Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Octave Mollet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Octave Mollet   Sam 18 Juil - 12:30

http://wa.wikipedia.org/wiki/O._Mollet

Fwêre di mouchons

Dins l' oradje, divant l' dicåce, raploûs

A ène pichiye do grand «Palais des Sports» à Brussèles, si strove li pus tchaurné des Pârcs di tos les alintoûs. Su li dzeû c'è-st-in grand Pachi, rèturé d'vôyes èt d'ârbes ; suvoz l'picinte di dzos, intréz dins les bouchons, vos v'là tote sûte come en plin bwès. Diskindoz jusqu'à fond, vos sèroz dins «l'valéye Josafat ».

Quén dègadjmint! Quén bia côp d'ouys ! Ene grande tèrasse, des tauves, dès tchèyères pa cintin.nes: au fond, in grand kiosse couvièt, ène buvète avou dès ârbes autou d'lèye : comandez c'qui vos v'loz, les sièrveûs s'coperènent è quate po vos sièrvu.

Des parints dvisenut en scrotant des crinmes, coûques èt pâtés, buvant l'bon cafeu, do timps qui l'z'èfants s'amusenut.

Po les ouys, dès vèrdeûs, des fleûrs, des plates-bindes : do mouv'mint, do vikadje, qwè !

Vos divnoz curieûs, vos v'loz vôye les ètangs, les cignes, les canards fyant des coûsses su l'eûwe; en plonkant is mostèr'nut leu drî come tot djant: dji v'z-en ... kikine.

Todis pus curieus? Alez jusqu'au fond des rotches; l'eûwe qui n'èst lachiye qui gote à gote fét sondjî in momint au sourdan qui mûzenéye o bwès.
Su totes les voyes èt pîcintes les bancs vos invitenut; ployîz l'djambe, purdoz vosse timps pûsqui vos v'loz vôye tot.

Des pawons vos mostèrront leû bèle queuwe, is sont si fièrs, Les pidjons véront mindjî dins l'mwin d'vos tot ptits èfants. Alèz vôye les flaminds (oyi) avou leus fin ès pates; quand vos pass'roz ci-tici, wéz, èr'ployerè yène en vos r'wétant avou chènance di dire: lawète vî, c' qui ti n' sâréve pus fé !
Rilèvant l'tièsse, nos vèyans ène voléye di mouchons qui passenut è l'èr : on s'dit è li min.me : «wête! Volà les pus eûreûs dèl têre. Por zèls gn'a ni guêre ni cârte di ravitayemint; pont d'gurgnï mins chaque djoû is l'èvont a l'tchèsse po gangnî l'crosse, is plonkeront, s'i faut, leu bètch didins in str ... di tchvau, mins jamés is n'iront coutchî sins sopér.

Bravès ptitès bièsses, les v'là astapés su l'gros maronî; is vont afîye tinu consèy.

C'è-st-a c'momint-là qui l'quart di quatre eûres sone à l'èglîje Sint-Servais, Dji m'lève po z'achèvér m'toû - poqwè l'èr do cariyon mi r'vént-i à l'esprit,

(Air du carillon d'Sint-Aubin)
Gn' a l'quart di quatre eures qui sone
Alans câssér l'crosse di nosse pwin
Pûcequi todis on s'passione
A l'minme place nos r'vérons co d'mwin.


Premêre tauvelêye

Li vî Cardinal qu'èst sovint catchî dins les fils électriques a-t-apris des bounès novèles. Après awè d'mandé in côp d'chouflèt po fé tère les ramadjauds, li chèf a ratindu qui l'maronî fuche rapaujî; saut'lant su l'couche di d'vant i comince si p'tit spitch:

Nos voci cor in côp dins nosse parc Josafat. Quén bia local po nos mouchons qui l'grand maronî avou ses longuès couches èt ses bèlès tchabotes !

Poqwè vént-on si voltiy véci? C'est pacequi nos ptits pénsons d'Ardène nos ratindenut come des parints. Nos avons stî sadjes èt bén avisés en les lèyant mèsses dèl police dins l'costé do kiosse. Is sondjenut à tot: sayes, grin.nes, bwèssons èt tot c'qu'on pout awè dandjî.

Mi yapèl a sti ètindu, dji vos trove dèdja à branmint; lèyîz-m' vos dire in p'tit s'crèt : li guêre sèrè bén rade woute; l'anéye 45, nos frans nosse-t-asembléye au Saut-Sint Lorint, come dins l'timps.

Po l'anéye qui vént dji sèrè co avou vos-ôtes mins ci sèrè l'dérén côp. Mëtoz-vos èl tièsse qui po c'djoû-là, nosse rédjimint duvrè ièsse fiêr èt bén r'lûjant, nos plans co ruvnus prèmis c tos l'zans d'vaut l'guêre.

Abutouwès di passér èture deûs rindjîyes di curieûs, les mouchons d'Brussèles ni m'dismintiront nén; c'est çà qu'l'ont si aujîye di s'câsér, on coûrt après: Dj'a d'dja fèt branmint des mariâdjes ci-t-anéye-ci, dji vous ruvnu l'anéye qui vént en tchantant l' bia bouquèt avou les Namurwès ».
Dj'a tchwèsi in novia sècrètére, c'èst l'djon.ne agace qui vos vèyoz dzeu mi; c'èst lèye qui vos dôrè les dètays. Aus-è novias, èle èsplikrè çu qu'èst l'fièsse do Saut-Sint-Lorint au quénze d'aoûs´ . Divant d'commet dji d'mande au djon.ne pénson, qui sèrè à m'costé en 45, di nos fé ètinde si bèle vwès.

Nosse pitit Ardinwès sautèle su l'couche qu'e-st-au mitan. Li brave pitite bièsse comin ce «Ritchitchitchicomètch» èt adon c'èst des tchants fwart bias po fini avou in bokèt si bén doûs qui tos les ptits cœûrs si mètenut à bate en tchipelant come des aradjîs.

Padzos l'ârbe les djins sont-st-arètès, li tièsse è l'ér, choûtant co bén lontimps après qui nosse bastognârd s'a yeu té.

Li mièle d'in côp d'chouflèt a cloyu l'bètch à tot l'monde.

L'agace s'esplique

Li lindi dèl Pintecoûte les djins alénent sovint au rcinér d' Ecaussine avou l'idéye di rèscontrér boune compagniye, i parèt qui d'vant l'guère, c'èstèt ène bèle dicauce.

Les mouchons walons ont fèt l'minme au Saut-Sint Lorint dins l'bwès do Duc au quénze d'aoûs´: is si r'vèyénent avou pléji.

On dmèrè là sins limite, on n'n'a minme vèyu s'ètabli su place. Ene pitite faubite à nware tièsse dimande tot d'in côp: poréve-t-on amwinmér s'galant?
- Oyi, m'fève. crîye-t-i l'vi cardinal, seûrmint i faut dmèrér en binde èt choûter les mèsses.

La dsu, tote jin.néye, ène pitite fumèle di canari dimande si on pinse qu'èle sèrè fwate asséz l'anéye qui vént po z'ètèrprinde parèy pèrèlinadje; jinnéye, èle bache li tièsse.
- Vos vèroz avou mi, rèspond l'vi Président, dji vos térè à l'ouy po wéti qui vos fyoche des conichances, vos tchaurnéye, po ruvnu tote seûle.
- Mèrci, Parén, dist-èle, tote bunauje.
- Si l'cardinal s'è mêle, a-t-i dit in gros sauvèrdia a s' vijén, on va d'vu mète les fiêrs o feu!

(a shuve)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Octave Mollet   Ven 24 Juil - 3:41

L'agace continûwe : nos paurtirans d'itci, deûs djoûs d'vant po n'z'astapér à timps-à-yeûre : su li d'zeû d'Wauve nos conichans ène fwart boune place dissu li dri d'ène mwéye; on trove vèla do mougni po tot l'monde. Nos sofèlerans ène eûre po fé payiye, adon nos wètrans di n's'èvolér jusqu'au Parc Marie-Louwise, a Nameur.

C'èst là qu'on passerè l'niût. Atindans nos à ène paurt di pléji. les pénsons namurwès sont fwart guéyes; à l'chije, is nos conteront leûs prôtes èt l'lèdmwin nos paurtirans èchène po l'fièsse do Saut.
Pôrtant tot timpe, nos passerans dire bondjou au vi djurau, ène viye bièsse qui n'sét moru: i vike sès déréns djoûs dins li ptit bwès d'Insèmont. Nos li frans dire l'istwère do Suké dèl limodje qu'on z'a fèt divnu sot in djoû d'grand feu.

C'est di d'là qui nos pudrans l'èr' po r'tchêr tot d'sûte au Saut po les concours èt l'banquèt. Fiant sine au Cardinal en trén d'brostér in r'djèt, nosse-t-agace fét place au vi chèf qui rataque:

« Fuchîz guéys èt rlûjans, sondjîz tos les djoûs au quénze d'aoùs´ di l'anéye qui vént. Amwinrnez vos soçons, dijoz-leû qu'on mougn-e bon, qu'on sèrè à branmint po z'awè do pléji et qui nos pôrans mostrér, nos-ôtes, les mouchons, qui nos n'donans jamés nosse paurt au tchén.
Nos paurtirans li trèze à deûs eûres di l'après l'din.né : èt asteûre divant d'ralér, passez à l'tchabote qu'a si p'tit drapia, c'èst l'magasén aus-amonuciyons : vos ploz satchî les s'minces ramonceléyes po audjoûrdu. Passèz twès côps d'sûte po vos guèdér, sauf les spreûwes è les agaces qui s'continteront di deûs fornéyes pace qu'is l'ont l'bètch trop fwart.
Amwinrnez-nos l'anéye qui vént, des bias plumadjes, po qu'nosse boukèt fuche bin tatchî; vos ploz ridér, boun amusemint!
Li raploû purdant fén, nos mouchons si staumut. Dins leûs p'titès bindes on d'vise branmint des dèrènès novèles, dèl fén di s'sâcrè man.nète guêre èt dèl fwère do Saut-Sint-Lorint.

Li fwêre va cominci; après nwarebije, bon solia

A qwè sondjenut-is tos ces-tilà en s'porminrnant dins les vôyes èt picintes di nosse pârc Josafat?

C'èst dimègne, audjourdu, èt pûsqui maurdi c'èst l'quénze d'aoûs´, on s'dit qui d'mwin c'èst co sèmdi !

En plin-aoûs´, li prèmî, après l'fén dèl guêre, padzos l'solia fwart rilûjant qui v's'asbleuwi, les sotès tièsses bat'nut l'bèrloke. Les idéyes sont discouseuwes : «Quant r'vérè-t-i l'djou où qu'nos porans mindjî à nosse fwin? Bon solia, vos nos rindoz l'espwèr !

On d'vise adon di c'qui manque co: do laurd po li p'tite salade, lès solés qui bauynut, lès mouchûres ! C'èst l'vrai qu'nos ratindans come li tchèt après l'soris. Ah! on n'za tant rabatu les orèyes au « posse»; pacyince: coradje ! nos arivans avou des batias... èt tot c'qu'i faut!

Si v's'aviz l'maleûr di dire, po l'momint, qu'i faurè co ratinde saquants mwès po ièsse édîs, vos vos friz àfortchî : les djins sont-insi.

Mins, po l'momint. li stwali èst si clér, li solia si doré èt si tchaud; rapairi pa in bon vint, on s'sint si bén contint; on rovîye qui d'mwin poréve ièsse fwart nwar ... on n'sondje dédjà pus qu'aus bias costès di nosse pôve pitite viye.
En r'wétant l'solia qui spaud su l'terre si boune tchaleûr, rifyant bièsses èt djins, li cièl si bleuw, si grand, on s'sint presse à criyî mon Diè, c'èst si bén grand c'qui v'zavoz là fét ! Come c'èst bén adjincî ! Qué baguète qu'i v's'a falu po mète tot çà à daladje! Riconèche tot çà qu'nos veyans autou d'nos, c'èst fé l'pus grand des akes di fwè. Dins nos misères, nos duvrans co sovint r'lèvér l’tièsse po vos d'mandér di co t'nu bon po z'aurdé nosse coradje.

I gn'a tant d'cayôs èt d'wârtiyes dins lès tchméns. Li maleûr s'abat sur nos, come dins l'timps, li bidèt do tiradje au sôrt. Les djins d'meûrnut sovint soûrds come des pots, à l'plinte do cénq qu'èst pris; n'èst-ce nén adon qui faut r'wétî au waut?

L'idéye si rèfwarcîye en r'wétant li nûléye di mouchons qui s’élève dizeû l'parc; après in toû dizeû l'maroni qui nos conichans bén, li binde plonke tot dwèt su « l'cénquantènére »; les djins ont bachi l'tièsse po z'achèvér leû pormwin.nade.

Ah! s'is vèyénent çu qui s'passe dins nosse bia rédjimint à plumes, qui plonke dèdja su Audèrgém. Rindjîs, bén nipés, quén côp d’ouy pa d'zeû. Is sont-st è l'ér, pol prèmère ètape do grand voyadje; i gn'a po cwêre qu'on z'è va en r'vuwe :

Tot seû, prèmi, c'èst «l'Aiglon », nosse-t'agace, li sècrètére; quate di ses maseûrs, ossi bèles qui bén tatchiyes, sont rindjiyes padrî lèye, èles fèynut sondji a des sapeûrs-tambourîs da Napolèyon, si fièrs a Sint Fouyén.
Su l'twèzyinme ligne c'èst nosse Cardinal, dins l'mitan, rilûjant come li «Prince charmant », i n'li manque qui des blankès guètes, si sabe à s'costé po criyî: au bia mousquètére!

Su l'gauche do vi mèsse, is sont-st'à chij: deûs pénsons rècrèst-és, deûs maules di canari avou deûs cisèts au d'dibout. A dwète, chîs bauchèles, li prèmère, c'èst Frénguète qu'est vneuwe avou s’ maseûr. Li mayeûr a promètu d'les casér. Frénguète è-st-ossi inocinte qui «Micaèla» apwartant l'lète à s'cousén : rapèlèz-vos « Carmen».

Adon deûs faubites à nware tièsse qu'ont come vijène deûs nôzéyes pitites mazindjes. Padrî, si t'nant come des «valèts» d'boune maujo, c'est quate gros sauverdias à tièsse plate èt nware qui clôy'nut les rindjîyes.

Les autes «pèlèrins» sûv'nut sèmés su in d'méy rond; ène dimèye dozin.ne d'arondes fèy'nut l'police autou do p'tit camp volant qui, bén tapiné èst capabe di fé dès djalous.

Di timps-in-timps, in côp d'chouflèt, on s'astape po r'prinde alin.ne, saquants munutes, tantia qu'au d'bout d'ène eûre, is ont sautelè Wauve èt Otignies.

Quand l'fameûse mwéye a stî r'coneuwe on z'a plonkè après li d'méy toû; en tchèyant on n'ètindéve qui ramadjes di contintemint, saquants mots do sècrètére féy'nut l'toû èture zèls : on taudje ène eûre, mins on mougnerè dins twès bons quarts d'eûre : en ratin-dant, libèrté ! Is n’sè l'ont nén fé dire deûs côps, abiye dins les campagnes!

Mins l'Cardinal a rit'nu tote si rindjiye... ène munute! vunoz avou mi à l'ombe, dji vos dôrè ène pitite lèçon. C'est qui faut qu'vos seûchije vos t'nu si vos v'loz ièsse caséyes po bén tchér à mwin'nadje.

Nos n'frans nén come les djins, qui mintichenut si vos d'mandez leû-zâdje, qui mètenut l'tchapia d'leu cousène ou qui s'fèynut pus ritche qui n'sont. Ça n'veut nén portant dire qu'i faut catchi ses bias costés.

- A vos, djoli pénson, vosse bèle vwès ni sufirè nén; rècrèstèz--vos, apurdôz a vos t'nu, mètoz l'tièsse in pau su l'gauche, adouvioz bén fwart vosse-t-ouy, n'euchîz nén peû di r'wètî les curieûs.

- Et vos, mi p'tite ? Pus d'franchisse! vos ploz, godoye ! vos rècrestér ossi. Abutouwèz-vos à rwèti dins les ouys, ça vèrè tot seû.

- Faubite, on sét bén qui v's'astoz djoliye; l'ouy vos l'avez d'ja fwart lûjant; ène miète di ritneuwe ni vos frè qu'do bén.

Li lèçon èst longue èle sèrè mèteuwe è profit. Mins tot d'in côp ène aronde s'abat en tron.nant dès pènas.

- Què gna-t-i ? accidint? Non, rèspond l'mèssadjî, c'èst-ène as-taurdjiye. Ene faubite qui n'si sint nén bén : nos n'zavans astapés; come ça durèt, avou s'mèsse, nos pinsant qu'èle s'aprèstéye à ponre. Dji véns prinde vosse-t-avis.

- Dijoz aus spreuwes di tchèzi place au rcwè, dins les fossés, d'afoncér in potia po l'nid. Les autes, tot d'sûte à l'tchèsse aus strins, fouyes èt paye, dj'arive dins dis munutes.

L'aronde èst djà lon. Quand l'Cardinal s'amwin.ne tot èst prèsse; li p'tite, bén coradjeûse, è-st-à costé di s'mèsse : is pudront leûs rûjes èt... à l'grâce do Bon Diè !

I fréve si bon d'vikér si les djins èstènent parèys; amon les mouchons, gu’a pont d'guêre, nén pus qui di rçuveû d'contri-bucyons; èchène, on fèt l'aoûs´ en fyant paurt di fréres, sins jamés rovi d's'édi yin l'aute.

Li moncia a ruvnu à l'mwéye po rcinér; is s'couyon'nut su l'dos des Namurwès: i parèt qu'on s'lève si taurd èl vile.

- Nos leû d'mandrans rèspond èn aute.

On brostéye co saquants munutes jusqu'au côp d'chouflèt : adon, c'èst l'disdûs. On s'cheût, on s'brouchetéye, on lustréye ses plomes adon on sautèle è l'èr' en criant: «Vive Nameur po tot ! s Chaquin a rpris s'place. On passe dizeu Djibloùs, pays des pâréns èt d'Sint Wigbertus.

Li côp d’ouy divént pus bias; dèdja les blankès vôyes si r'mar-quenut dins l'bwès; lès brisés si cotwardant, des bèlès maujos avou leûs roudjès panes. Après, voci l'Sambe, rilûjante come ène cou-léye d’ardjint. Li tchmén d'fièr, les clotchîs, li pârc, nosse parc Marie-Louwise ossi bia qu'i l'est ptit.

On comande in toû dissus l'vile. Alons, mouchons, voci l'cité da Biètrumé Picard, Boseret, Wérote, Dèthy, Mandos, Loiseau, Pirsoul. Evrard... èt dès Rèlîs, les Rèlîs qui nos purdans po lès capucéns des lètes walones, dèl trape di Moncrabau.

Allons clotchî d'Sint Djan! Vos comarades di Brussèles sont là, Cariyon d'Sint-Aubwin chèyoz vos clokes; vèci c'èst nos autes. Ah! Namurwès vos n'savoz nén, à c'momint-ci, come nos ouys si brouy'nut èt come nosse keûr toctéye.

Coq walon, disployîz vos éles po tchantér èt fé triyané les pus malades. A dmwin, ou pus tôt, à tot rade, pace qui, ossi rade tcheûts o pârc nos sèrans amon nos autes.
Nameur, payis da Chope-Louis qu'a tant wèti à nos p'tits bosquètias; à nos bias cwès dèl Citadèle, ène si bèle broche à vosse twèlète.

L'arivéye au parc ni s'pout nén racontér : is sont là à l'afût : tchants walons, musique di famille .... quén récèpcyon, quén plaiji!

(a shuve)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Octave Mollet   Ven 24 Juil - 3:43

Visite di parintéye

En d'visant di c'qu'is-avénent rèscontré su leûs vôyes, les mou-chons d'Brussèles ont ètèrtinut leûs soçons namurwès tot en scro-tant çu qu'avéve sitî aprèsté come amonicyon po l'fièsse d’audjoûrdu.

Fyant minti l'provèrbe, après s'awè guèdés. nos p'tits brâves ont fèt éne pormwin.nade d'ène eûre. Twès bindes: iène paute aviè l'reuwe des Brèsseûs èt cor au pid dèl Citadèle, ène aute s'élève pa d'zeû l'Citadèle aviè l'tchapèle des «Buissonèts ». Li dérène ramasse les pus rôleûs èt vont dins l'bwès d’Marlagne.

In seûl mot: raploûs su l'kiosse do parc à sept eûres èt d'méye po plus vôye l'arivéye des «quarante Molons» di Moncrabau qui dôront concert à yût eûres ...

Didins l'vile les trotwèrs si garnich'nut d'curieûs : c'èst dîmègne èt c'côp-là ni rovyans nén li concert des Molons, dèl Sôcièté si cha-ritabe po les malureûs.

On vént à pids, di Djambes, dèl pwate Sint Nicolès, on dchind d’Bomèl : il è vint d'Sint-Servais èt d’Salzènes. On fét in d'méy toû pa l'reuwe di Fièr, raploû di tot c'qu'i s'dit Namurwès; is sèront tortos au parc po sept eûres èt dmèye tapant.

Les mouchons, zèls ossi, sont là, à l'eûre. Su l'twès do kiosse is rindront compte di leû sôrtiye. Les djins pudnut d'assaut bancs èt tchèyères, nén portant d'vant d’awè payi l'dwèt d'achîr, pacequi les Molons son-st'ène miète là, po vinde leûs cautes; wêtiz-lès couru; c'èst qui c'èst po les pauves; les programes minme si paynut.

A c'momint i ndimeûre bén wére di places vûdes; aviè l'mitan, nos rconichans ène binde di vî Rèlîs qui sont les pilés dèl vîye sôcièté, todis au posse èwoû qu'gn'a do bén a fé.

In soçon dèl binde, li cia qu'a in grand nwar tchapia dit qui n'manque person.ne, audjourdu; nén min.me lès sauvèrdias, ni lès pénsons, dist-i, en mostrant l'binde di mouchons ramonslés.

- Wète-in pau! Gn'a d's'agaces, minme des canaris!
- Zèls, is n'payeront nén bén seûr !
- P'tète bén, mins is n'sèront nén tchén di rmète li manoye di rawète.
- Ba! is-ont bén réson; qu'avôz fé vos ôtes èstant gamins? Couru en fyant d's'èguègnes amon les bravès djins ..

Dissus l'kiosse chaque chèf di binde rapwate au vi cardinâl tot c'qu'a stî vèyu : li mèsse e-st-au mitan qui choûte.

- Dèl reuwe dès Bresseûs nos n'z’avans astapés padri l'sale d'amon Dègréz, pôtis dins les ârbes. Dj'inme si bén, rèspond l'mére di pènson, li novia mazurka: «t'as bû Louis, t'as bû Louis, t'ès sô - t'ès sô Louis - t'ès sô Louis, t'as bû ». Nos avans vèyu bran-mint dès sôdarts intrér po fé dansér les mèskènes, rén qu'po leû fé rovî leûs pwin.nes.

- Li binde di Marlagne a stî fé corwéye; pupont d’tchants, pu-pont d'viye au bwès; leûs frères èstèvent dandjureûs vnus choûter l' concèrt ossi.

- Ruvnant des Buissonèts, on pout vôye in bia djonne canari. C'èst li p'tite «Frénguète» qui, s'sintant pus franche, va d'visér :

- Parén, nos l'avans trové si disbautchî, si d'seûlé, si malureû ! Quand dj'l'a yeû aprochî dj'a rmarqué l'nware tatche padri l's'orèyes, dji n'a seû m'tére : boune sinte Cizîle! C'è-st-in Sacson! Qu'avôz po ièsse si pènu? V's'a-t-on batu? èstoz pièrdu?

- In côp d’tièsse, disvoyî, dji sos mérseû sins rvindje, m'a-t-i rèspondu. Volci wèz parén, il a l'ér si djinti.

Li cardinal s'a-t'èspliqué avou l'novia djon.ne ome; èl fyant mwinrnér à l'grègne aus s'minces, C'èst Frénguète avou l'provisio-neûs dès pénsons ditci qu'è l'codujenut a l'cûjène po l'ritapér.

Is rvègnenut jusse come les Molons fyénent leû-z-intréye e musique. Tot l'monde èst lèvé po clatchî les mwins; les mouchons èvolnut, zèls, en ramadjant, po fé in p'tit toû d'vant di rtchêr su leû kiosse.

Li concert comince tote sûte; l'animacyon èst grande; èture les bokèts on s'èsplike pa d'zeû come pa d'zos, pace qui les mouchons ossi son-st-à l'dicauce. Ene agace a wadjî d'alér mète ène «mas-toke» su l'grand nwâr tchapia qui n'z’avans vèyu anawère : tote li binde s'a mètu aus-aguès. L'agace èst d'dja paurtîye do kiosse, passant d'zeû les djins po prinde si coudéye; volla su l'ârbe, en face, lèvant s'queuwe pa deûs côps, èle ripaute po lachî di trwès mètes waut, ène èplause qui tché en plin mitan do bia tchapia.

Dins les djins, li madame sipiteye a d'vu prinde si « pochète » (in ptit mouchwè d'dintèle) po plu distatchî les spites : l'ome s'a discwèfé. Quén tatche! lès vijéns, moqueûs, cligne'nut l'ouy èt l'feume a pris l'tchapia; avou li ptit mouchwè, èle rinètîye les mannèstés.

Li drame ni s'a nén conu, sinon des Rèlîs, mins pa d'zeû on z’a djipè lontimps. Li concert po les mouchons richènèt putôt au pèltatche qui don.nut au soçon qu's'a dèrangé, quand i rvént dllé l'mère di ses ptits.

Li concert fini, les djins tot contints ont sondjî a ralér : lès Rèlîs d'vant di s’dire arvôye, ont co tapé leû ptite divise:
- Mi, djèt-i l'pus vî, do timps qu'is djouwénent li « Danse Macâbe », i m'chènèt todis ètinde clikotér les oûchas d’ in skèlète.
- A chaquin s't'impressyon, a-t-i respondu èn aute, mins, come finesse avoz oyû « Manon », li passadje su l'pitite maujone au fond do bwès m'a fé frumji: l'aubwè-solo causéve vrémint.

L'ome au grand tchapia, li, en z’ètindant djouwér « Mignon » a sondjî aus Rèlîs, pacequi gn'a tant d'zèls qu'ont stî arachîs d'leû viladje èwou qu'is ont lèyi leus racènes èt leûs mwârts.

Li piston, dji wadje qu'il è-st-ossi dèl soce po mète tant d’sinti-mint en nos douviant s'cœûr, dj'a vèyu s'cwachure : vèlà, dins m’ viladje ! C'est là, qui dj'vous ralér moru ... c'est là! Is l'avén'nt rimarqué tortos. On s'a dispartajé su c'dérén jujemint là.

(a shuve)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Octave Mollet   Ven 24 Juil - 3:44

Li niût s'achève

Dins l'parc les mouchons ont gangnî leus nids, Li cardinal, qui sét c'qu'i fét, a t-èvoyî l'canari dwarmu en face dèl tchambe da li ptite Frénquète, di peû qu'on n'lî fèye dès èguègnes.

- Comptez sur mi, rèspond nosse-t-ome, dji vos djure qui v'n'aroz jamés vèyu si bon wèyeû ..., les deûs comarades sont paur-tis po s'astapér conte li tchabote qui mosse, à costé, li tchapèle do rempart.

Is n'si diront qui saquants mots:

Li. - Dji wèyrè sur vos; sèréve damadje di n'nén lèyî dwar-mu 'ne si bèle pitite bauchèle.
Lèye. - Dji dwâmrè come in lwar; dji sos si contin.ne, mins qwè frôz en montant l'gârde ?
Li. - En wèyant dji tûserè, dji rvièrè li ptite tchapèle des Buissonèts, in paradis po s'mète a mwin.nadje. Viké catchîs, s'aidi yin l'aute. Ah! pitite Manon!
Lèye. - Hé-là! po qui m'purdoz !
Li. - Ah! pardon; ci n'est nén vos qui dj'wès ... si dj'wazè ...dji diréve ...
Lèye. - Fuchîz pus franc ... (tot doucemint}, ... dji ratinds ...
Li. - Est-i possube ? ... dji n'waze .. pinsér qu'vos vorîz bén d'mi.
Lèye. - Poqwè nén, dji vos cwès brâve èt si nos n'z’ètindans ...
Li (mouwé). - Vèlà, padri l'tchapèle, c’è-st-in paradis ... bonswèr Frénguète ... dji wèye ... rimpli d'èspwèr ...
Lèye. - Bonswèr, vijén ... Dji m'vas dwarmu; vos m’racontroz d’mwin les dérènès novèles ...

C'è-st à c'momint-là qui l'cardinal, si boutant à pièce dins tchambe muznéye
(motif de Lotario de Mignon)
Dissus l'front di li ptite Frénquète,
Pu pont d'crénte, on l'lit qui l'plaiji.
L'yârè-t-i conté colibète
Li ptite fleûr va ptète bén meûri !

Li niût s'a rindu mèsse des linwes.

Advinez ?

Frénquète s'a branmint r'mouwé. Li wèyeû, bén aspouyi a tûsé … C'èst l'timps passè qu'i l'a rvèyu …

Ene bèle gayole, suke, carote èt s'minces, .. in djoû ... li clitchét mau mètu ... l'uch grand au laudje ... tot èst douvièt dins l'cûjène ... ça stî l'ér libe qu'è l'a a'assatchî ! … , après, d'ène couche à l'aute, d'in viladje à èn aute ossi, malureû, ch'minau, mins libe ! ... audjoûr-du, èst-ce possube qui l'bouneûr sèréve si prés d'li ? Tot au matén, ça stî li ptite, en mostrant s'tièsse. qu'a criyi prèmère :

- Bondjoû vijén, bondjoû, mi ptit valèt : avoz bén dwarmu ? mi j' n'a fét qu'in some (si prèmère minte), sins ratinde li rèsponse, li ptite a-t-invité fifi à vnu su l'uch di s'tchambe, tchanter por lèye tote seûle, i n's'a nén fét priyî c'èst s'keûr qu'a d'visé:

(Motifs de Mignon) :
Li: Conichôz li ptit cwén
Vélà padrî l'tchapèle
Ou qu' nos sèrénent si bén
Mi èt m'Frénguète si bèle ?
Lèye: Jamés dji n' roviyrè
Qu'en fyant vosse conichance,
qui l'bèle padje di m'cayè
S' douvièt por mi, quén chance,
C'èst là,
C'èst là qui di' vorève ruvnu vikér
Rén qu' nos deûs, s'inmér èt tchantér
C'est là ! … C'est là ! …

Ni trovant pus rén à s'dire, come èpaurnés in bon momint, on n’ a pus moti. Ça stî li qu'a rpris:
- Li bouneûr ! savoz bén mi ptit keûr, çu qu' c'èst qui l'bouneûr? I m' chène todis qui c'èst d'abôrd, di sawè qu'on z’è-st-eûreûs.

Lèye sèsichant l'mot, èle dit, do trèfond di-st-ânme :
(Louise)
- Dji … sos... st... eû … reû ... se ...
Adon is sont couru dilé l'vi tuteûr qui leû z'a d'né ène boune lèçon d'morale en lès-ègadjant à rèflèchi : pormwin.nez-vos, èspliquèz-vos, pacequi si on d'vise sovint d'ses drwèts, i n'faut nén rovî lès dvwêrs.

Nos nos rvièrans à onze eûres tapant à l'intréye do Parc; si c'è-st-oyi, dji criye vos bancs à tote li soce.

Les aferes s' arindj'nut

- V'lôz, nos frans in toû d'èglijes? dissu les twèts? Bén tranqu-iles, en tapant in côp d’ouy su l'vile, nos arindjerans nos afères di famile. Li, a stî d’acôrd tote sûte.

A Sint Joseuf, divant yût-eûres, is voyenut on vi monsieû qui sorti d'awè stî sièrvu mèsse, i diskind aviè l'reuwe Sint-Djacques : dins l’reuwe di Fièr tos les volèts sont co bachîs.

S'astapant su l'Eglije Sint-Djan. c'est l'cariyon d'Sint-Aubin qu’on z’ètind sonér l'quart. Su li p'tite place, des djotîs montenut botique. Ene bèguène avou s'grand tchèna ratind po ièsse sièrveuwe.

On wèt tot l'minme deûs valèts avou leu djilèt à mantches: is pwat'nut ène banse qui vègnenut rimpli po cûre à doze eûres à l'hospice Sint-Djiles.
Voci l'momint d’sautlér su l'clotchi d’Sint-Leup : vèla come il est yût-eûres èt d’mèye, on wèt saquans Namurwès è purete, les pids dins des savates. Aviè l'cwén dèl reuwe do Président, is voynut li ptit martchand d'boules qui r'satche les fièrs po plu rployi ses volèts ... C'est Nameur qui s’rèwèye.

Li ptite avéve dimandè po passér aus Buissonèts : c'èst là qui, t' les deûs, ont décidé di pwartér li boune rèsponse au vi Messe qui les ratind. Li chèf ni s'a nén fét faute di criyî leus bancs à tote li binde ramonceléye po paurti.
Deûs côps d'chouflèt po z’ètinde li vi tchant d'Nameur su èn arindjmint èmantchî à la munute.

Li bia bouquet

C'est d'mwin li djoû d' leû mariadje,
Au Saut, abîye, nos alans les mwinrnér.
Mins d'vant d' les mètte à mwin'nadje,
Nos irans tortos rcinér.
Ah ! vrèmint come on s'rafîye,
In si bia djoû di nosse vîye,
Nos r’vérans avou l'bouquèt
C'èst Frénquète qui ârè l'bia Bouquet.

On n'sét pus les t'nu; li dairen côp d'chouflèt vos les boute tortos è l'ér' po l'visite au vi djurau d'Insèmont.

(a shuve)


Dernière édition par lucyin le Ven 24 Juil - 3:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Octave Mollet   Ven 24 Juil - 3:46

Insemont - li vî djurau et l'limodje

Quand l'cardinâl a ieû amwinrné s'binde di djon'nes mouchons jusqu'au ptit Bwès d'Insèmont, i s'a fait codûre à l'tchabote do vi djurau. D'après l'z’on-dit i n’quite pus s'tchambe, mins il èst d'mèré ossi guéy què dins s'djon.ne timps.

D'abôrd, nosse malade vûde si satch:
- Ci côp-ci dj' sos po l'diale - dji sins minme qui c'è.st-ène question d'eûres. Djè l'ratinds l'garce! Ti pous ièsse seûr qui djé l'pudré pau brès.

Li cardinal, come in mèd'cén, dimande à s'soçon di s'lèyî sôgni. Nos alans vos rôlér dins des fleûrs di tiyou; quand v'z'aroz bén souwé, dji wadje qui vos dmandroz po nos sûre dimwin au grand r'ciné do Saut.

Li djurau vout bén assayî. On z’èvoye les pus fwarts à l'cinse do grand Jules, dj'a tant atrapé m' chike aus rwèjéns dins l'grand djardén; tot-au d'bout gn'a in gros' seûçia qu'è.st-à fleûrs po l'momint, i n'costéye qui l'dèranjemint.

Do timps qu'on paute à l'tchèsse les deûs comarades vont s'èspliquér.
- Li vî a dispûs d'zanéyes, ècrachî ses botes, ossitôt discandjî, li chène-t-i i pôrè leû racontér l'istwêre dèl limodje.
- Ni r'niktéye nén Cardinâl, nos n'astans pus ds'èfants. Ti sés bén qu'amon les mouchons, les parints s'lêrénent touwér po plu èlèvér leu famile : portant, do côp qu' leûs djon.nes pol'nut fé porzèls, ni pièdnut-is nén leû parintéye? Tantia qu'is n'les r'coniront pus?

A l'mwart, les ètinds-se tchantér? minme en bindes? Po l'mène, trove ène saqwè d'novia, fé les tchantér tortos, mins qu' ça fuche guéy ! ! !

Fêt m'rire si t'wès qui dj' flauwi. Qui dj' riye en n'n'alant. Dji compte su t' youdrèsse po les t'nu prèsses d'avance. Fèt m'rire!
Ti f'rè m'fosse au pid di m'yârbe po qu'on n’eûche qu'a m'ri-vyèssér ossitôt rafrèdi.

Volèci qui rvègn'nut djà avou leu sèyu. Mèts-mè deûs bèlès agaces come sogneûses; dji vous in bon lèt, èstant bén astoké dji pôrè les vôye tortos. A l'ovradje ! ossitôt rapaupi dji leû fré mi dérène confèrince.

« Li limodje, vèyoz, c'è-st-èn-amûs'mint do vî tins invanté gn-a yeû cint cinquante ans. C'èst l' lindi dèl dicauce do vilâdje qu'on r'présinte li bièsse, a Nèvrumont, Insèmont, Viètrivau èt Prèle.
Po sawè l' fén mot su l'istwère do « folklore », li vî savant Vandereûse d'après lawôt, a stî su place cheûre tos lès vîs papîs d' comune, an d'visant avou lès djins. C'èst li qu'a réson dins l' grand rapôrt qu'il-a r 'mètu a boune place; on li dwèt ène fameûse tchandèle.

Tot ç'qui dj'porè dire su Insèmont si passe a pô près dins lès trwès-ôtes vilâdjes.

Dijant saquants mots dèl bièsse qui n'a pont d' bias costés. Po qu'èn-ome p'luche vikér dins s'cwâr tote ène djoûmèye, on monte ène grande cârcasse avou dès cèkes di tonia qu' on-ajustéye po r'présinter l'bièsse astampéye su sès pates di d'dri (lès cias do pwârteû).

Pou r'présinter l’ biesse, on print ène fotche cheurèce a deûs dints, sièrvant dins lès grègnes a r'toûmer lès djaubes qu'on bat; on rascouve tot ça di veyès loques dauboréyes, lès dints sièv'nut d' cwanes ; dins l' mitan, on boute in ramon an pindant sur li d'vant deûs pates di via atachîyes dins lès twales po r'mostrér lès pates di d'vant.

Ène queuwe pa d'rî qui l' pwârteû maneûvréye an d'dins ; dizos l' queuwe, twès botons qui disgrafés mostèrront in grand trô quand i faurè noûri l' bièsse prèsse a djibotér.
Deûs mots su l' soce qui travâye tote li djoûméye po-z-amusér lès djins.

Li pwârteû qui sièt l' limodje èst sovint in bon bèveû ène miyète galafe. Il va branmint bwâre èt mindjî, di tot, i dwèt fini pa tchér´, al niût èt mwârt sô.

Sint Butlot qui tént in baston, avou au d'dibout, li valèt d' pique qui f'ra baujî a tot l' vilâdje an d'mandant ène dréguèle qu'on dwèt mète dins l' bwèsse d'in quatyinme qui mostère, d'abôrd, ène pate di pouye.

Li dompteû, avou s' valise, qui s' tént todis près' po quand l' limodje tchét flauwe : i frè tot d' sûte ène ôrdonance ... Mètoz avou zèls: in tambourî avou saquants musucyins, vos-âroz d'qwè amûsér lès vîs come lès djon.nes dispûs l' matin jusqu'à mèy'niût.
Is brok'ront dins lès maujos, sauf li limodje, front bauji l' valèt pa tot qui tchèrèt dins leûs grâwes, leû fyant payî l' drwèt.
Li bièsse courra après lès bauchèles po wétî d' lès sukér mins èles biz'ront a dadâye an criyant po n' nén yèsse prîjes. Pinsèz don, yèsse sukéye dèl limodje, adon, n' pus sawè trové in galant.
Li binde pâye à bwâre dins tos lès cabarèts. L'ome qui pwate li bièsse arè in bia foulârd au Comité, i sèrè noûri èt bén guèdé pro deo. I duvrè bwâre totes lès ôrdonances èt mougnî dès vitolèts qui lès soçons brib'nut dins lès maujos.

Al niût, on done in grand sopér pal Comité, dins l' pus grand dès cabarèts ; on bwèt ossi branmint.

A méy'niût, on z’ètère lès rèsses dèl limodje qu'èst r'mèteûwe dins l' grègne jusqu'à l' anéye qui vént. »

Li djurau s'a-st-arèté, nauji. Is v'lénent qui s'téje, mins après qu' 'l’a yeû stî rapaujî, il a v'lu dire deûs mots do cénk qu'a stî in djoû suké pal léde bièsse di limodje.

« Au grand feu, ç't-anéye la, conte l'idéye da branmint, on-z-a mostré l' limodje al niût. Su l' place is-avénent ramonçlé dès cus d'ârbes, dès couches, dès fagots, do strin ; tot ça comèlé dins lès tchinis'trîyes qui lès djins, come tos l's-ans, avénent mètu po quand l' tchaur do cinsî pass'réve.

Tins dèl grande feuwéye, li limodje a fét dès sènes ... In vî djon.ne ome, ène miyète su l' doûs, arivéve su l' place. Li bièsse l'a sû, a lèvé s' queuwe : lès botons à prèssion ont volé foû èt, pau trô douvièt, ène sipritchoule rimplîye d'euwe a passé s' bètch po spritchî s' kèdje su l'inocint qui, a mitan nèyî, a v'lu couru èvoye. Li limodje l'a ratrapé, li pwârteû l'a apicî dins l' cwâr po lî fé bwâre di fwace ène ôrdonance tote prèsse, li pus fwate : bîre, tchèssaut, cafeu, soda èt èn-oû, su tot ça bén cheû.

Li maleûreû a-t-avalé ç' qu'il a seû. Quand on l'a lachî, li bonasse a couru pa totes lès reuwes ; i 'nn a fét one maladîye, po div'nu sot saquants mwès après. Divant l'anéye woute, il èstèt mwârt.
Dispûs, pus jamés on n'a fét sôrti a Insémont li limodje in djoû d' grand feu. »

Nosse vî djurau n'è pout pus; i voûrève portant co sawè lès fé rire, mins l' cardinal a fét sine qu' c'èstéve tot.

Lès mouchons ont v'nu volér, chouflér, tchanter èt tchîp'lér autoû do malâde.

Abachî dilé s' comarade qui ride a grand côp, on l'ètind co dîre qu'i vout rire an morant.

Octave Mollet
Li dierin boket, sol limodje, vént d’ esse replaidî dins El Bourdon 611 (moes d’ decimbe 2008) et dins « Reflet » l° 19, måss avri 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 616
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: Octave Mollet   Ven 24 Juil - 3:50

Astème, gn a kécfeye des flotches a cAze do scanaedje di djaeneyès pådjes (g => q, metans)

Li tecse parexhrè bénrade so l' Aberteke e rfondou (dji metrè l' adresse droci)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Octave Mollet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Octave Mollet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Octave Maillot "Contes Normands".
» oeuf mollet dans son coquetier de courgette
» Oeuf mollet
» Octave Mirbeau
» chaleur au niveau du mollet droit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: