Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Joël Thiry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 606
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Joël Thiry   Ven 11 Fév - 13:15

http://wa.wikipedia.org/wiki/J._Thiry

Hanri, li poupa da Louwize

Hanri ni sèpéve po doû atakè :
- Bin sovint, ô stalag a Stettin, on n’ nos dnéve k’ one crowe crompîre po tote li djoûrnèye. Nos n’ âr...
Si fème Lucîe sèpéve kimint fè po sûre :
- Voci, on-z-a avou lès dorifôres. Tos lès djoûs avou Louwize ou avou vosse pére, on-z-aléve lès ploukè.
- Dji n’ a …
- Sins comptè lès cotieûs, bribeûs èt voleûrs ki vnint al gamèle dol nut’.
- Tot-ôtoûr dès barakes, on n’ vèyéve pus on wèzon. Lès-âbes èstint câyi disploumès: on cmaouyéve lès-ièbes èt lès fouyes po fè passè l’ fwin. Dj’ârins vl…
- Dj’ avans fêt mwins’ di foûr po fè brâmint pus’ di crompîres, di féves èt d’ rutabagas. On.n-ècrachéve on pourcê o stâve èt on-ôte dins on-èclôs catchè a mîtan do Bwès do Sârt.
- Pont d’ tchôfadje è l’ îvièr. On gurlotéve tèlmint ki po sayè di s’ ristchôfè on bokèt, on s’ kifrotéve dos-a dos l’ onk conte di l’ ôte. Dji …
- Eûreûzmint ki lès Lambêrt nos-ont bin êdè. Il ont atèlè leûs vatches po rintrè nos foûres. I fârè k’ vos-î alîche po leû rinde oneûr.
- È l’ îvièr di 1943 a 1944, lès-Almands nos-ont fêt rotè dès dîhin.nes di kilomètes, po dès cîs a pîds ddchâs, dins lès pakèts d’ nîve, po nos minè al gâre. Dj’ ènn-a vèyou k’ s’ ont lèy toumè dins lès conçîres tèlmint k’ i n’ sintint pus leûs pîds. Lès gardyins ni leû tapint nin min.me on rgârd. Wachê d’ glèce èt blan linçoû. Nin onk di nos-ôtes n’ aveût dol fwace assè po lès kihîrtch…
- L’ îvièr passé, fin 1944, lès-Almands ont rivnou. Ça a pètè lès çant mile djâles do costè di Chantrèle, Grimbièmont, Bwès Sint-Martin. I nos-ont tchèssè foû d’ nosse mohon po î mète leûs blèssés. Nosse tante Olga a bin vlou nos lodjè. Cand on rtoûrnéve po fè l’ sogne, faléve ascwâchè lès sôdârds ki dwarmint dins lès stâves.

Vos vnez d’ vèy on mouwè arin.nè one soûrdale.

A Hanri, i av falou deûs djoûs k’ il èstéve rintrè d’ captivité po ki kékes mots soûrdinche a mîtan dès banslèyes di sovnances ki s’ kimachint dins s’ tièsse. I n’ avéve nou gos’ po racontè èt come i vèyéve ki s’ fème hôsséve di sès prôpes mèhins, i a rademint rèclôs sès pinsèyes èt a sèrè l’ uch. Il av compris ki lès grandès sofrances ni s’ lèyèt ni racontè ni sinte. Lucîe n’ èsteût nin a blâmè: nouk ni pout comprinde pus lon k’ i n’ a stou lu min.me.
Adon, èlle a ahèssè si ome d’ one djèrin.ne :
- Vola cink longuès-an.nèyes ki vos nn’ av n-alè. Sèreût câyi tins di v’ rimète a l’ ovradje !
Hanri ènn-a avou s’ tchike côpèye. Mins, c’ èstéve li parole d’ adram po k’ i tape sès pinsèyes o gurnî. Lucîe èstéve one fène.

*

Al pikète do djoû, Hanri atèle li djvô, tape li cougnèye, li sâplète èt l’ solyète sol tchâr. I chufèle inte sès dints. On-êr ki lî rvint tot d’ on côp.

Unsere beide Schatten
Sah’n wie einer aus
Daß wir so lieb uns hatten
Das sah man gleich daraus
Und alle Leute soll’n es seh’n
Wenn wir bei der Laterne steh’n ...

On-êr ki lès gardyins almands, lès lâmes âs-oûy, gruzinint voultî an Prusse. Mins lu chufèle, tot djoyeûs tot valiant di rtrovi sès-abitudes. I va kî one tchèdje di bwès po-z-atakè lès rèparâcions di s’ mohon èt dès-atnances k’ ont stî disvintrèyes a plèces.

... Wie einst Lili Marleen
Wie einst Lili Marleen

*

Lès-arondes ki ctrawèt l’ ciél, lès pâvions ki voltèt di coucou a bluèt, lès foûres ki crèchèt bin reû, tot çoula a passè l’ guère sins s’ rinde compte ki l’ istwâre dès-omes a avou l’ hikète. A lès vèy, i n’ s’ a rin passè. Ô lon, li clotchî sone l’ anjélus’ èt sètche Hanri foû d’ sès pinsèyes. Il avîze seûlmint, kisèmès al tère, lès balivôs k’ il a foutu djus dol matinèye sol tins ki, divant sès-oûy’, lêds èt bês momints s’ disbobinint .
Dins s’ film, il a rvèyou si ami, Ernst, k’ il av rèscontrè al cinse Bergmann a Bibènburg, la doû ki l’ trin l’ av minè â dèbut d’ l’ an.nèye 44. (Mon Dju, i gn-a nin d’ pus d’ on-an èt dmèy !) Ça a sètou one ôte vîe por lu. Mon lès Bergmann, bin lon dol cinse di l’ Ètat a Stettin, il èstéve come li fi dol famile. I tènéve on pô l’ plèce da Ernst k’ avév sètou anrôlè dins l’ Wehrmacht. A ç’ momint la, Ernst èstéve an France, mins kékes mwès pus târd, après l’ tatouye di l ’ îvièr 44-45, il av rivnou po s’ catchè èt n.nin î rtoûrnè. Lès deûs djon.nes-omes avint vite divnou camarâdes, pace ki si on lès rwêteût a oûriche dès margayes des Grands, i s’ ravizint come dès frés. Cand lès-Amèrikins ont arivè, il ont mînè Ernst dins on camp. Hanri av rèscontrè l’ comandant po prinde si disfinse. I gn-a wêre pus di cwate mwès d’ ça. Asteûre, i n’ sét nin çou k’ il a advènou di s’ camarâde, mins i s’ avint promètou di s’ rivèy si vite k’ i pôrint.
Brâmint d’s-ôtes sovnances si kiboutèt. I fârè do tins po k’ èles si dèpôzinche. Come li bôsse ki, tot rtoumant o fond dol basse, lêye one êwe bin clêre. Li bôsse èst toudi la bin sûr : one trote di moche èt l’ êwe si rtroûbèle.

On ptit tchôd chofla lî amine dès chachlèdjes tot lèdjîrs, tot tènes, ki s’acassèt ossi vite. I va âs novèles. Èt s’ arète tot nèt’. Drî dès boutchnis’ ki s’ kicheûyèt sins-êr, c’ èst s’ fèye Louwize èt Zéfîr, seûls ô monde. Hanri veût, èt s’ sâve. Si rmèt a l’ ovradje, achève li tchèrtèye.

***


- Hue, Robine!
Li djvô tape dès sabots po-z-ènondè l’ tchèrèye.
- Dji n’ djâzrè d’ rin d’ tot çoula avou Louwize. Djusse k’ i sèreût tins k’ èle si marèye. Ki Zéfîr mi sonle on fwart bon parti.
Hanri ènn-a s’ compte dès sofrances. I beûrle :
- Fât vikè, mile dju ! Fât vikè divant d’ mori!
Èt dabôrd, li bouwèye di rowe ki s’ fème catche podrî l’ pake, l’ ièbe po l’ èfant
d’ trop’, ki dès fèmes vnèt kî dâ bin lon, i l’ va râyè tot dreût!
- Fât k’ tot l’ monde vike, fèrdom !
Il a trop atouwè l’ mwart èt lès rèzolucions k’ i vint d’ prinde l’ apâjtèt. I rtroûve lès paroles do cwatrime coplèt :

... Kam’rad ich komm sogleich
Da sagten wir auf Wiedersehen
Wie gerne wollt ich mit dir geh’n
Mit dir Lili Marleen.
Mit dir Lili Marleen.

Li rowe èrî dreûte do tchâr passe so one mine.


Légende:

Ci djoû la, Hanri s’ a sovnou dol tchanson da Lili Marleen èt i nn-a tchantè deûs bokèts. Mâgré - ou câze di - totes lès pon.nes èdurèyes, il gostéve al vèye, co brâmint pus k’ an 40, cand il aveût stou mobilizè, a 35 ans. Li guère l’ a fwart avîyi, mins an 1940, i ravizéve Nicolas Thiry (Mârlôye, 2010).

Ce jour-là, Henri s’est souvenu de la chanson de Lili Marleen et en a chanté deux morceaux. Malgré - ou à cause – de toutes les souffrances endurées, il goûtait à la vie, bien plus encore qu’en 40, quand il avait été mobilisé, à l’âge de 35 ans. La guerre l’a beaucoup vieilli, mais en 1940, il ressemblait à Nicolas Thiry (Marloie, 2010).

En voici la traduction française :

Nos deux ombres
N’en semblaient qu’une.
Que nous tenions tant l’un à l’autre,
Cela se voyait tout de suite.
Et tout le monde devait le voir
Quand nous nous tenions sous la lanterne,
Comme Lili Marleen en son temps
Comme Lili Marleen en son temps.

Puis :
Camarade, je viens tout de suite.
A ce moment-là, nous nous sommes dit au revoir.
Comme j’aurais bien voulu aller avec toi,
Avec toi, Lili Marleen.

Joël Thiry, Muzêye do Pårlaedje e l’ Årdene, 2011.

divins "Doze omes", 2011.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 606
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Joël Thiry   Ven 11 Fév - 13:23

Prezintaedje do live (e francès)

« Doze omes », Douze tragédies

C’étaient celles de Victwâre – Émiliène – Valantine – Amèlîe – Aline – Louwise – Julîe – Èmma – Lôra – Lèya – Sara – Adline .
Elles vous ont été présentées dans Doze fèmes (Joël Thiry, éd. Musée de la Parole, 2008).

Derrière chacune se cache un homme : un mari, un fils, un frère, un père, un ami.
Acteurs, spectateurs, témoins ? quelle part ont-ils prises dans les destins abîmés, volés, violés de leurs compagnes ?

Aujourd’hui, c’est à Nicolas, Matieû, Maksime, Victôr, Simon et tous les autres de prendre la parole.
A charge.
A décharge.
Ils donnent leur version des faits, leur éclairage sur certains points restés obscurs.

Parce que la même histoire, racontée par 2 protagonistes, n’est pas vraiment la même histoire.
Douze récits deviennent 24 récits.

Doze omes

Joël Thiry
éditions du Musée de la Parole en Ardenne, 2011
120 pages au format 16 X 24

Textes wallons avec traduction française en vis-à-vis.

Version française revue, corrigée et aménagée par Aline Breulet (Marche).
Photos de Christian Antoine (Chéoux) et de Philippe Renard (Marche).

Jusqu'au 26 mars :
15 € (+ 4 € de port éventuel) compte 068-2170822-86

Racsegnes : 084 34 45 83
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Joël Thiry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» F 930/Thiry
» 11 Mars 1963… L’EXECUTION du Colonel Jean BASTIEN-THIRY .
» Bonjour à tous.
» Les généraux Challe et Zeller se sont livrés au lendemain du putsch,
» Ce texte retrace la vie et la mort du colonel Jean-Marie Bastien-Thiry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: