Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Manfred Lejoly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:04

Sol Tôr

Qwand qu’djè veûs lè ptite pinsion què dj’lîve, çoula m’arindge,
Dè griper tos les djôrs sol tôr dè Bôdrindge.
Djè sî valà bé cueû,
Po wèrander lè fagne do feû.

Lè timps nè m’sone jamais long :
On veût tant d’l’afinre qwand qu’i fêt bon !
Ces bètchous montagnes, tot là-drîre,
C’est les tèris des houyîres ,
Èt ces deûs tôrs, lanvan, fant-z-i qu’on l’diche ?
C’est l’èglîge dol Kanhèlbrich.

Ah ! Nè roûvyans nin ! : ( au tel. portable ) Onc’ – Zérô – Zérô ...
Tot’ èn’ onc djè fês ci nimérô.
( au tel. portable ) Allô les pompiers ? C’est Lèyon, valà, à Bôdrindge
Cuèmint dèhéz-v’ ? Qwè ? Ah bon ! ( à part ) C’est l’Feuerwehr dè Bolindge !
( à part ) Qu’est-ce çoula po on vôtyion ?
( à part ) Sèrîs-n’ dèdjà ol qwètrime Région ?
… Dèhoz, …djè v’houquéve po dîre qu’i gn’a ré qui broûle !
( à part ) Dian.me ! Vo-n-là qu’i m’groûle !

Dè qwè djansîs-n’ ? ... Aye, on pout vèy djusqu’à Ês èt podlà,
En min.me timps, on veût tot qui mousse o cafè valà .

Abé vo-n-là djustèmint on’ autocar d’one sècole !
Èt l’syèrveûse est tote Mère-Djû-seûle, i va fé drole !
C’es’t one trûlé des djônès fèyes,… enfé,…saze-dî-sèt ans, des gamines ...
…Vos pèrmètez què dj’ègzamine ? ....
I gn’a d’cèsses qui sont dèdjà nosés ! ...
Mais comme iles sont acan’dôsés !
Des casquètes mètus à rcoulon,
Valà èles ont freûd, valà èles ont tchôd, ( avec gestes )

Adon, des clans, des broques èt des clames !
È-z-ès sorcèyes, o né, è-z-ès lèpes, ol linwe, è-z-ès ... Ah mais lê l’ouf !
On dîreût tos viquantès rèclames
Po l’fôdge do Maurice Kruft !

Lè monde cuèmince sûrmint à tôrner à l’èvyèsse…
Come l’afinre va, on s’hapreût po l’tyèsse !

C’est come valà on pô pu bas,
Èt c’est portant è-mé l’êsance d’Ôvîfat,
An bazanr,là ... cuèmint loume-z-on co ci Capharnaüm ?...
Ah ! Lè Natourparktzèntroum’ :
Ci qui sprinchlon lè platalmand èt cuènot les bonès adresses,
D’on côp arèt-z-i one bèle pètite plèce.

……Qwand djè louque antô d’mi, djè tûse bé sovint :
Què dîrînent nos grands-parints ?

Zèles qui ont tant trîmé avan l’fagne èt les hés...
Côper an bwè, soy do styèrmint, troufler...
O Fond d’Sètchamp, là-drîre,
Èt dseû leûs tyèsses passînent les cos d’brèyîre.

Dè m’djône timps, on-z-y aléve po s’pourminer,
An Neûr Lowé, à Drèlô, è-z-ès Vîs Wéz ...
I vséve co si tranquile, c’èsteût nosse plêsîr,
Èt co chaque fî, on vèyéve des cos d’brèyîre.

An djôr d’û, les gazètes, min.me o l’Allemagne,
Sont rimplis dè grandès rèclames po l’fagne :
« Vènoz tortos » èst-z-i sècrit, «  vènoz à l’pus abèye ! »
...Adon on s’louque landge qu’i nn’è vét des mèyes.

One yède des dgins abôminanbe !
Mantèr ! is sont leûs saqwantes ? !
Des ptits èt des grands, des greus èt des mêches,
Adon, po qu’is n’anchînent nin les pîds frèches,
On-z-a basti des pasês d’bwè, qu’on loume pas’rèles.
Mais po les syèrvi, i fant co dmander atôr zèles ! …
… Zèles : Des bordgeûs d’Vèrvî ou bé d’Tchanrlèrwè
So l’fagne fèsèt lè lwè ;
Avou leûs costumes d’opèrète,
C’est zèles les noûs mêsses sol copète.

Tot est réglèminté, dè Span djusqu’à l’frontîre,

... Mais on n’veût pu nin on seûl co d’brèyîre...


Loffèt (Manfred Lejoly )

Cwanrmê do Baratin, Ôvîfat, 2004
Lèdgîrmint candgé po l’Sîze Walone, Man.m’dî , 12. dè manrs 2005


Dernière édition par lucyin le Lun 31 Oct - 13:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:23

Pasquin.ye do Rwè Renaud

D’après on scriyeûr dèscuènoshu do XVIime siéc’, mais cisse racontroûle est co bécôp pu vîshe .


Lè rwè Renaud rèvéve dol guère...
Sès boyês hértchînent djusqu’àl tère.
Sè mére plantéve sol tôr là-hôt,
Ile vèya v’ni sè fi Renaud.

« Vinè, Renaud, rafîe-tè !
« Tè feume a on p’tit valèt ! »
« Ni dol payîne, ni dè m’fi,
« Û àl neût djè n’mè rafîe. »

«  Abèye, mè mére, sol pîd sol tchamp,
« Apôtishez on bê lèt blanc . »
Adon, qwand l’cloque sonna doze côps,
Cè fout fini po l’ rwè Renaud.

On n’aveût nin oy’ tchanter l’co,
Què les sudjèts pleurînent tortos.
I n’èsteût nin l’eûre dè d’djuner,
Què les dam’hèles avînent pleuré.

«  Dèhez-m’, mè mére, dèhez-m’ poqwè
«  Dj’ô télmint pleurer les sudjèts ? »
«  To lèyant îr wêder nos djvôs,
«  Lè pu bê touma èn’ on trô. »

- « Èt poqwè don, dèhez-m’ on pô,
«  Sè laminter éssi p’on djvô ? 
«  Ca qwand lè rwè va rapôsser,
«  I ramin’rè des fîrs roncés ! »

«  Dèhez-m’, mè mére, mi djè m’dèmande,
«  Poqwè dj’ô tchoûler les sièrvantes ? »
«  An rû, to bouwant nos léçous,
«  Elles ont lèy’ shaper lè pu noû. »

«  Èt poqwè don pleurer éssi
«  Po one seûle piéce dè ci tissu ?­­­­
«  Qwand i rèvinrè, nosse rèwè,
«  Lè mèyeûr drap d’lé rapwètrè ! »

«  Dèhez-m’, mè mére, pôrîz-v’ mè dîre,
«  Poqwè dj’ô les cloques dol moustîre ? »
«  C’est û l’grande fièsse dè Sint Dgèrion,
«  Les cloques houquèt po l’ porcession. »

Èt qwand cè fout l’ramassihadge,
Vôve èsse bèni, come c’est l’ûsadge.
Èt qwand ût’ djôrs fouront passés,
Ses bèlès bagues ile vla mousser.



«  Dèhez-m’, mè mére, aidez-m’ ol tchûse :
«  Quinone des cotes va-dj’ mète sol cwèr ? »
«  Moussez l’vète, ou bé moussez l’grîse,
«  Prindez don l’neûre, djè v’dène l’acwèrd ! »

«  Dèhez-m’, mè mére, dèhez-m’ lè veûre :
«  Poqwè djustèmint cisse coleûr ? »
«  P’one feume qui rèlîve d’on’ èfant,
«  Lè neûre sètofe, c’est cisse qu’i fant. »

Qwand qu’ ile fout moussé ol tchapèle,
On li présinte lè greusse tchandèle.
Dèvant l’anté ile fêt l’plôyète,
Èt veût qu’on-z-a bodgé des djètes.

«  Dèhez-m’, mè mére, dèhez-m’ d’oû vét
«  Què les djètes ont stu rèmouwés ? »
«  Mè pôve, djè n’pous pu veus l’catcher :
«  Renaud est mwèrt èt ètèré ! »

«  Alez’, mè mére, so m’tchambe, là-hôt,
«  Èt vo-n-là l’clé, c’est cisse do scrin :
«  Prindez l’ôr, èt s’prindez l’anrdgint...
«  Dèsognez bé lè fi Renaud ! »

«  Tère, dèzo mes pîds, doûvère-tè,
«  Què dj’ vasse adré Renaud, mè rwè ! »
Lè tère s’adouvra sins nou brut,
Èt s’fout l’rwèyène disparètu !

20 avril 2004.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:27

Sint Nicolê èt les treûs p’tits èfants

(d’après one tchanson do 16 ime siéc’, qui rènovèle one istwère dèdjà raconté éssi vè l’an 1100 )


I –èstînent treûs p’tits èfants,
Qui mèh’nînent è-z-ès tchamps.
Al sîse, is trovèt on mangon.
«  Arîz-v’ on lèt ? Èt n’avans faim ! »
« Vènoz, les èfants ! Moussez d’vins !
« Dol bone greusse sope tchanfe o possson. »

A pône ont-z-is passé l’intré,
Is sont tos treûs’ dèscapotés,
Et dèscôpés à p’tits boquès,
Ol sanmeure come tchanr dè porcê.

Sint Nicolê, après sèt ans,
Vèna à trècôper ces tchamps,
S’ènn’ ala vè l’mangon, sins hisse :
«  Bonut’, nosse mêsse, dènez-m’ lodgis’ ! »

Lè sint sè rèchandi d’vant l’èsse,
Adon : «  Dj’in.m’reûs soper, sè dj’wèsse ! »

« Vloz-v’ on boquè d’djambon ? »
« Djè nn’è vous nin, i n’èst nin bon ! »
« Vôrîz-v’ on boquè d’vê ? »
 « Djè nn’è vous nin, i n’èst nin bê ! »

« Dè ci salé, djè vous aveûr,
« Qui a djû sèt ans ol sanmeure ! »
Qwand l’mangon ô l’mèssadge,
I danre èvôye qu’aradge.

«  Halte, mangon ! Rapinse-tè ! Rowande !
« Lè Bon Djû pardon’rè tes fantes. »
Sint Nicolê sètind treûs deûs :
Les èfants sè r’lèvèt djoyeûs.

Lè pu vî dit : « Dj’èsteûs bé à dwèrman.ye ! »
Lè métrin fêt : « Mi, djè dwèrméve è pan.ye » 
Lè pu p’tit, tot frotant ses ûs :
« Djè pinséve èsse adré l’Bon Djû ! »

I-èstînent treûs p’tits èfants,
Qui mèh’nînent è-z-ès tchamps.

21/03/04
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:32

Admonitions po ci qui vout aller à Compostelle en vélo

Èst-ce veûr çou qui s’raconte ? Mais qu’èst-ce p’one brîche ?
Vos plan.n’trîz d’ènn’ aller podlà l’Falîche !
Nin an vwèture, nin en train, ré du tout :
Nôna ! S’on sépe vélo avou deûs rous !

Sol vôye-Sint-Djanques … av’ bé tot spéculé ?
Des samin.nes an long i v’fant pènancer.
A vos-t-adge ! …Vos v’pinsez co sûrmint fwèrt…
Mais dian.me-impîse ! Dgèmiche Mantèr ! Pôve cwèr !

Arîz-v sondgé à ces hôtès montagnes,
Là què Roland, l’nèveû da Tchanrlèmagne,
L’an sèpt cint èt dès, fout dèscapoté ?
Po v’ni an d’seûr, i v’fanrè sûr roter.

Adon, lanvan, sav’ bé çou qu’is magnèt ?
Èstoz-v’ djà indfôrmés d’asdreut an-dfêt ?
Dèsognez don d’aveûr des pôrvûsions,
Do brouwèt d’sawe èt co do blanc flèyon.

An Tchamp des Steûles enfé, one fî so plèce,
Vos vièroz one rachlé, on monde à byèsse :
Des greus, des mêges, des staplés, des tchanrnous,
Des mwindes, des blocnasses èt des raboudous,
Des djônes èt des vîs, i gn’a d’tos les adges.
Vs’ôroz des « Hèllow » èt des ôtes mèssadges.
N’sayez gote d’apicer leû baracwé,
Wêtez l’èglîge, s’fèsez les cwansses dè ré.
Qu’is seûchînent Anglais ou bé dol Hollande,
S’is vlèt vs’adjanser, rèspondez : « Djo wande ! »

Adon, qwand vs’aroz dit totes vos priyîres,
Froté à vosse tôr cisse souvèrin.ne pîre,
Nè londginez nin, ca n’arîz l’timps long,
Mais rabroquez àl pu rate vè l’manhon !
Nos vinrans tortos fyèsti cisse victwère :
Jamês on n’oya one sèfête istwère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:41

Al Mêr

peut se chanter sur l’air : Les Cimetières de la Mer ( Il avait une fleur entre les dents …)


Djè n’in.me nin les mochètes, djè n’îri nin wantcher ol fagne ;
Djè n’in.me nin les gritchètes, djè n’gripri nin è-z-ès montagnes ;
Mais qwand dj’a trop’ des sans, djè nn’è va so solè moussant :
Qwand djè vous m’plêre, po candger d’êr, djè va àl mêr !

Djè prindri l’pu bèle tchambe, come l’ôte dès côps, nimérô onze :
C’ès’t’ an preumî èstadge, èt dè là-hôt, on veût an lonsse.
To douvrant lè fignèsse, djè vièri des batês timpèsse :
Dj’ari, dj’èspére, çou qui va m’plêre : C’est l’vuwe sol mêr.

Qwand l’solè broûle mè pê, qwand djè so rodge come one pivône ,
Qwand djè sawère do sé chaque fî què djè rèhape alône,
Èt qwand l’sanvion chôpit, inte mes deûs d’pîd, adon djè dis :
I gn’a ré d’tél, po candger d’êr, què d’èsse àl mêr !

Plein d’coradge come one poye, djè mousse o l’êwe, djusqu’à zès djvèyes.
Djè n’vous portant nin noy’ ! ( gn’a d’cès pu frèches, djè m’manmèrvèye !) .
To vzant què dj’lîve lè tyèsse ( c’est come one fyèsse, tos ces dragons !),
One saquine byèsse, come one grèvèsse, pice è m’talon.

On pô dvant l’neût, djè m’côque motè, po lèy’ breuni mes fèsses ;
Djè sins do freûd: c’ès’t’ on fotè, qu’a lèy’ toumer one glèce.
Djè rassonle mes draps n’main (manssî gamin !), djè rcwîre one plèce,
Bé foû do vint, bé à l’avrûle, èt pu panhûle.

A çt’eûre on rèstaurant, onc come i fant, ca dj’areûs faim!
Djè cmande des matifès: on m’dit «  si v’plêt ? », on n’cuènot nin !
Des nos fwèrt ètrandgîrs, èt co fwèrt tchîrs, c’est çou qu’is ont,
Mais quine magnhon ! C’est tot pèchon, an goût d’pèchon.

Dol sîse, an canbaret, c’est là qu’djè m’plês, dj’a seû, veûs’ loque !
Bé pu sovint qu’à m’tôr… Après treûs djôrs, dj’n’ê pu des broques !
Çoula m’fêt assouti, vo-m-là apris, portant djè dis :
I gn’a ré d’tél, po candger d’êr, què d’èsse àl mêr.

Vo-m-là bé à rasta, i m’fant rintrer, (lèyez-m’ è pan.ye !)
Èt c’one pane an hèrna ! I m’dèmeûre à lètcher mes plan.yes.
Mais qwand djè veûs m’courti, à pône rèvni, c’one fî djè dis :
Qwand dj’vôri m’plêre, po candger d’êr, dj’îri àl mêr.

manfred lejoly , Ôvîfa, 2005

P.S. : A bé djè n’îri pu, qu’is s’quèrayèchent avou leû côte flaminde ! m.l., 2011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:42

Lè coûr strindu

Wice vont les anbes, vont - z -is o cî ?
On - z - èpwèsone èt on dèstrût .
Èt les ouhês, wice îront -z -is ?
Wice vont les fleûrs disparètus ?
Dj’ê l’coûr strindu !

Èt qwand qu’on s’bat po l’ôle dè pîre,
Qwand qu’on fêt l’guèrre an no d’on Djû,
Èt qwand qu’on ratche s’on’ ètrandgîr,
C’est l’monde ètîr qui a pyèrdu .
Dj’ê l’coûr strindu !

Po chaque hèyîme è nos vinanves,
Po les pôves dianles qui s’lèyèt dju,
Po ces d’à l’ushe, sins teut, sins tanve,
Adon po totes les feumes batus
Dj’ê l’coûr strindu !

Wice vont alôs’ totes les ritchèsses ?
Lè tèr’ ènn’a portant télmint !
Dèhez-m’ : Pout-z-on qu’fouter timpèsse ?
Deûs tîses des nos èfants ont faim !
Lè coûr mè strind !

T’as sèptante ans sins t’tourminter :
Tè n’as jamês ré fêt d’ si mân .
As’ one sovnance d’aveûr fêt l’bé ?
Qu’as’ fêt dè t’vèye ? Qu’as’ fêt des ans ?
T’as l’coûr pèsant !

Pètit valèt, pètite bancèle,
Lè monde qu’on t’lê n’est nin si bê !
Wèrande lè feû, èsprind l’tchandèle :
Lè monde novê, c’est ti qui l’fês !
T’as l’coûr qu’i fant !

manfred lejoly 11.O1.04.

Inspiré de Hughes Aufray : Le cœur lourd (pourrait se chanter sur cette mélodie)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:48

Les Èfants.

On-z-a qwante fîs solu oy’ dîre,
Qu’on’ ome deût po l’mons, dè s’viquant,
( Inte djône èt vî : quine côte adîre ! )
Planter on’ anbe, fére on’ èfant.

Wice côrt lè timps ? Nouc ènn’ est mêsse.
Foû d’one soquète crèt one djône hêsse.
Onc va vè l’ête, l’ôte tète sè mére.
Onc fêt l’awout, l’ôte mine l’èrére.

Qwand qu’les sovnances sont nosse seûle djôye,
Les èfants sont nosse vran.ye èspwèr.
Sè les arondes sont lonsse èvôyes,
Elles rèvinront après l’îvyèr.

Dj’ê deûs valèts. ( Djè n’a noune fèye.)
Des anbes, djè nn’ê planté des mèyes.
Djè pinse co vèy’ les ptits ol bansse,
Èt les hêstrês d’seûr o l’êsance,

Portant, les anbes m’ont forcrèchu…
Mes djônes èssu.

Manfred lejoly, 19.11.2005
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mer 26 Oct - 12:52

Racontroûle do manva ritche èt do pôve Lazanre
( D’après l’Bone Novèle sorlon Saint Luc, XVI , 19-31 )


Sol trèvint do Noyé, i djaléve à pîre finde,
Sorvéve Lazanre, loumans-l’ éssi.
Onc d’à l’ushe, vî, fwèrt ahèssi .
(Què rowande-z-on ? Houquans l’police po l’vèni prinde !)

Èt s’apinssa ( Lazanre, don, c’est d’lu què n’djansans )
«  Dè leûs greus hopês d’tchanr, djè n’vous nin co l’mitan,
«  Pu vite lè tîse do qwanrt, mètans,
«  Et djè m’contintreûs d’mons, s’i fant . »

I fêt freûd, ( l’aveûs-dj’ dèdjà dit ? )
On-z-ode tot’ avan lè rusti,
On-z-a côqué lè p’tit Jésus tchanrnou o foûr :
Po cès qui sont an tchôd, c’est û l’fyèsse dè l’amoûr.

Lè pôve clèpe là –l’dèlon,
Troûve on bocan, on parc plêhant,
On p’tit tchèstê là o mitan….
I vîre après l’magn’hon.

Lazanre, qui vout s’anoncer, cri bé hôt : « Djo wande ! »
On hisdeûs neûr tché li rèspond : « C’est mi qui wande ! »

Djè n’fè racontreûs djà cuèmint qu’i moussa d’vins :
Dèhans què l’Bon Djû èsteût avou l’inocint.
I fanrè bé m’creûre so parole :
Dèso l’nape dol tanve, i s’racrole.

I s’rètrovéve ol bone tchambe d’on ritche fabricant,
Loumans l’ Crésus’.
Lè tanve ployéve télmint les plats èstînent pèsants.
Què vléve-z-i d’pus’ ?
Lazanre grouftéve l’oshê toumé.
On l’ô, on l’veût ! Bé d’atoumé !

«  Foutez-m’ o stanve, nosse Mêsse, dj’ari dè mons l’tcholeûr ! »
Comme dè djusse, on l’wène à l’ushe, c’est bé là qu’i d’meûre.
I-est flanwe, i moûre, i va là-dseûr :
Adré les andges, i-arè mèyeûr.

Nin fwèrt longtimps pu tanrd, o meûs d’manrs, djè supôse,
A cisse sêhon què les docteûrs fèsèt leû bôsse,
Coréve one hèrique ; l’avîz-v’ oy’ ?
Crésus’ toussi, fêt l’banche dol poye. 

Sins rowanrder d’èsse ètèré,
D’on côp monte an Cî, à l’intré.
( Po cès qui n’creûrînent gote, ni Djû, ni Dianle, ni Cî :
( Lîhez co por çou qui sût, dj’in.m’reûs portant mî !)

Lè ritche, asblanwi dol loumîre,
Rècno in-min.me lè grand Sint Pîre,
Avou s’clé, sè blanque banbe, dèdjà on pô do vinte,
Djusse comme lè statu o l’èglîshe qui l’rèprésinte.

« Crésus’ ! ...èt vo-n-là m’ ‘carte banquêre’ !
« Dèshombréz-v’, drole d’apoutiquêre !
« Evôye ! Minez-m’ d’on côp è m’ ‘swite’ !
« Vo-n-là l’dringuèle, èt n’èstans qwite ! »

« Tout doû, djône ome ! » dit-st-i l’grand Sint Pîre, to l’teûsant,
« Po-z-ataquer, i v’fant aveûr les qwète pîds blancs !
« Èt vosse fôrtune nè frè wê d’tchwè :
« Valà, n’avans des ôtès lwès ! »

Qwand l’apôte tchipote so s’ ‘ pwèrtanve ordinateûr’,
Nosse Crésus’ cuèmince à rèssinti des wapeûrs.

« Valà : Djè veûs po l’sîse do vét’ qwète dè décimbe,
« Lè veûye lè Noyé, èt s’djaléve-z-i à pîre finde,
« One miyète po l’pôve qui halcote,
« Por veus, c’èsteût co d’mander trop’ ! »

« Ramassez-v’, dj’apourcûs vèrmint ci Lazanre, là :
« Èvoyez- mè l’, on p’tit ‘chèque’, èt dj’arindge çoula ! »
«  trop tanrd, nom di husse !
« c’est sol tèrre qu’i fant èsse djusse ! «

« Les syécs des syécs an long
« Djè règrètri cis’-t-afinre !
« Pu jamês aveûr bon !
« Sèreût-ce çoula l’infinr’ ? »

« Ciète ! Vos n’av’ jamês si bé dit. »
Rèspond sètchmint Sint Pîre,
« Djè n’ê ré d’ôte à v’dîre. »
Ềt s’rèclape l’ushe do Paradis !

manfred lejoly d’Ôvîfa, 7 dè fèvrîr 2004

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Mar 27 Déc - 14:10

Voyadge à l’Moselle


Prés. : Chaque an.né è nosse viadge, les pinsionés vsèt on voyadge.
Nos l’racontans sins minti , l’an passé çoula s’passa éssi :
Ci djôr-là, come lè solè s’lîve, lè car les mine à Trîves .
Èt l’tchanfeûr dèsogne ces agayons, come one poye ses poyons.

F 1 ( à voix forte depuis les coulisses ) Qwand magne-z-on ?

Scène 1

Entrée du chauffeur suivi du groupe par la gauche ; le groupe entre en bavardant : Impro

Chauffeur : Vos av’ tortos bé compris, asteûre :
Pourminez-v’ là qu’ vos vloz djusqu’à onz’ eûres,
F2 Quine eûre ?

Ch. Fant-z-i co l’dîre ? ….. Onz’ eûres !
F3 Qu’a-z-i dit ?
F4 I dmandéve : Fant-z-i dol bîre ?….. po beûre

Ch.: S’i v’plêt ! On pô d’atincion !
F5 Qua-z-i dit ?
F6 C’est bon po l’tension !

Ch. : Adon, on s’rètroûve valà, tot l’hopê

F7 ( tend l’oreille vers voisin 8 )
F8 Valà tot est bê

F1 Qwand magne-z-on ?

Ch. : Djè vs’ amin’ri en car djusqu’an batê,
Èt vè doz’ eûres èt dmé, … doz’ eûres èt dmé
C’est so l’batê qu’on magne l’eûré.
Come tofèr' ans’ Allmands, dol sope ans peûs avou des crètons.

F1 Vos n’rèspondez nin à m’question : Qwand magne-z-on ?
F 10 Mais wice sè rtroûve-z-on ?

Ch. : Valà ! On s’ rètroûve valà ! à onze eûres !
( à part) Is n’vont nin s’piède, mètans, çoula m’tracasse …
( au groupe ) Dètnez bé lè no dè cisse plèce : Moselplatz !
Scène 2 Voyadge à l’Moselle p. 2

Le groupe se disperse vers différentes sorties avec des «  Wice va-z-on ?  ,
Qwand magne-z-on ?, A quine eûre ? etc.

Ch. : ( à part ) C’est nin tofèr êhé avou ces tchafètes …
Inte ci èt là, djè va o car fére one soquète .
Le chauffeur sort à Gauche., M. et G. entrent par Droite

Scène 3
Martha : C’est drole : Cist’ èglîche ravisse djusse cisse qu’on –z-aveût vèyu dvans !
Georgette : Les allmands n’ont wê d’goût, mètans…..
Dis ! Louque on pô cisse boutique, come c’est lêd !
C’est l’treûsime qui han.ne dol min.me façon les min.mes cotrês !
M : Mon Dju ! I-est djà si tanrd ! Djè n’sé pu s’i fant aller hote ou bé hanre !
M + G sortent à Droite

Scène 4
Le groupe, moins M. et G . + le chauffeur se rassemble, venant de plusieurs entrées ;
le chauffeur les compte

Chauffeur : ……….. vét’ treûs’ .. i ‘n è manque deûs’ !
F 11 : Vos n’racontez nin des bleûses ?
Chauffeur ( recompte ) : Nôna ! Deûs dgins manquèt à l’appel !
Tous se regardent, réfléchissent …
F 12 : Mais ci côp-là ! / C’est Georgette èt Martha !
Mais wice sont ces deûs bancèles ?

Chauffeur : On n’pout pu piède do timps  asteûre : Lè batê qwite djusse à l’eûre ;
Djè v’mine bé vite là-drî,
Adon djè rvé so valà ; djè les rtroûvri télfî
Scènes 5 et 6

Tous quittent la scène à Gauche, immédiatement après M. et G. entrent à Droite,/// le chauffeur revient

Chauffeur : Mais vos-les-là! Quine djôye !
Martha : N’èstîs pièrdus, adon one branve dgin nos rmèta so vôye …

Chauffeur : Vos av’ raté l’batê ! / Damadge, c’èsteût çoula l’pu bê !
Georgette : Èt l’amagné, ! Aye aye aye ! / On l’aveût djà pay’ !

Chauffeur : Vos av’ rêson, ma fwè ! / Allans’ magner one saqwè 
  Assians –nos à cisse tèrasse,
Lè vuwe est belle, / On veût l’Moselle , / èt tot çou qui passe
( regarde vers gauche pour appeler un garçon, puis regarde au loin )
Louquez on pô là-drî, Georgette,Martha : Nosse batê va passer valà !

Scène 7
Le bateau avec les figurants arrive par la Gauche . etc ; Impros

Tecse et metaedje el sinne : Manfred Lejoly, Ôvîfa, po on role do cwarmea d' Ôvîfa, la ddja sacwants anêyes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Jeu 21 Nov - 9:21

Les troufes

Li cene k' on trove e nos contrêyes a cmincî a s' fôrmer après l' dierin trevén ås glaeces, dj' ô bén, la a pô près 10.000 ans. Po-z aveur del troufe, i fåt ene tere ki n' lait nén passer l' aiwe, et i fåt del plouve dipus ki li svintaedje naturel del fagne.
Les plantes ki vont divni del troufe, c' est bråmint les mosseas d' fagne ou blancs mosseas [sphaignes] et les tchetous ou tchitchoûles [linaigrettes].
Les mosseas d' fagne crexhèt pa l' copete, et morèt pa padzo, sins måy s' arester. C' est insi dins totes les vraiyès fagnes, todi metowes so des hôteurs.
Li waire d' occidjinne et li surté des teres fwait ki l' dismantchaedje tchimike des moitès raecenes est måva. Adon, estô d' produre di l' oumire [humus] ordinaire, li disfijhaedje des plantes, c' est çoula ki prodût del troufe.
Li crexhåjhe do lét d' troufe est a pô près di ON milimete l' an. Les pus parfondès plaeces, el Hôte Fagne, les hoteas d' troufe [banc tourbeux] sont 7 a 8 metes sipesses. Mins on n' troufele djamåy ki so 2 metes di hôt.
Et, si l' terén est pår trop plat, on va co moens fond. C' est çou k' on lome les platès fosses.
Istwere del troufelreye
On vout k' on åye dedja trouflé el Campene, viè 1300, mins çoula n' a nén stî prové. Sol Fagne - cwand dji di "fagne", comprindoz li payis k' on lome oficirmint "hôte fagne" - on est seur ki les troufleus et troufelresses estént e l' ovraedje e 16inme sieke poy ki i dvént rinde li déme al Principåté di Ståvleu Måmdey (papîscrît di 1584).
Pocwè a-t on cmincî a troufler ? Paski l' bwès cmincive a esse råle. Pocwè ? Paski des hopeas abôminåbes di bwès ont stou tcherbinés po l' industreye do fier.
Li trouflåjhe
On n' atakéve nén divant l' 10 di may, a cåze des dierinnès djalêyes. On leyive ouve li 10 di djulete po fé l' fenåjhe. Sol tins do fenåmoes - el Fagne, c' est l' moes d' djulete et nén l' moes d' djun, a cåze del hôteur ådzeu del mer - les troufes polént co souwer so l' aire di setchixhaedje. Après l' fenåjhe et disk' e moes d' octôbe, on ramoennéve les troufes e s' måjhon.
Divant tot, faleut apontyî ses usteyes. Li påle di troufleu, pus longue k' on locet d' corti, diveut esse shinmêye come on raezoe. Faleut co ene berwete. Li schåle, leye, poleut co esse aboctêye so plaece.
Arivé el trouflire, faleut apontyî l' fosse. Aprume netyî tot çou k' aveut toumé et k' esteut dibrôdlé [émietté]. Soyî [faucher] les yebes so tote li plaece di setchixhaedje. C' est l' souwaedje k' i lyi fåt li pus di plaece. Po ene fosse 2 metes hôte et 15 metes lådje, i fåt 40 metes di parfond.
Adon-pwis peler deus spexheurs di waezons sol copete. Li troufleu plantrè (si dresrè) ladsu.
Sins rovyî di rilever les gråves. C' est les ptits fossés k' i  gn a å pî do meur di trouflaedje. Tchaeke vijhén doet disgoner ki l' aiwe court pus lon. C' est foirt impôrtant, et calfeye, ça amoenne des bretes inte troufleus.
Côper et berweter
On gripe dizeu po côper tot l' long, verticålmint, avou on pô do talus [légère inclinaison]. On rvént sol schåle, et côper a plat troes feyes on hotchet (brikete) 7,5 cm sipès. On lét d' côpaedje fwait 30 cm do dzeu viè li dzo, çou ki fwait don cwate sipexheurs di brikes. Avou l' cwatrinme côp d' påle, on ramasse les 4 hotchets sol påle, et les mete padrî li so çou k' on lome li noer lowé [lieu noir].
Vént adon l' toû des berweteu(se)s ki dvèt emoenner les brikets sol souwinne. On foirt ome pout poirter 24 a 28 hotchets. Ene comere 16 a 20. I fåt cmincî tot å fond do l' aire di setchixhaedje, çou k' est londjin å cmince.
Les briketes sont dresseyes ene a ene so trintches, avou èn inte-deus po l' air. On passe si mwin a plat po les listrer, et les rinde insi impermeyåves. Ele vont dmorer insi kékes djoûs a kékès samwinnes. Adon, on bastixh des amonturons (cwate sol trintche do ptit costé + ene tchape). Après, on monte des cropets ou gros monts. Les hotchets sont maçnés a plat, a vude djonds, po fé ene copale [cône] a môde di tchetoere, mins ki l' copete dimeure vude.
Tcheriaedje
Del fén d' awousse å cmince d' octôbe, sorlon l' tins k' i fwait. On lzès tcherdjive so on tchår ås schaletes royî pa onk ou deus boûs atelés å tamon oubén al custele. On tcherdjive avou des resses (banses). On pleut tcherdjî 1200 a 2000 sol tchår, d' après l' voye. Calfeye on n' prindeut k' ene dimeye tchedje pol moenner a ene pus setche plaece. Pu l' distcherdjî, pu l' ritcherdjî avou l' ôte dimeye tchedje. On fijheut djamåy pus ki deus voyaedjes par djoû.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   Lun 2 Fév - 5:16

Eritance a Ôvîfa

L'an 1867, dèvins on viadge an pîd des hôtès fagnes, one mére dè famile vét à mouri,
to lèyant on veuf èt qwète-z-èfants mineûrs d'adge.
Po wèrander les dreuts des èfants, lè djudge dè pan.ye rassonle deûs samin.nes après
on conseil dè famile, loume deûs mambors, èt dène l'orde dè dresser one liste des bés.

Après les bés « immeubles » ( tèrés ) , sûhèt les « meubles » .
Cisse liste pout sièrvi d'ègzimpe dè çou qu'on pléve trover adré des ptits paysans
è ces an.nés-là :

qwète vatches, on boû, one djunu, deûs vês.
céq burbus èt treûs agnês.

à pô près mèye lîves dè foûr dè fagne
céq « scheffel » dè rgon ( mesure de contenance très variable, impossible pour moi de chiffrer)
à pô près vét clitchès d' ancène.

one tchèrète
one èrére
one épe dè fièr, one vîche épe dè bwè (= herses de labour)
one bèrwète

on leû d'hèksèl ( = hache-paille), on wan ( = van ) , on rèdge (= crible)
treûs flês (=fléaux) , qwète bansses

treûs fotches, deûs pioches èt one panle
one hèpe, one sanrpète, one fân, one sôlette, treûs séyes (=faucilles)

one tanve è bwè d'tchan.ne, sî tchèyîres è comeû bwè
treûs cofes è bwè d'tchan.ne, one anrmanre è comeû bwè
deûs fômes dè lèt
one ôrladge èt one monte

deûs matrasses èt l'cru dol « literie »
lès moussmints dol mwète.

qwète assiettes dè stain
treûs possons dè fièr, on coqmanr dè fièr
one barate èt on baquet po monde 

sîs assiettes dè pôrcèlin.ne, dosse chelles dè bwè
on molé à cafè

deûs sayês è bwè d'sapé, onc è blancc-fièr

jates, cueuyîs, fortchettes, coûtês, etc.

sôrdant : acte do notaire Schnorrenberg, Man.mdî, , 26 do meû d'avri 1867
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manfred Lejoly   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manfred Lejoly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Normandy Channel Race.
» Medicopter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: