Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Gåmès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 606
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Gåmès   Sam 7 Mar - 3:15

(dji n' sai nén da kî)

La nût d’la grande veille

El 24 dè décembe, coumme toutes les aûtes annâyes,
Toute la famille s’rètroûve pou passer la grande veille.
On s’raconte les nouvelles, aûtou d’ène bounne bouteille.
On s’rappelle des aûlûjes pou rîre ène bounne gavâye.
Mâs quand l’nonon Henri è raconté s-n’histoire
Les aûtes riaint tél’mat qu’i n’savaint pus s’ravoir.
Lu, i restout sèrieux :  « ène nûtie coumme anû,
Les bîtes savant parler atère zolles à minût »
Sa feumme l’è arrêté : « tâjez-v’, vès ramadgez. »
Pûs la clotche è sounné èt tourtous s’avant l’vé,
I s’avant apprêté pou n-aller à la messe
Mâs djè n’â m’pu les chûre : èm-man m’è dit « tè resses
Tè vins d’avoir la rheume, tè t’fârous co r’croquer »
Tout seûl das la mâjon, djè m’â mins à daûner.
Dj’â oyi ramuchîr, djè n’atous m’ rassûré.
Dj’â ètu das l’ollâye, c’est d’l’ètaûle què ça v’nout.
Das l’huche, i gn’è ène crâye èt dj’â vû c’qui s’passout :
L’nonon avout dit vrâ, c’est les bîtes qui causaint.
Djè n’ôsous pus boudgi pou choûter c’qu’elles dijaint :
In tch’vaû s’plîdout : « les hoummes , i-s avant foût tchîdgi.
Pou les comprenre, à c’t’heure, ça d’vint bin molâji
C’est qu’i-s avant roubli el patois, el langadge
Què d’pûs les taps anciens, on caûsout das l’villadge. »
Les vatches ant rèpondu : « i sant dèv’nus fin fous ;
I les y faût l’auto pou n-aller fâre in tou ;
Èt co zoû niche bagnole pou aller quîre zoû pî
I n’avant m’ foût envie dè fâre dîx mètes à pid.
Don spôrt èt co don spôrt, i n’fayant qu’d’a caûser
C’est coumme i gn’è quèques djous, on les oyout breûler :
C’est nous, on è guîgni, c’est nous aûtes les tchampions
Waye guîgni qué match, don, d’vant zoû tèlèvision
I-s avant djusse martchi pou couri aû frigo,
Ouvri les boutés d’bière èt les boire aû goulot.
-Oyi, radjoute note tchat, qu’atout flachi das l’fon
On s’fârout vite fruchi si on n’fât m’attention
C’est qu’i filant si raide qu’on n’les voit m’arriver.
Djè n’ôse pus r’djoinde ma belle qui habite dè l’aûte coté.
Dj’â comprins qu’ces bîtes-là avant vû c’qu’i n’allout m’
Èt qu’elles sant pus malines, i m’sène què bin des hoummes.
Pou dère toutes nos bétîses, bin sûr djè mè l’sondge bin
I va les y falloir djusqu’aû londmî matin
Pou n’mi les dèrandgi, doûç’mat djè m’â r’sauvé
Èt dj’n’â rin raconté quand nos dgens sant ratrés
Mâs d’pûs c’djou-là, les bîtes, djè les vois autremat
Èt les y fâre don maû, djè n’sarous pus sûr’mat

Traduction

Le 24 décembre, comme les autres années
Toute la famille se retrouve pour passer le réveillon
On se raconte les nouvelles autour d’une bonne bouteille
On se rappelle des blagues pour rire aux éclats.
Mais quand l’oncle Henri a raconté son histoire,
Les autres riaient tellement qu’ils en perdaient leur souffle.
Lui restait sérieux : « une nuit comme aujourd’hui,
Les animaux savent parler entre eux à minuit. »
Sa femme l’arrête : « taisez-vous, vous dites des sottises »
Puis la cloche a sonné et tous se sont levés,
Ils se sont apprêtés pour aller à la messe
Moi je n’ai pu les suivre, maman m’a dit : »tu restes,
Tu viens d’avoir un rhume et tu feras encore une rechute »
Tout seul dans la maison, je me suis mis à tourner ;
J’ai entendu une présence, je n’étais pas rassuré.
Je suis allé dans le couloir, c’est de l’étable que ça venait.
Dans la porte, il y a une fente et j’ai vu ce qui se passait :
L’oncle avait dit vrai, c’est les animaux qui parlaient ;
Je n’osais plus bouger pour écouter ce qu’ils disaient
Un cheval se plaignait : « les hommes, ils ont fort changé
Pour les comprendre, maintenant, ça devient bien difficile :
C’est qu’ils ont oublié le patois, le langage
Que depuis les temps anciens, on parlait dans le village »
Les vaches ont répondu : ils sont devenus tout à fait fous
Il leur faut l’auto pour aller faire un tour
Et aussi leur sale bagnole pour aller chercher leur pain
Ils n’ont pas très envie de faire dix mètres à pied.
Du sport et encore du sport, ils ne font que d’en parler
C’est comme il y a quelques jours, on les entendait brailler
C’est nous, on a gagné, c’est nous autres les champions !
Et bien gagné quel match, donc, devant leur télévision,
Ils ont juste marché pour se précipiter jusqu’au frigo,
Ouvrir les bouteilles de bière et les boire au goulot .
Oui, ajoute notre chat qui était couché dans le foin,
On se ferait vite écraser si on ne fait pas attention ;
C’est qu’ils foncent si vite qu’on ne les voit pas arriver.
Je n’ose plus rejoindre ma belle qui habite de l’autre côté.
J’ai compris que ces animaux-là ont vu ce qui n’allait pas
Et qu’elles sont plus intelligentes, il me semble que bien des hommes
Pour dire toutes nos bêtises, certainement, je le pense bien,
Il va leur falloir jusqu’au lendemain matin.
Pour ne pas les déranger, doucement je me suis sauvé
Et je n’ai rien raconté quand la famille est rentrée
Mais depuis ce jour-là, les animaux, je les vois autrement
Et leur faire du mal, je ne saurais plus, sûrement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
 
Gåmès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: