Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Auguste Laloux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Auguste Laloux   Ven 12 Nov - 13:04

http://wa.wikipedia.org/wiki/A._Laloux

Bokets saetchîs foû di "Pa totès stroetès voyes"

http://wa.wikipedia.org/wiki/Ptsv

p. 27
... Et tant qui l' live court...

Do matin, Agnès passe su l' Plin, pad'vant l' maujon da Djan dau Molin, come on dit co. Ni t' ritoûne nin, sês’, mi fèye ! Gn'a sûr on visadje à l' finièsse. Djan lume tant qu'i veut... Saqwants-ans dèdjà qu'i kwésîye insi après l' crapôde. Nuk po mia sèpe tos lès catoûs pa-t't-avau do cwârps da l’ djon.ne djin. Vî loulou ! Ossi tchôd qui l' vèra d' l'infêr...

Elle est iute. Djan s' rassît et i tûzine. Come s'i l' capôtieut dèdjà à s' môde : one miète laudje dès antches, mins si wêre. Jusse ci qu'i faut à one comére po s' fè lûtchi bin fond. Si cwârsadje qui boûzèle : deûs p'titès opes. A ! lès bons fruts po dins saqwant timps ! Qui frumejèt à toûs dins lès mouvemints, onk èt l'ôte, di sès brès.

Sacrè maule d'agace ! O mwès d'octôbe, qu'i coud o corti, divant do l’ mete o pani, i aude tènawète one pome èt l' sèrè bin deur è casse è s' mwin... Djè l'apicereu pa padrî. Mès brès autoû d' lèye ; ç'aveut si bin toûrnè afiye avou d's-ôtes. Et r'clôre mès mwins sur lèye, come on téreut on mouchon, tot doûcemint, peû do lî fè mau. Assatchi, aspoyi sur li on djon.ne cwârps insi ! I li faureut pus d' mile mwins po couru tot do long et l' djonde tot èwou qu'i vôreut bin.

Djan dau Molin ! Martchand d' vatches èt coureû d' coméres. Si pa a vindu li vî molin qu'il avint dins lès fonds, au Bocq. Li cariêre daus Pîrètes l'a rachetè èt-z-î montè one turbine élèctrique po l' coucou. Li crèstia d'avaur-là, on-z-î lome co li tiène do Mon.nî.

On martchand qu'è va insi d'one cinse à l'ôte a sovint à fè avou lès coméres. Et dès coméres ènn'a-t-i cotapè dins sès toûrnéyes. A toû ossi, richeûre dès pètéyes su s' nèz. Po ça, i baureut. Mins laîreus’ one djin è dandji, twè ?

I saveut bin lès cinses, lès maujons daus pètrons, èwou qu'i gn'aveut d' l' avance do fè l' doûdoû autoû do l' cinserèsse, avou l' mèskène d' astchèyance. I saveut bin lès-eûres. Di l'après-non.ne, lès-omes sont-st-à l' campagne et l’ovradje lauke o l' coû jusqu'après l' cafè.

On-ome bin scolè pa s' pére : jamais lès djon.nès fèyes, sés'. Trop risquant. Il è saveut bin one sacwè, li, qu'aveut c'mandè divant do ièsse prèt. « I faut ièsse pris po ièsse apris. Et l' ci qu'a stî sinè est là po r'mostrè l's-ôtes. Li pa s'aveut d'vu mariè rade et rade. Il aveut longtimps paupyi èt pôtyi.

p. 57

(Djan vént do vinde on tchamp, pask' i cmince a esse trop court po viker)

En tapant l' paquet d' biyèts d' mile su 1' tauve, i frumejîye tot. I s' chone créchu d'on plin côp... Auwe, là, valèt ! Ti vas tukè l' plafond. I lès pèwîye avou sès deugts, sès-imaudjes : one, deûs, trwès, quate, cinq... Et lès farfouyi. Quausu lès vènè asto di s' nèz. I s' rimonte à fait. On-orne què l's-a.

Come dins l' timps, après on bon martchi. Mins on-z-èsteut lon d'è r'cheûre dès parèyes, di ramonceléyes.

Lès djoûs siyants, en sintant dizo s' brès boûzelè si camusole avou l' porte-feuyes o l' potche d'en d'dins, i 'nn'î r'djipe one di binaujetè. Come li raupin qui r'ssondje à sès cacayes en s' rèwèyant, lès saqwants djoûs d'après 1' Sint-Nicolas.

Qui n'è-st-on co djon.ne, in, fi ! One parèye pougnîye, qué cas qu'on-z-è f'reut ! En plin.ne froche qui nn' sèrins ; avou 1' diâle qui r'naude tofêr su l' gros moncia... Cor on côp, pus qu'à poûji.

Sès caurs, i l's-a aurdè sur li iût djoûs d' rote. Maleûr ossi qu'on-z-a d'vu pici autoû. Ritchèyu d'au ciél su l' têre, nosse pitit-y-ome. Et au momint qu'Agnès èsteut couruwe au botique, il a stî fè s' niyau o ridant do l' gardirôbe èt sèrè à 1' clè. Diwiyi d'on plin côp, pètè, anoyeûs do n' pus miloutè sès caurs di papi. Crantchu èt d'mèfiant. I monte tènawête, quand il est tot seû o l' maujon, lès r'comptè, sès biyèts. Quét'fiye qu'il aurint fait dès djon.nes... Ayi, c'èst ça ! On 'nn'î a apè. I r'compte. Quand tot d'on côp, i s' sovint ; i vint co d'è donè onk à Agnès po lès comissions. Alouwe-sous, cit'lale ! I 'nn'î faut todi d' pus.

Quéne afaîre do ièsse si djîvis', tûze-t-èle si feume què l' veut insi. I pout bin fè di s' nèz, lès miles èt lès miles qu'i s' fait tant dol fièsse, is sèront rade chumès. Quand on n' fait qu' do satchi èt n' rin r'mète.
- Savoz bin ci qu' dj'a sondji, mi ?
- Qwè, dwé ?
- Si vos rachetîz dès vatches avou cès caurs-là ?
Fous-li one bafe au plin visadje, tant qu' t'î ès, m' fèye. Il inmereut co mia.
-... Quand nos n f’rins qui po lès comissions do mwin.nadje. Pt tos l's-ans, on craus via ou deûs au botchî.
Su l' momint, Djan a ieû l'idéye qu'Agnès si v'leut chinè d' li. I d'vint di mwaîs cûr. I n' vout nin veûy qu'èlle a raison.
- Vôye-mu co r'bate lès cinses, é twé ! Ti rîreus d' mi, dandjereûs ! Dji té l' consîye.
- Qui èst-ce qui cause di ça ? Dji vos di qu' on-z-achetéyereut bin saqwants vatches. Nin dandji do couru lès cinses po ça.
« On »... « on »... C'èst dèdjà pus « vos », asteûre ; c'èst « on ». Ayi mins c'èst mi qu'est maîsse. Et lès caurs c'èst da mi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 610
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Auguste Laloux   Ven 12 Nov - 13:05

lucyin a écrit:
http://wa.wikipedia.org/wiki/A._Laloux

Bokets saetchîs foû di "Pa totès stroetès voyes"

http://wa.wikipedia.org/wiki/Ptsv

p. 27
... Et tant qui l' live court...

Do matin, Agnès passe su l' Plin, pad'vant l' maujon da Djan dau Molin, come on dit co. Ni t' ritoûne nin, sês’, mi fèye ! Gn'a sûr on visadje à l' finièsse. Djan lume tant qu'i veut... Saqwants-ans dèdjà qu'i kwésîye insi après l' crapôde. Nuk po mia sèpe tos lès catoûs pa-t't-avau do cwârps da l’ djon.ne djin. Vî loulou ! Ossi tchôd qui l' vèra d' l'infêr...

Elle est iute. Djan s' rassît et i tûzine. Come s'i l' capôtieut dèdjà à s' môde : one miète laudje dès antches, mins si wêre. Jusse ci qu'i faut à one comére po s' fè lûtchi bin fond. Si cwârsadje qui boûzèle : deûs p'titès opes. A ! lès bons fruts po dins saqwant timps ! Qui frumejèt à toûs dins lès mouvemints, onk èt l'ôte, di sès brès.

Sacrè maule d'agace ! O mwès d'octôbe, qu'i coud o corti, divant do l’ mete o pani, i aude tènawète one pome èt l' sèrè bin deur è casse è s' mwin... Djè l'apicereu pa padrî. Mès brès autoû d' lèye ; ç'aveut si bin toûrnè afiye avou d's-ôtes. Et r'clôre mès mwins sur lèye, come on téreut on mouchon, tot doûcemint, peû do lî fè mau. Assatchi, aspoyi sur li on djon.ne cwârps insi ! I li faureut pus d' mile mwins po couru tot do long et l' djonde tot èwou qu'i vôreut bin.

Djan dau Molin ! Martchand d' vatches èt coureû d' coméres. Si pa a vindu li vî molin qu'il avint dins lès fonds, au Bocq. Li cariêre daus Pîrètes l'a rachetè èt-z-î montè one turbine élèctrique po l' coucou. Li crèstia d'avaur-là, on-z-î lome co li tiène do Mon.nî.

On martchand qu'è va insi d'one cinse à l'ôte a sovint à fè avou lès coméres. Et dès coméres ènn'a-t-i cotapè dins sès toûrnéyes. A toû ossi, richeûre dès pètéyes su s' nèz. Po ça, i baureut. Mins laîreus’ one djin è dandji, twè ?

I saveut bin lès cinses, lès maujons daus pètrons, èwou qu'i gn'aveut d' l' avance do fè l' doûdoû autoû do l' cinserèsse, avou l' mèskène d' astchèyance. I saveut bin lès-eûres. Di l'après-non.ne, lès-omes sont-st-à l' campagne et l’ovradje lauke o l' coû jusqu'après l' cafè.

On-ome bin scolè pa s' pére : jamais lès djon.nès fèyes, sés'. Trop risquant. Il è saveut bin one sacwè, li, qu'aveut c'mandè divant do ièsse prèt. « I faut ièsse pris po ièsse apris. Et l' ci qu'a stî sinè est là po r'mostrè l's-ôtes. Li pa s'aveut d'vu mariè rade et rade. Il aveut longtimps paupyi èt pôtyi.

p. 57

(Djan vént do vinde on tchamp, pask' i cmince a esse trop court po viker)

En tapant l' paquet d' biyèts d' mile su 1' tauve, i frumejîye tot. I s' chone créchu d'on plin côp... Auwe, là, valèt ! Ti vas tukè l' plafond. I lès pèwîye avou sès deugts, sès-imaudjes : one, deûs, trwès, quate, cinq... Et lès farfouyi. Quausu lès vènè asto di s' nèz. I s' rimonte à fait. On-orne què l's-a.

Come dins l' timps, après on bon martchi. Mins on-z-èsteut lon d'è r'cheûre dès parèyes, di ramonceléyes.

Lès djoûs siyants, en sintant dizo s' brès boûzelè si camusole avou l' porte-feuyes o l' potche d'en d'dins, i 'nn'î r'djipe one di binaujetè. Come li raupin qui r'ssondje à sès cacayes en s' rèwèyant, lès saqwants djoûs d'après 1' Sint-Nicolas.

Qui n'è-st-on co djon.ne, in, fi ! One parèye pougnîye, qué cas qu'on-z-è f'reut ! En plin.ne froche qui nn' sèrins ; avou 1' diâle qui r'naude tofêr su l' gros moncia... Cor on côp, pus qu'à poûji.

Sès caurs, i l's-a aurdè sur li iût djoûs d' rote. Maleûr ossi qu'on-z-a d'vu pici autoû. Ritchèyu d'au ciél su l' têre, nosse pitit-y-ome. Et au momint qu'Agnès èsteut couruwe au botique, il a stî fè s' niyau o ridant do l' gardirôbe èt sèrè à 1' clè. Diwiyi d'on plin côp, pètè, anoyeûs do n' pus miloutè sès caurs di papi. Crantchu èt d'mèfiant. I monte tènawête, quand il est tot seû o l' maujon, lès r'comptè, sès biyèts. Quét'fiye qu'il aurint fait dès djon.nes... Ayi, c'èst ça ! On 'nn'î a apè. I r'compte. Quand tot d'on côp, i s' sovint ; i vint co d'è donè onk à Agnès po lès comissions. Alouwe-sous, cit'lale ! I 'nn'î faut todi d' pus.

Quéne afaîre do ièsse si djîvis', tûze-t-èle si feume què l' veut insi. I pout bin fè di s' nèz, lès miles èt lès miles qu'i s' fait tant dol fièsse, is sèront rade chumès. Quand on n' fait qu' do satchi èt n' rin r'mète.
- Savoz bin ci qu' dj'a sondji, mi ?
- Qwè, dwé ?
- Si vos rachetîz dès vatches avou cès caurs-là ?
Fous-li one bafe au plin visadje, tant qu' t'î ès, m' fèye. Il inmereut co mia.
-... Quand nos n f’rins qui po lès comissions do mwin.nadje. Pt tos l's-ans, on craus via ou deûs au botchî.
Su l' momint, Djan a ieû l'idéye qu'Agnès si v'leut chinè d' li. I d'vint di mwaîs cûr. I n' vout nin veûy qu'èlle a raison.
- Vôye-mu co r'bate lès cinses, é twé ! Ti rîreus d' mi, dandjereûs ! Dji té l' consîye.
- Qui èst-ce qui cause di ça ? Dji vos di qu' on-z-achetéyereut bin saqwants vatches. Nin dandji do couru lès cinses po ça.
« On »... « on »... C'èst dèdjà pus « vos », asteûre ; c'èst « on ». Ayi mins c'èst mi qu'est maîsse. Et lès caurs c'èst da mi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Auguste Laloux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fernand Le chanteur.
» L'Art dans la Marine
» Angerville-la-Martel
» Le Havre - MORVAN
» Le terme "Drakkar".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: