Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jacques Desmet (ratournaedjes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 607
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Jacques Desmet (ratournaedjes)   Mer 9 Jan - 9:00

Li matrassî

Adaptation d’un extrait de « De la salade » Roman d’Armel Job Présentée au concours organisé par la Fédération Royale Luxembourgeoise Culturelle Wallonne et Gaumaise du Luxembourg Belge.

Li Frèdo ; si comére Louwîse n’areûve sitî là, il areût dwârmu d’dins : dins s’ camion !
« Mi yut’ » come il l’ lome, come li grand yut’ di fiêr pindu à chipète dissus li d’vant. C’è-st-on agayon qu’ lès-Amèriquins avîn’ tapé là, su l’ bôrd dèl vôye al filéye dèl guêre.
Quand vos l’ purdoz pa li d’vant, vos dîrîz veûy dès laudjès lunètes qui catchenut lès boles dès-ouys d’one oulote sipèsse come one môye di foûr. Pa d’zo ça, bin pingnîye, fine blanke, rilûjante, riglatichante au solia, c’èst come one laudje pèsante moustatche què lî tchaît su s’ minton. Drèssîyes di chaque costé dèl parechoc ; deûs-antènes, come deûs cwanes, achèvéyes pa dès rodjès lantiènes, trianenut à chaque côp qui l’ bièsse si dispiète.
C’èst tot ç’ qui lès tchèts èt lès poyes, apés su l’ vôye, vèyenut dèl bièsse, divant d’ rèclôre leûs-ouys po d’ bon. Lès cias, pa mirauke, qu’arîn’ yeu chapé à li d’vant, arîn’ bin tchèyu mwârt d’astampé, rin qu’a veûy li d’drî ! Ci n’est qu’one bène avou one indjole sins cu ni tièsse, prèsse à rider al mwinre pitit choyadje. Li gueûye d’one trèmouye osse. Dès rouwes à dints grignenut. Lès tire-satchs chîlenut. Lès courwès chifèlenut. Lès manètes sautèlenut. Ét dès batchs di totes lès cougnes, tos comachîs : one èplausse, on flègmon !...

Lès-Amèriquins s’è sièrvîn’ come machine à bate lès dinréyes. On d’veûve èforner lès djaubes pa l’ trèmouye, èt lès s’minces, rinètîyes di leû bale di pâye, tchaîyîn’ dins lès satchs agriftés aus tîyaus di d’zo.
Nosse Frèdo li aveût trové one bèsogne què li rapwârteûve bin d’ pus. Avou lès dinréyes, i n’ènn’aveût po bouter qui dèl fin d’ l’awous’ jusqu’aus prumèrès djaléyes. Tot l’ monde n’èst nin cinsî, mins tot l’ monde à one bèdréye à s’ maujone ; si nin deûs, si nin d’ pus ! Après saquants-arindjemints, Frèdo aveût parvinu à fé moûre dèl lin.ne di bèdot à s’ machine… Èt, i s’aveût mètu matrassî.
I-gn-aveût co wêre di matras qu’èstîn’ bourés di r’ssôrt di fiêr à c’ timps-là. One payasse, ci n’èsteût qu’on grand satch di twèle rimpli d’ flotches di lin.ne. On s’i stind d’ssus fin long. On s’ cotoûne saquants côps po bin prinde si foume, èt op ! c’èst po tote ti naît sins paupyî. Dèl matinéye, vosse comére vint drovut lès finièsses èt r’tourner lès payasses po lès ranairî. Al l’ longue, li lin.ne si racrapote, divint deure… I-gn-a pus qu’a uker l’ matrassî !…

L’indjole mousse è l’ coû. Frèdo diskeûd lès twèles dès matras - plats come dès rin.nes – qu’on late à sès pîds. I mèt s’ machine à l’ovradje. Èle brûtîye di tos lès diâles. Èle triyane di tos lès costés. On côp qu’èlle a atrapé s’ bon trin, èle si rapaujîye po rascoude lès fligotes di lin.ne dins s’ trimouye. Li pouchêre vole plin l’ coû. Li vint l’èpwate : one nûléye vèsse di cane ! Li lin.ne, batouwe, sofléye, rinètîye, potche foû dèl tiyau di d’zo… Frèdo n’a pus qu’a rassèrcî l’ twèle plin.ne come on-oû. On s’ daurereût d’sur lèye po l’èstrimer sins taurdjî.
Lès bèdréyes achèvéyes, Frèdo èst nwêr come on chovion. I ratche. I tosse. I cheût sès loques. I r’chaurdut s’ nez dins-on grand rodje mouchwè d’ potche à blancs pwès, t’ossi laudje qu’on drap d’ mwin.. I satche si vèssîye di pourcia, si toubac èt sès fouyes foû di s’ potche. I s’è rôle one, I l’alume. I satche dissus. I ravale li fumêre. I l’ ridjète pa sès traus d’ nez come deûs soflèts d’ trins à vapeûr. Il èst pèrcé è l’idéye qui ça li r’nètîye sès peûmons. I s’ rècrèstéye dins sès pouchêres. Il èst tot binauje quand i tosse come on vî r’naud. C’èst qu’i boute, li !. I n’a nin peû d’ossî ! I sint bin qu’on l’ riwaîte. I n’ lache l’ostèye qu’on côp scran mwârt djus. I d’vint sankènaîwe. Amon lès cinsîs, on veût voltî d’yèsse sankènaîwe ! Li mia d’ tot, c’èst lès skèrnaches dins sès paumes, li bokèt d’ dwègt què li manque, si cingue di cû po s’ drompûre…

« Vos froz vosse compte, Frèdo ? »
« Cint francs pîce, nosse dame ! »
C’èst tchêr èt vilin, mins ça vaut l’ pris. Frèdo prins on chame, èt s’achide à l’ tauve. Li cinserèsse li d’mande s’i vout bwêre :
« On p’tit pèkèt, Frèdo ? »
« I n’ vos faut nin drovu one botâye por mi, savoz ! Dj’inme ostant one jate. »
Èle li sièt one jate di r'bolu dèl cafetiére à busète, qui d’meure d’astok tote li djoûrnéye su l’ plate bûse.
« Dji m’ vos va qwêre vos cens su l’ plantchî. »
Èle si sièt dèl pris d’ l’ovradje dins s’ boûsse qu’èst catchîye yinte deûs linçoûs dans l’ grande drèsse. Frèdo ramouye si dwègt po compter lès biyèts. I lès r’plôye dins s’ portèfouye. I lès r’mètrè à s’ Louwîse qui lès r’montrè su l’ plantchî èto, dins s’ catchète da lèye.
On côp qu’on a stî payî, c’èst come quand on a stî priyî po mougnî. I n’ vos faut nin dire : «Panse plin.ne, a r’vwêr marin.ne ! » ça n’èst nin come i faut. I vos faut taper one divise. Li cinsi s’ plind do timps, trop sètch, trop frèch, trop tchôd, trop frwèd. Frèdo è risquéye one :
«Vos âroz one miète di foûre, sins manque ?! »
«Anéye di foûre, anéye à r’moûre ! »
Qwè v’loz rèsponde à ça ? Frèdo fait sine qu’ayî dèl tièsse. Nin dandji dè dîre biacôp po s’ bin fé comprinde !...

Dispû todi, l’ payisan s’ cobat avou l’ nateûre. L’ nateûre èst midone. Oyi-da, mins midone di cruwauds, di mougneûsès bièsses, dès ptites come dès grosses : pûs, dorifôres, vièrs, rondjeûs, robètes, di maladîyes : rouye, mildiou, evnd … Fé do l’ cultûre c’ èst s’ duvu bate tos lès djoûs avou lèye. I n’ faut nén l’ lèyî fé c’ qu’ èle vout. Èle vout todi aler d’ truviè èt i l’faut fé roter drwèt. Li fé sûre dès riles. C’qui l’ payisan inme li mia c’ èst l’ artificièl. Li brut, li sauvadje c’ èst po lès doûs sots dèl vile.
Si l’ drache a flayî l’ frumint à têre, si lès strins sont nwâris pa l’ plouve, c’ n’ èst nin po leû boûsse qu’is ont peû l’ payisan èt Frèdo. I va awè assèz d’ frumint d’ France oco d’ bin pus lon po l’ amougnî dès djins. Èt dès crompîres i va è nn’ d’ awè di pus qu’ i n’ faut. C’ qu’ a stî pièrdu d’ on costé va ièsse riwangnî pa l’ ôte. C’ qui fait mau c’ èst qu’ on a bouté po rin. L’ tchamp arindjî, tot caré, lès rôyes drwètes èt lès grin.nes arotées come dès soûdârds. L’ Frèdo lès riwêtéve todi avou plêji quand i passéve lilong do tchamps à tch’vau dissu s’ moto odobin achîd dins s’ n’ « ût » , s’ coûde rèchant dèl doviète bawète. L’ maîsse, li, l’ dimègne, après s’ din.ner vinéve s’ aspouyî à on postia, massiyî ène yèbe èt admirer l’ tåvla. Min tot è-st-aflachî, k’mahî, racafougnî, mwârt, laîd, come on rèdjimint coudu à grand côp d’ canon. L’ nateûre èst wangnante. I dimère vos ouy po tchoûler.
(l' "fauve" èst foû)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Jacques Desmet (ratournaedjes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nage de St Jacques à la coriandre et au lait de coco
» J. Jacques MANOURY est-il décédé à Boulogne (62) ou (92) ?
» Jacques Rouxel (1931-2004).
» Ragout de St Jacques aux petits légumes
» Jacques Prévert.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: