin, madame, tant qu'à-st-heure ji m'vas rècori, j'a qwitté l’mohonne qui n'esteut qu'nouve heures et s'ji n'mi trompe vos nn'è là onze qui kake à Saint-Pau.
— Ni bâhiz-v' nin mi p'tite Hélène ? dimanda Madame Nânârd à l'jône fèie qui s'apprestéve à nn'aller.
— Sia, sia, responda Julie binâhe d'avu l'permichon qu'elle aveut torate volou prinde. Et filant qui n'hôpe jusqu'à l'banse, elle rabressa li p'tite bâcelle â picette et s'saiwa èvoye tot promettant dè riv'ni pus târd.
A pône est-ce qui Julie d'hindéve li dièrain des grés d'ces montèyes qui l'mére di li ptite Hélène si metta à ramasser fivreusemint ses clakes et ses clakes.
Cisse feume qui v'la n'paire d'annèyes esteut si belle et si roslante, li fleur di s'jônesse, aveut rispârdou des hinèyes di saqwès frisse qu'avit d'né pus d'on frusion âs jônais qui l'hazârd aveût-aminé so ses vôyes.
Vinowe â monde è viège di Wande, ses parints l'mettit qwand elle ava dix-sept ans èmon Nânârd po-z-apprinde à fer botique. Ci fout po les cix qui passet leu tims à soffler des pousses è l'orèye des jônès k'méres ine crapaute di pus po mette so leus deugts.
Chasqueune voléve aveur li belle Nanette por lu. Li bâcelle vinant da l'campagne et s'vêyant hantèye di co trasse hanteus, divna n'brouleuse d'ouyes di prumire fwèce.
M. Nânârd, on vix jône home di cinquante ans passé, si fa pici à s'tour mains po dè bon, lu. Il aima Nanette et el vola sposer, seul'mint i rouvia baicôp s'feume po s'botique et l'mâlheur qui veûye so nos autes po distrure les chestais qui n'fans è l'Espagne distruha tot l'bonheur qui l'marchand d'jojowes d'éfant pinséve aveûr raskoyî.
Si M. Nânârd rivèyéve si feume mâgré qui n'a qu'deux annèyes qu'elle a qwitté, i freut sûr des lâges oûyes.
Oh ! nèni, ci n'est pus l'frisse fleur qu'il a k'nohou et Diew sé s'noste home elle rivôreut télmint qu'elle est hoyowe.
Vrèye qui Madame Nânârd ni songîve waire à n'nèraler nin pus, ça tot-z-apontihant ses paquets elle si metta st-à jâser à s'fèye :
— Nolle aute qui mi, rn'trésôr, ni veuyerè sor vos, si vosse pére nos aband'nèye, ji n'vou nin qu'Moncheu Nânârd vis acclive nin pus. C'est on brave home portant j'è l'deus rik'nohe, mins si dj' n'aveus jamâye kinohou qu'lu, est-ce qui ji v'sâreus k'nohou vos m'trésôr, vos mi p'tite ange qui rimplihéve dèjà m'pinsèye longtimps, bin longtimps d'vant qu'ji n'vis k'nohasse.
Va, elle est bin sotte li djônne djins qui marèye on vîx bouname... et surtout mi qui volév' à tote fwèce aveûr ine pitite fèye; aveur ine saqui da meune po pârtègi ses djôyes et ses lâmes, po m'ripahe di ses caresses et n'viquer qu'por lèye.
Ossu, mi-èfant, ni r'grette-ju nin l'pechi qui j'a fait asteur qui j'a da meune tot çou qu'j'eviyive so l'tére — et elle kitournéve si p'tite divins ses bresses et l’ féve vini des dauces so ses chiffes qu'estît pus belles qui des pommes d'amoûr, à fwèce d'y mette des bâhes et des hagneures. -
- Awè, m' feye, — fat Mme Nonârd tot mettant â mwètèye di s' lét l'èfant qu'elle vinéve dè prinde foû dè l'banse — Qu'i d'meure èvôye, li cabai qui vint d'nos aband'ner, ji lî raqwite les quéqu's cint francs qui m'a hapé porvu qui m'laisse mi trésôr.
A vèye li p'tite bâcelle assiowe è grand let, vos ârîs dit qu'èle comprindéve si marne, li p'tite Hélène n'aveut qu'dix-nouf meus portant. Ses bais oûyes bleus avou leu loukeure d'ange avit l'air de dire : « Et mi ossu, pitite mere, ji v's inme, ji n'a dangi qui d'vos po viquer, qu'on laisse li rose â rosi ; ji n'a d'keure di nole auto... Vos bâhes et les meunes nos front rouvi l'tèche qui nos poirtans totes les deux so nosse front».
Tot tchin'lant d'timps in timps avou s'jône, Mme Nonârd arringive ses paquets en on grand coffe. Li gârdirôbe dè l'mére ni féve waire di haut, c'est vrêye mins l'cisse di si-efant s'rattrapéve : c'esteut des dozinnes di tot qu'elle aveut po s'fèye et nin des faflotes allez. Les ch'mihes di dintelle da li p'tite Hélène ârit rindou l'mame dè mamé Jésus jalotte s'elle les aveut vèyou. Adon ossu riployîve-t-elle les hârds di s'mamê.ye comme si s'fouhe des fis d'ôr et qwand elle ava r'mettou les affaires di s'jône à pont, si fou l'tour des jojowes qui v'na. Li pope d'Anvers, li mouton et l'hârlikin avou tos les autes can'tias esta metou d'zeu les châsses et les solers da Hélène ; li p'tit hufleu lu alla r'prinde si plèce so l’givâ.
Il èsteut d'vès treus heures qwand Mme Nonârd rissèra s'coffe. « Vola l'pus âhèye di l'affaire qu'est fait, dèrit-elle, li pé ci sèrè di m'sèchî foû des griffes des cis qui volet s'ebarasser d'mi et di mi-efant ; va comptans so l'Providince. Diew qu'a st-adègni Sainte-Mad'leine n'ârè nin l'corège di m'ribouter adon qui dès hoûye, ji n'vous pus viquer qui po m'feye; ji m'ouvurrè les bresses foû dè cwerps po lî d'ner s'binàhe et l'acclèver come i fat.
Tot jasant tote seûle, Mme Nonârd aveut pris ine grande chabraque et s'ewalpéve-t-elle si fèye divins. Adon, come si rin n'è fouhe, avou si-èfant so ses bresses, elle ad'hinda dilez l'dame de l'mohone lî dire de mette si qwârti à louer qu'elle enn'èraléve à Bruxelles.
Sins d'ner pus d'esplicâtion à l'feume, Nanette si sécha èvôye avou li p'tite.
Elle triviersa tote li véye et v'na s'rinde è Gravioule.
Divant qu'on n'fahe li pont Maghin, i n'aveut co qu'treûs qwate mohonnes è cisse rowe là, ci fout d'vès l'mitant en on gros batumint qui féve li cwene di drî li casaire des S'cotts, comme on d'héve adon qu' Mme Nânârd s'aresta.
— Vos v'nez po louer l'qwârti ? fat l'feume qui tricotéve so l'soû tot vèyant Jeannette s'arrester d'vant leye.
— Vos n'avez jamâye si bin dit l'vraye, Madame.
— Il est trop târd parit, mi-èfant, ji l'a loué d'vant-z-hïr, vos v'plaihiz bin mâ surmint là qu'vos estez ca s'ji m'rapinse bin, i n'a nin dix djoûs qui v's'avez v'nou po m'èl louer mins i n'esteût nin co tot-à-fait vûd, les gins y avit co dè bon et vos v's'avîz hase.
— Awè, dji v'néve di Bruxelles, i m'falléve ine saqwè po m'logî.
— Et vos n'vis plaihîz nin là wisse qui v's'estez ?
— On mônne trop di brut.
—  Cial, i fait , fwért pâhûl; mains, c'est comme dji v'dis.
— Vos n'avez pus rin d'vud ?
— Oh, sia, dja co n'belle mansarde seul'mint, elle n'est nin gârnêye et v'n'avez nin des meubes, m'avéve dit l'aute djoû.
— J'èn ach'trè, madame, si vos volez bin m'èl louer.
— Poqwè nin don, vos m'ahoyîz baicôp. - Après avu stu d'ner on côp d'oûye so s'novelle
dimeûre, Jeannette paya on meûs d'avance et derit st-à l'feume qu'elle abag'reut à l'vesprêye.
Ci fout n'jôye po Mme Nânârd d'avu louer divins on boquet pierdou dé vix qwârti d'Jus d'la Moûse.
— Dè mons, si d'ha-t-elle tot r'prindant s'vôye, nolu ni m'vairè tourmetter, ji vikrè pâhule avou m'feye so l’timps qui Piére et Paul mi pins'ront rèvôye à Bruxelles comme j'el z-i va fer creûre.
Tot fant des chestais è l'Espagne Mme Nânârd avna â pont d's'Âches et l' pus sins gin'mint de monde elle dimanda à on lècheu d'baye si n'voureut nin fer n'coûsse por leye.
— Porvu qu'vos m'payîse bin, fat nosse nawais, ji sos d'acwér. Qui fât-i-fer ?
— Aminer on coffe et quéques camages cial è Gravioule.
L'homme alla qwèri s'cherrette so l'Moûsse et Jeannette elle kiduha è si ancienne dimorance. Ci fout l'affaire d'on d'mèye qwârt d'heure po nosse pwèrteu âs sètches de chergi li coffe, li banse di l'èfant et quéques bardah'reyes so l' tcherrette, Qwand il ava fini, Jeannette lî rik'manda del rawârder à l'cwene di Noûvice dè costé de Martchi.
— J'âre co saqwantes commissions à fer ; rawârdez m' bin là, vos n'y pièdrez nin.
— Ottant de batte mi flemme à l'cwene dé l'rowe Noûvice qu'à l'cwène dè pont d's'Âtches, fat nosse nawai tot tchèrant èvôye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Joseph Vrindts
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 21 novembre - Voltaire / François Joseph Charles de Habsbourg-Lorraine
» la Marie Joseph......
» Joseph Brocart
» Ça me prouve que je suis à ma place - Jael Joseph Bird
» La fin d’un régime sanguinaire : Le PPRD projette la chute de «Joseph KABILA»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: