Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eugène Gillain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 603
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Eugène Gillain   Ven 23 Déc - 10:11

http://wa.wikipedia.org/wiki/E._Gillain

Udjinne Djilin n' escrijheut nén e sistinme Feller, mågré k' i scrît diski dins les anêyes 1940, et k' il est l' vice-prezidint d' ene soce (les Relîs namurwès) k' a-st accepté l' idêye do Feller dispu les frés Maréchal dins les anêyes 1910. I fåt ratinde 1987 po ki l' dierinne di ses ramexhnêyes soeye replaideye e 1987 dins Les Cayés walons (djanvî et fevrî) po lére di l' Eugène Gillain e Feller.

Les sauverdias

On z-estéve su l' difin d' fèvri. L'hivièr avait stî fwârt doux jusqu'à là : pon d' nîve ni d' djalée ; les grusalis verdichaint à grands côps, les murets estaint floris, les mauvis chouflaint come des vrais musiciens qu'is sont et les afrontés d' sauverdias s' porchuvaint è tchîplant come des fous en sondjant à leûs nids...
— On r'payerè ça pus taurd ! dijaint-is les grigneûs.
— Ci qu'est iute est iute ! respondaint l' z-ôtes.
C'est les grigneûs qu'ont ieû raison, nin pasqu'is l'avaint grignî, mais pasqui ça d'vait aller come ça.
Li timps s'a rafrèdi tot d'on côp.
— Bah ! c'est les vias d' mârs qui sont timprus ! ...
Mais les gazettes avaint anoncî qui gn-avait brâmin de l' nîve en France et les anciens hossaint leû blanke tiesse en prédichant qui nos n' n'aurains bin rate èto.
Come d'effet, on s'a rèwèyî avou on d' mé-pîd d' nîve. Elle avait tcheû paujèremint, sins brût et gn-avait des gros paquets su les aubes et su les grusalîs. — Rin d' pus bia au monde.
Les èfants dansaint è criant : « Del nîve ! Dèl nîve ! » Mais l' facteûr nè l' purdéve nin come zèls ; les ovrîs non plus. Li nîve, c'est des « Plais't-i posse maisse ». Les p'tits mouchons co mwins'.
Les sauverdias tot ravèssus tchîplaint tot pèneûs, astapés dins les poirîs, su l' bôrd des twèts et dins les traus d' mani. Is l'avaint l'air do dire : « Allons, mes bounès djins, nos èstans des brâves pitits mouchons et nos avans fwain. Tchip ! tchip ! tchip ! Quétfie one miète maraudeûs, nos purdans nosse pitite paurt di vos cèréjes et d' vos p'tits pwès, mais sondjîz aux milliards di mouches et di p'titès mwaichès biesses qui nos distrûjans ! Tot compté et tot rabatu, nos vos fians pus d' bin qui d' mau. Tchip, tchip, tchip
Saquants mies di pwin po nos chaper la vîye ! »...
Et l' nive tchèyéve todis sins s' presser.

Dj'a choyé m' pavée come tot 1' monde et dj'a fait one pitite pissinte ; dji m'amusais come on' èfant. Les gamins calonaint les bauchèles à côps d' bolets, li vitèrinaire passait su si z'glite avou si tchfau qui fiet soner totes ses chilètes.

C'estéve l' hivièr, li bia hivièr come il est r'présinté su li p'tite imaudje di l'ôrmonake di Lîdje.

Puis, come di jusse, dj'a chové dins m' djardin on bia carré et dj'a semé des spiyûres di pwin et des s'minces ; et ,dji m'a mètu à l' fègnèsse è ratindant les mouchons.
Ça n'a nin taurdjî. Mes sauverdias sont v'nus onque à onque s'astaper su l'aube li pus près do carré. Is l'ont tchiplé sakants côps come s'is s' dimandaint : « Est-ce po d' bon ? gn'a-t-i nin on quatenchif catchî là pa d'zos ? Tchip ! tchip ! tchip ! Après tot, poqwè-ce qui ci n' sèréve nin l' Providence des mouchons ? »... Tchip ! tchip ! Is l-ont saut'lé su les pus bassès couches ; gn-a deux qui s'ont hasardé à terre et ont cotoûrné è zoublotant autoû do carré. Enfin, l' pus hardi s'a daré su l' pwin et frrt ! èvôye bin long avou dins s' betch.
On les a lomé les moineaux francs ; portant, dj'a l'idée qui les vîs sauverdias leû z-ont appris qui les hommes sont co bin mèchants et qui les cèpes et les baguètes di glu n'ont nin stî inventés po z-atraper les sorêts ; i n' frève nin auji en tout cas leû mete do rodje sé su leû quewe.
Mais is vôï'nut tot d' suite à qui is 1-ont à fer. Et m' pwin et mes s'minces ont stî rate sitrouflés. C'est come quand on met on spawèta su on cèréjî : is 1-ont bin rate couviè di leûs p'titès chites i ... Is sont d'mefiants, mais is n' sont nin biesses.
Dj' a sti r'cwê do pwin et dj' a r'sèmé des s'minces.
Par mi, les mouchons ont leû T. S. F. ossi ; on quart d'heûre après, les masindjes, les rôtias, les pinsons, les p'tits rouges-gorges, les mauvis estaint à tauve avou les sauverdias. Gn-a minme ieû one agasse oui n'avait nin portant stî invitée.
Les tchip, tchip estaint dèdjà pus gaies. Tchirip ! tchirip ! Merci ! Merci !... Nos v'là chapés por audjourd'hu. Dimwin... Mais ni sondjans nin à d'mwin. — Le pain quotidien ! nos a enseigné nosse bon Papa di d' Là-Hôt.

Mi, dji sondjais à hayir et à advant-hyîr ; et dins mes sov'nances di vî gamin, dj'estais tot saisi di vôye qui les sauverdias r'vègn'nut si sovint. Ça sèréve trop long à dire. Dji n' mi sovêrè audjourd'hu qui d'on matin d'hivièr fin pareil à ç'tici.
Dj'avais vingt ans et dj'èstéve rallé à m' villadje passer sakants djoûs d' condjî. Mi matante mi dit comme ça :
— Vos wêtroz bin à li p'tite tin qu' dj'îrè à basse messe. Elle n'est nin malaujîye ; vos n'avoz qu'à vos mète à l' fègnesse avou lèye et vos n'auroz pon d' rûses. Dj'a chové on carré dins l' nîve;, dji va semé do pwin et des s'minces et vos auroz do plaiji tos les deux è wètant les sauverdias.
Li p'tite Maria avait trwès ans. Vos nos là installés à l' fègnesse et dji comince h v'lu lî raconter one fauve. Mais elle ni choûtait nin ; ses ouys rilûjaint d' plaiji è wètant tchair les millions d' blancs papillons ; elle fiait bravo avou ses p'titès mwins, elle n'estait pus di c' monde-ci. Il a fallu qui dj' lî dîe li nom di tos les mouchons et c'est st-à n' nin crwère ci qu'elle avait à raconter à s' moman quand elle a rintré d' messe.
L'èfant s'amuse avou rin, a-t-on dit. Mais poqwè ? Pasqui por li, tot est novia. De l' nive et des mouchons quand on les vèt les prumîs côps ! Les fleûrs, por one pitite bauchèle ! Dj'è n' n'a conu one qui v'lè coude totes les marguerites d'on grand pré... Nos ôtes, nos estans acostumés; i nos chone qui ça dwèt aller ainsi et nos n' vèyans pus tot ç' qu'a sti mètu autoû d' nos po nosse bounheûr.
Riprésintez-vos li terre sins verdeû, sins fleûrs, sins aubes, sins mouchons... Et sins èfants, sondjais-dje è r'wêtant mi p'tite crolée cousène ! ...
C'est seûr'mint qui ç' sèréve one vallée di lârmes ! Mais volà qui dji m' mets à co v'lu fer do vî philosophe...

Riv'nans à nos sauverdias, aux sauverdias, mes fréres !

Sauverdia. C'est drole, mais dj'a pinsé longtimps qu'au moins dins posse Wallonie, on n' plèt nin lomer ç' mouchon-là ôtrumint. Portant, do costé d' Ciney, on n' sauréve nin ç' qui vos v'loz dire. Por zèls, c'est des mouchons d' tè. Dins l' z-Ardennes, c'est des mwin-niaux. A Charlèrwè, des pierrots. A Lîdje, des mohons, des chiripes. Ote paut, des gros-betchs, des chabotaus. Et en flamind, vos l' savoz ossi bin qu' mi, c'est de musch. Et, comme i gn-a des sauverdias à peu près dins tos les pays do monde, ossi bin à Paris qu'à Londres, à Rome qu'à Batavia, i s'réve curieux d' sawè tos les noms qu'on lî a mètu.
Mais, sins i les conèche, c'est st-à sauverdia qui dj' done 1i cocâde. Ci nom-là va bin avou li, qu'on dîye ci qu'on vont. Li sauverdia est st-on mouchon nin fiér, one miète paysan qu'a l'air avou s' casaque di pilou, d'awè todis ses guènîyes di tos les djoûs. Li Bon Diè nè lî a nin doné on doux tchant ni des bellès plumes. Mais c'est st-on mouchon tot l' minme !

********************

Edmond Etienne, li bon scrîjeû d' Djodogne, avait baptisé l' gazette qu'il avait mètu su pîd : « Li sauverdia tchîpiant tos les quinze djoûs ».
« Li sauverdia qui voltée tos costés, qui broque hare et hote, va sayî à côps d' pattes et d' bètch di staurer tos les wallons tavau l' pays »...
Mais ç' sauverdia-là a tchanté pa momints come on vrai rossignol ! ...
On n' pout nin tchanter tortos come li rossignol. Est-ce po ça qu'i n' faut nin tchanter ? Fians « tchip, tchirip ! » si nos n'estans qu'on sauverdia... Allons, les sauverdias wallons ! Boutans-nos à l'ovradje ! Tchip ! Tchirip et djaw djaw ! ...
Etur les maches, choûtans tchanter l'aulouète, li pinson, li mauvi et même li rossignol, et à l' longue, nos « tchip tchirip » divèront one douce tchanson qui l' Walonîye choûteré enfin avou les lârmes aux ouys...

dins : "Do minme tonea", Romain, Fosse-li-Veye, 1951


Dernière édition par lucyin le Lun 26 Déc - 3:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 603
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Eugène Gillain   Sam 24 Déc - 10:41

Ôte tecse då Djinne Djilin :

http://bioul-notre-village-natal.over-blog.com/article-li-vi-martchand-d-aurmonaques-90901270.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 603
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Eugène Gillain   Lun 26 Déc - 3:57

Modêye e rfondou des "soverdeas" :
http://rifondou.walon.org/Gillain_Eugene.php#soverdea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eugène Gillain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eugène Gillain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» François-Eugène VIDOCQ
» Qui connaît Eugène Krampon ?
» Les acquisitions Normandes du musée d'Alençon.
» merci OLIVIER
» L'affaire Christian Ranucci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: