Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jules Boulard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Jules Boulard   Jeu 16 Aoû - 11:59

http://wa.wikipedia.org/wiki/Jules_Boulard

PAYSAGES DE MOTS

Pou bin r’wétî lès bés paysadges deu nosse payis d’ Tchonvîye, mi, djeu clôs mès eûyes… èt djeu doveure mès orèyes… Adon, tot choûtant, dins nosse patwès, djeu lès wès, lès pachis, lès mwéjons, lès bwès, lès peumîs, lès pins silvèsses, lès ônés, lès pètoûnîs, lès fètchîres, lès ampoûnîs… èt, d’ ossi lon queu dj’ seus… deu peus queu dj’ sèrre mès eûyes… deu peus queu dj’ lès wès, queu dj’ lès sins, èt queu dj’ lès peus oyeu tchantér.
Més, pa dès côps, i m’ san.ne qu’ asteûre djeu seus tot seû pou l’ z’ oyeu, pas’queu l’ kûr dès djins n’ a peus lès min.mes orèyes, u bin qu’ leu tésse èst trop plin.ne deu mile ôtes breuts, dès breuts d’ moteûrs, dès breuts d’ tracteûrs û d’ tronçouneûse, dès breuts d’ TSF, qui n’ drovant ni la moinsse peutite vôye ô érs dou vî timps, dou vré vî vint d’ bîje èt d’ tous lès bèrdèladges qu’ il amon.nôt.
Dès bèrdèladges ? Oh ! Non ! C’ èstot bin mî qu’ ça.
« Dins l’ timps… Dins l’ timps… »
« C’ èstot dins l’ timps… C’ èstot l’ bon timps… »

Cès mots-là sounant à mès orèyes coume eune tchanson, coume la cî qu’on peut choûtér ô lon des bîrs, û la cî qui coûrt pa d’sous lès brantches dès hôts clotchîs ô peus parfond d’ nos s’pèches èt d’ nosse Leuchy, coume leu scrijot si bin l’ Paul dou Verlaine.

Au pays de mon père on voit des bois sans nombre.
Là des loups font parfois luire leurs yeux dans l’ombre
Et la myrtille est noire au pied du chêne vert. (…)
Les villages de pierre ardoisière aux toits bleus
Ont leur pacage et leur labourage autour d’eux.


C’ èst coume la tchanson qui fwét in breut d’ gueurlot ô collé dès tchfôs, dès tchin.nes d’ acolètes, al meuseûre dou spinçron qui s’ vanne à tère d’sous lès grètes-keus û les nwâres seupines.
C’ èstot toute la vîe dins eune ritoûrnèlle : tout l’ couniche, èl « sagesse » d’jot-on en francès, l’ apprintissadge, djoûr après djoûr, mot par mot, mwin par mwin, deu tout c’ qu’ in marchô d’vot sawère… pou bin t’neu l’ grand plane à adossî les tchames dou tchér, pou carossér in achî ; tout c’ queu l’ sabotî d’vot apprinde dou moumint dou sblôtchadge aveu l’ plane djeusqu’ ô fleûradge aveu l’ grifèt, pou façounér la grosse covérte dès sabots flaminds èt qu’ i n’ soyichent ni des cofeus bîlés.
El « sagesse », c’ èstot ossi d’ peu rwétî eune ôbe, in tchèn.ne èt sondgî « Hmm ! quand la scôrce èst grîje… n’ yèt brâmin d’ blan bwès ; breune aveu dou moussiré, c’ èst mî ! » ; û bin, d’ vant eune eûrée d’ astrèlles plantée dins lès djonqués : « lès asses n’ émant ni l’ éwe, èles dèracinant éjîmint… »
El « sagesse » c’ èstot ossi d’ pleu ratinde lès bîjes d’ avri pou n’ allér ô bwès, montér in bralioû pou r’loyî lès rondins, lès findants èt lès chértes, tchèrîr après awèr astitchî dès coulètes èt, d’ abôrd, dèbardér aveu in bé roncin attèlé à in boun arôyoû. Et mon.nér lès tchfôs !… Ah ! Lès tchfôs ! Lès nôs n’ èstint ni dès bésses, més dès vrés sossons.
El « sagesse » c’ èstot, gamins, ô long dès orlés, aveu in fossoû, cwèdant lès treuques à tanrijon û bin hawant lès bèrbigètes, lès rabrouches èt lès wazons pou z’alôrgî la virée d’ eune plin.ne pôme… qu’ on r’wétot passér l’ bèrdjî aveu sa oulètte, poûssant lès beurbis, lès bèdos, èt qu’ on sondjot « mi, dj’ émro mî n’ alér à scalot pa d’ tavô lès vôyes, èt mwindjî eune faguée dou pwin dou lîve ! » … més, tot zûnant, deu s’ reumète quand min.me à l’ ovradge sins alcotér…
La vla ma meusique… La bèle meusique c’ èstot ossi quand on batot seu l’ ére dou l’ grègne. Lès mèyeus flés c’èstint lès cî qu’ avint eune mancion en pé d’anguîe, brâmin mî qu’ in courion pou r’loyî la montagne à l’ em.mantchûre deu frèn.ne : aveu ça on djouwot eune meusique ossi bèle queu la cî qui f’jot valsér, toûnér lès coumères à l’ dicôse dins lès guinguètes.
Asteûre, cète meusique-là meu rind leu cûr alotche…

In djon.ne solé brét dins l’ astrèle,
Seu l’ mousse ô cûr des nwârs tchayés,
R’tchaufant les pîres èt lès èstèles
Leumant les éwes, l’ long des pazés.

Sa leumîre teume, coume vint la nîve,
A plin.nes brèssîs deusseus les pwin.nes ;
Lès stwâyes ont glissî d’seus la rîve,
Tchandèles de glace, ôr des bidin.nes.

D’seus lès labours, in pô d’ feumîre :
In lîve al cwète coume in soké,
Leu poye loûjant, tran.ne ou solé,
Timps queu dj’ m’ è’va pa l’ ceumintîre

Rwâmant lès foyes, lès fanes, l’ èsté,
Pîsintes, neutîes – atadjes de dgîle –
Le cûr sèrré qui brét qui pîle,
Quand lès années veunant toklér…

Jules G. BOULARD, parexhou dins on live so les pintes.


Dernière édition par lucyin le Ven 17 Aoû - 4:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Jeu 16 Aoû - 12:18

La mwéjon

I fôt quate pîres aveu dès skayes,
I fôt in clôt èt in marté,
Eune boune pinte d’éwe dins l’vî touné
Qu’ èst d’meuré là padrî la hâye.

I fôt dou bwès qu’ èst bin r’sètchî,
Eune pougnîe d’chértes dins la bozée,
I n’ fôt qu’in vé àl stamounée…
In fond d’ pèket pou s’ ralètchî.

Fôrot dès tchitches dins l’ tchambe doul taque,
In deur djambon d’seus les tcheumnôs ;
Fôt co eune hâtche, eune fon.ne qui clôt
Et eune vî chôle conte doul baraque.

Peurdoz dins l’ bwès in djon.ne bokion
Aveu n’ bwéchèle tène coume eune coche,
Eune tôle, eune drèsse èt deux galotches…
N’a fôt ni d’peu pou la mwéjon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Jeu 16 Aoû - 12:19

Leu cûr alotche

In djon.ne solé brét dins l’astrèlle,
Seu l’mousse ou cûr des nwârs tchayés,
R’tchauffant les pîres èt lès èstèlles
Leumant les éwes, l’long des pazés.

Sa leumîre teume, coume vint la nîve,
A plin.nes brèssîs deusseus les pwin.nes ;
Lès stwâyes ont glissî d’seus la rîve,
Tchandèlles de glace, ôr des bidin.nes.

D’seus lès labours, in pô d’feumîre :
In lîve al cwètte coume in soké,
Leu poye loûjant, tran.ne ou solé,
Timps queu d’j’m’èva pa l’ceumintîre

Rwâmant lès foyes, lès fanes, l’èsté,
Pîsintes, neutîes – attadjes de dgîle –
Le cûr sèrré qui brét qui pîle,
Quand lès années veunant toklér…

Jules Boulard
Janvier 2007


Dernière édition par lucyin le Ven 17 Aoû - 4:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Jeu 16 Aoû - 12:19

Lès p’tits rwès

C’nèstot qu’in bwès, rin qu’eune seupèche,
Bin long dou viadje, padrî les bîrs ;
L’ci qui l’kouneut, n’saurot mî dîre,
In bon vî bwès, rimpli d’foyes sètches.

Au long des hâyes èt dès vivîs,
On z’y n’alot pas l’èrmitadje ;
Aveu les ôtes gamins dou viadje
On s’y grètot aux ampounîs.

On s’y k’chèrot aveu les coches,
Et tin d’l’hivér, d’seu les sokés,
Quand i djalot deur dins lès prés,
Ca sounot fôrt d’zous lès galotches.

Djeu m’y wèt co – deu d’vant hersot –
Assis d’seu n’brantche û dins la nîve
Pou z’y mwindjî l’bon pwin dou lîve
Qu’èstot bin sètch coume in fagot.

In bon vî bwès qui m’prind ou kûr,
Bin long de d’ci, dins lès neuadjes
Dou timps qu’ j’èstins dès p’tits sauvadjes
Û bin dès rwès, dj’ n’a seu ni chur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Jeu 16 Aoû - 12:20

El rindèz-vos des vîs pal’tots

El rindèz-vos des vîs pal’tots
C’èst bin la mèyeu dès dicôzes,
Aveu s’ bon goût de r’vaz-y-co
On z’y rasconteur on z’y côse ...
El cî qui peut y r’vint voltî,
A pî a tchfô û in calèche.
C’èst l’ bon vî timps dès vî scolî,
Ons sèrre lès mwins èt on z’y r’lètche
Tos lès vî pal’tots,
Tos lès vî pal’tots

On wèt voltî l’ cî qu’a mô s’ dos,
Qu’a co dix tchfès deusseus s’ caboche,
L’ cî qu’ n’a peu d’ dints, l’ cî qu’a mô s’ gno,
Dès cwârs ô pîs dins sès galotches ...
Et dès djon.nes qui n’ savint ni co
R’ lètchî l’ lècé drî leuz orèyes,
Qui s’ rant bintot dès vî bèdos
Tot choufflant drî lès djon.nè fèyes :
Dès tot vî pal’tots,
Dès tot vîs pal’tots.

Dins l’timps on pètot l’diâle a pî
Et co lès boutons deu s’ braguète,
On s’ foutot del fon.ne dès cinsî
Stritchant leu kouméres d’seus l’ bèrwète.
On n’allot à scole ou gros bwès,
Choûtant lès l’çons dès caracoles ...
Ah ! qué bon timps ! J’èstins lès rwès
Dès cann’ à pêche èt dès bricoles,
Nos lès vîs pal’tots,
Nos lès vîs pal’tots

On pich’ bin peu hôt qu’ nos solés,
Quand on pète on man.nèt s’ keulotte,
Ce sont lès gnos qu’ sont st’ arrosés
Et nos vîs fèmmes f’jant dins leu cottes.
Asteure qu’on z’ èst bin rassotî
Pou yèsse contint n’fôt peu grant’ chôse ;
Rire de bon cûr, c’èst noss’ pléji,
C’est noss’ bounheûr, c’èst noss’ dicôze,
Nos, lès vîs pal’tots,
Nos, les vîs pal’tots.

Quand on n’ pourrait peus rabrèssî
L’ meuzé loûjant dès bèll’ koumères,
Quand l’ glace nos teum’rèt dseus lès pîs
Eyèt la grèlle èt lès misères,
Nos îrant coume lès vîyè djins
Nos assîre à l’ peu longu’ dès chîges,
La cî qui deure, qui n’a pont d’ fin,
Tot strindeu dins la bèle tcheumîge
Dès trop vîs pal’tots...
Nos lès vîs pal’tots !


Dernière édition par lucyin le Ven 17 Aoû - 4:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Ven 17 Aoû - 4:28

L’ayousse

On counichot l’èsté, dou f’nô djeusqu’à l’ayousse,
Dins lès steûles, lès avon.nes, lès creupèttes, lès teurzés,
La fon.ne al mwin, lès tchfôs ou tchér, ou grand solé,
Sintant bon l’swâye, l’frumint, mille feusteus blonds, pâye rousse.

Lès tchèrdons sètchs piquint lès djérbes à plin.nes brèssîs ;
Ployant dou gnot d’in bé côp d’rin pou l’z’ès r’loyî,
On l’z’î trèssot aveu dou hôt, coume eune coumére,
Eune taye deu waspe d’vant d’lès drèssî, leu keu al tère.

Lès pômes craquint d’zou lès solés, aveu in breut
Qu’on z’ôrot creu qu’cèstot dja l’pwin, û l’feu,
Qui crèpitot dins l’for, aveu l’odeûr dès grandes fènasses,
Dès faguées d’mièl, dou cafè nwâr dins la vî tasse !

En chûvant l’houme aveu l’beuhâ qui fôtch lès rôyes
À bés andés, lès radrèsseuses à tout moumint,
Aveu lès djèrbes, on z’aurot dit qu’èlles rabrèssint
Dins leu tîrtin.nes, tout l’ôr dès tchamps, tout l’ôr dès vôyes.

J. Boulard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
timpane



Nombre de messages : 1
Age : 30
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Jeu 12 Sep - 23:23

D’seus lès labours, in pô d’feumîre :
In lîve al cwètte coume in soké,
Leu poye loûjant, tran.ne ou solé,
Timps queu d’j’m’èva pa l’ceumintîre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Jules Boulard   Ven 4 Sep - 7:04

Leu cûr alotche


In djon.ne solé brét dins l’astrèle,
Seu l’ mousse ou cûr des nwârs tchayés,
Rtchauffant les pîres èt lès èstèles
Leumant les éwes, l’ long des pazés.

Sa leumîre teume, coume vint la nîve,
A plin.nes brèssîs deusseus les pwin.nes ;
Lès stwâyes ont glissî dseu la rîve,
Tchandèles de glace, ôr des bidin.nes.

Dseu lès labours, in pô d’ feumîre :
In lîve al cwète coume in soké,
Leu poye loûjant, tran.ne ou solé,
Timps queu dj’ m’ èva pa l’ ceumintîre

Rwâmant lès foyes, lès fanes, l’ èsté,
Pîsintes, neutîes – atadjes deu djîle –
Le cûr sèré qui brét qui pîle,
Quand lès anées veunant toklér…

----
Foirt bea boket, powetike eto !!!

Målåjheys mots

On djonne solea brait dins l' hestrele, [astrèle = hestrele => dins l' bwès d' djonnès hesses (tuzez a : rowe del hasse)]
So l' mossea, å cour des noers schayeas (= petite écaille, tchayé : S104 p. 233, ewalpeure del fayine, cupule de la faine); dins ç' payis la gn a des forcoridjaedjes SCH (nozotes : CH ou SK) => TCH (schaerbote = scârbote => tcharbote) https://wa.wiktionary.org/wiki/schaerbote#Ortografeyes

Rtchåfant les pires et les esteles (ciddé = les ptits bokets d' bwès di l' abataedje d' ene hesse)
Loumant les aiwes, l' long do pazea.

Si loumire tome, come vént l' bijhe
A plinnès bresseyes, dissu les poennes (comprindoz come vos vloz : les tchagrins ou les dints-d'-tchén : c' est l' minme mot)

...

Roemiant les foyes, les fanes (di canadas), l' esté, [roemyî, nozôtes "rwâmer" = ruminer]
Pî-sintes, nutêyes - ataetches di djîle - (les stoeles del nuteye sont rlujhantes come les botons d' on costume di djîle)

Cwand les anêyes vinèt tocler (toker a ptits côps, po dire : il est tins d' mori).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jules Boulard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jules Boulard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les petites maisons de Jules GOSSELIN
» Le Havre - Rue Jules Siegfried
» La Normandie de Jules Janin.
» Jules SIEGFRIED (1837-1922)
» Pauline ROUSSEAU épouse Jules MICHELET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: