Li walon d\'èmon nos-ôtes

forum pou lès dgins qui vwèyenu voltî leu lin.we
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 P.J. Dosimont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: P.J. Dosimont   Mar 3 Mar - 12:06

http://wa.wikipedia.org/wiki/P.J._Dosimont

Tos ces tecses ci ont stî rcopyî (cåzu) tés kés pa Louis Baijot a pårti di troes cayîs dinés pa Dosimont a on martchand d' bwès d' Vresse, et k' ont arivé amon Roger Nicolas.

A l’aousse.

Al pointe do djoû, Djan, l’cinsi, s’apontère
Ca l’bon aousse rucompinse lu maurseu .
Tél’mint qu’i lance, i put dmèrer à père,
Mais ça l’ grawie du rabiè tot mérseu.
Gn’ è tant à fè.
L’air est so Smud, n’aurantchent nin dol frècheure ?
Tins qu’ les vaurlès plèt co doirm u in pon,
I s’ è assis, djammes drovues, s’ la verdeure,
In satch dzos-li ; i fait cru , à l’aclon !
Même su les spales, c’est sa blouse qu’il y tape.
Pus prind l’aglume loyîe av l’ martai
Pa in corion. Aux deux corons i chape

Po s’è siarvu, la lessire su dusfait.
Nosse Djan afonce l’aglume du tote sa ponte,
La fait pantchè ; ses djammes sont à nivau ;
La lame s’esploye,glisse douç’mint po s’fè prinde
A tos les comps qui r’dondèt s’qu’à lauvau !
Et sul tayant, lu court martai à penne
Bouche à mèsere, l’wazon r’djiblant po ç’ci.
I creuse enne batte asplatie tot si tène
Qu do papî, à l’ongue, elle ploye ossi.
Qui r’bat la fau, on l’ onz pa ttavau l’viadje.
Mointes qui l’ fèjèt, c’est cadencè les comps.
Main, vesprée, lu timp s’ prète o r’ndatche,
Su les maujons rasgayichant lu r’pons.
Vons-t-i s’lèvè, fû do lit, zais, les ontes
D’oyu ç’brut-là, Saver qu’onz è prèssè.
S’i n’ l’aidèt nin, quand vlèt-i qu’il è sonrte ?
Gn ‘è asteure do r’mous-mènadje assè :
C’est les courries, lu bisteu et les pouyes
Qui, à l’aireure reutièt, boèrlèt, courrèt
Po à mognè. Quî l’ premie ? On s’ î brouye.
Tortos assanne su duspêtchèt d’ cherbinè .

Dins les rantoyes.

L’ cinsi n’ bouche waire et rin qu’ s’la prèmîre.
Su les autes faus, tot taleure, o pazai,
Il achèvrè tint qu’i djeunront et rîre
Il avot fait dvant dol place pol tassai
Et duspîrsî enne grosse tchertée du oidje
Trichnè o staule , lu pus gros, sét-on bin,
Mais du dvu couru,querre enne viroule al foidje
Ainsi, tot seu, gn’ è d’ quoè chomtè bramint.
Sul bérondie, po mette le oidje et l’ soye,
I monte tapè tos les vîs strins c’tayès
Et vla s’ tchapai qui brustiye les rantoiyes
Même, foisse qu’i gn’è, i nn’è tot ravintîè
Mais s’ cucheut à zoublant s’la tcherrée
Ca leu finesse s’accramie aux nipais ;
Tirant la pîce rie dol chalètte barrée
La fait glissè pad rie à, à poussant d’ bai !
Ca est fait – baff et c’sonté pus d’enne biasse,
Mais gn’ è nolu qu’ è brontchè al maujon !

S’rawayront-i, sabaye ?

I r’berdouche co s’enne fau à enne onte place,
Mais du bisquatche q u’on prind po monstrijon,
La here lî monte , i tape ses batt’mints vôye,
I lait temer sa blouse po s’rutournè
Et prinde la fotche dû c’ qu’l’ flaumin s’ asploye
La fau ponsée, comme s’il onrot tonnè
I court al cinse. I vèt qu’ tot l’monde su lève
I djère, i crie : »Dusgraubouyez-v’ viv’mint,
Vos v’ ratoirtiyez dins l’ linçeu, dialle l’enlève !
L’oudjouque do coq n’sét percè vosse sondj’mint.
I tchandje du mine quand sa feume Catherine
Ruplaque bonnemint : « Les tchfux sont-i sognès ?
Tu lairè là les djins s’i faut qu t’vèrines
I sont hodès et tu vins les rgougnè
Nost’ Alexis s’è co fait enne quernache
A rawijant. Rin qu’ ça l’è tot c’choyu
Les ontes doirmèt so pîd. S’i faut qu’ t’è vache,
Trottes-î do coin, i s’ lèvè. Dj’l’ai vèyu.
Tos ces djous-ci,dins l’ dèr ovradje, on daube.
Fallot fautchè, rulvè et rintrè
Sus la traveure, avu toè, des mille djaubes.
Si t’ serre les dints, dialle possède, on t’ quittrè.
On va djeunnè.

L’ cinsi est toirt. Il è va sins rin dîre.
Quand l’est rmèttu, il est si bon qu l’ poin
Et leye non pus n’è aire lu timp d’ s’ assîre !
Elle vorre toute djoû, houtchée dins tos les coins .
Si enne maujon est bin atolijée,
On s’ î plairè al pus dèrs des saisons
« Po s’ dondiné, i faut la terre ramèchnée »,
S’dit Catherine, elle è co mo raison. !
Prèssè û nin, voci, on djenne, tot fère
Din des crameux, c’est d’seulant et r’tapant,
La bonne douce crème, al brîjée, ça midère
Lu poin du spaite qui s’ grimiotte al compant
Vaurlèts, bwaissales, èfants et maisses assanne
S’mettèt à toule et s’ signè djintimint.
C’est p’prumî rpas ; lu ci d’après î r’sanne
On fait dijeure aux tchamps, àl qoète , o tchmin.
I vont bon train.

C’ djoû-là, l’ matin, l’cinsi dit à ses hommes :
« Fautchez l’avonne qu’est meute et presse lu pus
Vos plez nn’alé ; vos avez fêt bon somme
Dvant la marinde, duspêtchez-v’ à tchaurpu
Lu timp est bai ; c’est c’qu’i fautpo d’ l’avonne
Po la rondè ène huitaine sul terrain
Fèjez des battes comme la penchée vos monne
Po rmètte les paumes asployies so les strins
So c’ trèvin-là, dj’irai fé quéques tcherriadjes
Aux djins qu’on vnu ces djoûs-ci nos aidè »
Les hommes è vontDo con,, sont au riatche.
Tot leu plaiji, c’est d’ polu s’accoirdè.
Bons travayeus, du bin mostrè leus foisses
Avu la fau, si kl’tranchant mosse tot seu,
Si aux framouches la lame nu s’ i apoise
S’on prumî comp, les paumes pierdat lu dzeu
Po, qu’au deusime, elles soyinchent arrangées
Et bin rmettues po aujî radressè.
Il î comptèt. I fjèt leus avancées
Les djammes chaurrées et les brès rètrossès
Tot racrestés et binaujes qu’on les vante
Quand on les waite. « Ah ! les tapeus sont vnus
Dist-i l’ passant. S’la compe n’est nin r’deulante,
Lu grand boquèt va vite su vite su rsinte à nu
Tot va si bin !. pon d’aflachries, pon d’acroqie
Les rawijies les rmettat inte les comps
Aux nouvelles battesdlez l’ faumin, pus astoque,
I s’ ruchourbèt, s’ranairant in tot pon
I sont zais quatte po fé leu ligne assanne
Et leus movmints sont po tot mèzèrés ;
Ca fait : in – zim- Cumint dire à c’ qu’ i r’ssanne ?
Ah ! bin, sus l’houle, lu fièr sonne à comps d’ brès,
Mais l’dairin dit : »Si dj’perdins la gote frisse ?
Duzos la batte, dj’avans l’cruchon rempli
Pa la cinseresse, qui n’ ême nin qu’on soye trisse.
C’est d’ duspleini à s’ sarviant sovint d’li. »

Ouche, qui fait tchond !

Rènes, dins l’avonne, ne sont waire vèrineuses
Totes abaublies do djoû quileu sorvint
Su fzèt cizlè leus bonnes fesses sontralleuses.
Poquoè s’ titè ? Elles querrèt ça, vormint !
Bin pus vicants, da, zais, les coqs d’aousse ! ((cigales)
Pa leus grandes pattes, su les strins, rudjiblèt
Tot à tchantant. Dîrîz bin s’ leu frimousse
Qu’i s’ rupintront pus taurd d’avèr zoublè ?
Là-haut, l’ solai,à sonrtant d’in nouadje
Forguine se feur et l’ lai temer tot doit
Cu srot-i mî vèy passè enn’ oradje,
Contrariè tot à plovant bonz et roit ?
Du peure d’esse frèche, vz îrez v ‘ mètte à souée
Dins enne crupète, nis assis, ni à gnoz.
Vos dmeurrîz sètche, avu la tchape nawée
Et v’ sorîrîz si vosse feupme vos grognot :
« Est-i possibe du dmèru tant à l’uche,
Pus, étonnée : Es-rulvè l’ wayin ?

Des malines.

Avu l’solai et’ l’aird’pus qu’i n’ falluche,
Tot bin souè, on z’apougne les loyins
Et radressè, levè à marionnettes
Des tchamps d’avonne aplaquée duvant-ci.
In pô pus taurd, tot ça irè à crète,
Sovint l’ tchertie dot vorè lu ossi.
Et les comméres vont manner dins les battes
Po fé des djaubes al mèzere du leus brès
Dgrettè leus moins aux chèdrons, aux stiquates
Po ramassè les fustus à pon près.
Su la pair èche, nu s’vèt non quéques piqueures
Dins les grosses vonnes, le sang ritche et coulant
Tchèsse tote fèblesse et i s’denne d’in bon cœur.
« Taises, va, les hommes,êmèz mîe l’ roudge qu l’ blanc ?
« Pîlez, d’moizelles, avu vosse pai poncée,
Vosse tinre frimousse qu’est fine bonne à chondè
Sins z’èsse comme vos, aberlificotées,
Voci, lesz feumers ont mîe po la santè.
Elles è movtè, ca l’fèjèt la causette,
S’racontèt tot : « L’amoureux m’ è promis
Du m’ vènu vèy, quand çu n’ s’rot qu’ à coirnette
A cause dol mére qui pote et s’ è djèmi. »
Ployées à deux po bressè leus djavlées,
Elles les rgougnèt po tnu lu strin levè
A s’assurant z’esse au mîe adulées
Quand l’ruchinèt, autrumint, i s’ sauvè !
« Do wai, djèz-t-elles, elle djambièt, totes ces lalles
Qui fjèt doudoûce, todis à ratindant
Que leus parints, comme zelles, s’rint enne ahalle,
Allinchent zais même martchoté leu perdant !

Des ontes allûres.

D’ponye cinquante ans, la vie n’est pus à r’mette
Dins les allûres, on cherbine ontrumint.
La wazon pousse, la fouye tranne todis vète,
L’air et la plave vont et v’nèt comme dins l’ timps.
Ca dmeure lu même et nosse vie est tchandjée !
L’djonne coit moton qu l’ vî homme tchipotot ?
Si les vîes spales astint pâr trop tcherdjées,
Bon ! Fallot fé po n’ pu avér mau l’dos,
Mais, do passè, i gn’ è do bon à rprinde.
S’ des agadlatches vont pus vite qu’enne vîe fau
Et qu’on n’ mougne pus sins assiette sa marinde
Ct’ ahess’mint-ci mostère des ontes dèfauts :
Les bonnes vîes lames, al pîrre et al’ sutritche,
Avint ça d’bai, du bin pèler l’ wazon,
Mais la fautcheuses drîe les tchfaux vos agritche
Des accramiatches po voler s’ vosse cronzon !
Dins la poussîre du tote machine à batte,
Musique n’est pus : clipe – clape – baff do fléai
Si s’ fait qu’ainsi, on prind tot al copate
C’astot pus bai d’ haurdè l’ ton d’ vîs sèyais
Si l’électrique, en pleinne chiche su dusmantche,
On court habie, r’trouvè l’ vî quinquet.
Si, dins l’ novê, mointes comps, on s’ î amantche,
Les vîs n’ plint mau d’ èsse tentè du s’ risquè.
Mais, là, qwè vlez ? Asteure, dusins les risques,
Ostant pèri par là ! C’ n’est pus couru ;
On volle à l’air !Seul’mint, il î fait frisque,
On pièrd lu pîd, pol pècavî dins l’ bru !
Tot bin tûzè, d’vant d’achèvè l’aousse,
Dijans voci : »Tot va bin…s’ i n’ plut nin !
Dj’aurans moutoè cafougnès dins la bousse
Deux-tois biyèts, mais des bons sous, rar’mint.
Dju dvans todis comptè s’la Providence
Po no chapè d’ calamitès sus l’ dos ;
Dire nosse Pater, ca po tote amîdrance
On n’ vèt djà waire dû qu’elle est, après tot !
Si, dins l’ progrès, int vantè po l’aujmince
On s’ plaint au d’pus et on tranne pol lond’mwoin,
Tènons-nosco po l’bonheurdû qui c’mince
Porveu qu’i gn’oye por nos enn’ aurlîe d’ poin (morceau)

P .J. DOSIMONT Août 1932


Dernière édition par lucyin le Sam 25 Juil - 2:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Mar 3 Mar - 12:14

Des truques.

Parmentier, cultivant ses plantes,
N’è nin pinsè qu’ tot l’ monde è vônrot.
Comme on raconte, les djins du s’ n’ offrante
Haussint les spales, y tournint l’ dos
« Ah !, v’ n’ è v’lez pon ! « Vos n’ ois’rîe z’è printe,,
Lègume, disti, qu’i v’ z’ è dusfindu. »
Ç’ astot in truque : i gn’avot pon d’crainte
Et à l’ happant, c’ est l’ bin qui d’vot v’nu.

On s’ dumante bin : Pouquoè c’ résistance,
Pônfs comme l’ astint, adon dire merci ?
Commint pourrinthe f’ sins abondance
Du truques, nos ôntes ? Et l’ mimme appétit !
Qu’aurintche pèpiè, nis, tint do l’ gu^rre,
Du poin, du t’tot , dj’ astins rationnès ?
C’est nôns bons truques qu’ont comblé l’ affère,
Et ça, jamais, nu s’put nin roviè


Dernière édition par lucyin le Sam 25 Juil - 2:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Mar 3 Mar - 12:15

Sus les bréches.

Lu lessai bout o pacawe
Quand gn’ è des compons qu’ i vaye
Et qu’ les bréches lurtièt bin roit
S’l’air dol choflatte qui mousse foû.

Aye, savez, lu lessai spite,
Mais qu’ n’î waitîz pus vite
Si dol crème teme avau l’ feu
Ma foè, là, nolu n’l’è veu

La feume lu met si lî sanne
Qu’elle è l’ timps duvant qu’i n’ tranne
S’elle taudje, elle lanç’rè lu rat’nî
A s’chondant la moin qu’è tni

Chond modu po n’nin qu’ i toûne,
Ontrumint, s’on s’ è dustoûne,
Il è duvnu du stofê,
Mais qu’il est bon ainsi trové.

S’i gn’è ontes allures asteure
Pa des stûves à moite tchaleur
Covra trawè sins vèy fond
C’est mî l’ pacawe aux tchèrbons !

D’ponye qu’ i n’ bout pus, on barbote
Conte la crème qui fait la sotte
Su la stûve et l’anichtè
I faut r’chourbu et grettè !

Ah !bonnes djins, rufjez enne saye
N’tchipotez pus vos vîs ferayes
In clér feu d’coches, ça suffi
Quand v’ duvrîz l’ fé o corti.

Qu l’ pacawe soyeuche du fièr,
U, s’les bréches, enne djusse du tèrre
Lu lessai aurè d’ pus d’ goût,
Oyez sogne dul dire partout.

Si v’cranquiez po la femîre,
Chofflez-là, c’est si lèdjîre !
S’o lessai spitron tem’rot
Nu sondjez nin qu’ il est d’ trop.

C’est fin parèy pou les sennes
Qu’apoustrint co, enne à enne
Lu lessai qu’estot si blanc !
L’est meyeu à djènichant.

Ravivez in pon les bréches
Rin qu’ po vèy quand l’ bollant crèche
Si, au pacawe, il est au ré
C’est ça mie qu vos l’ guaidrez.

Tot covra qu v’vairîz foute
Vos tromprè ; l’lessai passe oute
A s’chandi sus in ptit feu
I n’ su c’tape waire sus lu dzeu

Vous, Mossieu, û vous, Madame,
Mettez-v’ là, à stoque do l’ flamme
Et s’ bauquez, savèz, d’tot près
V’tirrez l’lessai quand bourrè.

P.J.DOSIMONT Août 1934

Modêye e rfondou:

http://wa.wikipedia.org/wiki/Pire-Dj%C3%B4zef_Dosimont#Onk_di_ses_tecses


Dernière édition par lucyin le Dim 26 Juil - 5:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Mar 3 Mar - 14:22

li dierin powinme e rfondou :

So les braijhes

Li laecea boût e pocawe
Cwand gn a des côpons k’ i våye
Et k’ les braijhes lurtièt bin roed
S’ l’ air qui mousse foû del shoflete

Sur les braises

Le lait bout dans le pot à manche
Quand il y a suffisamment de morceaux de bois coupés
Et que les braises luisent avec éclat
Sous (le souffle de) l' air ki sort du soufflet.


(vos voeroz ki, come mo des fjheus d' arimeas do 19inme sieke, et disk' al "djermêye 48", PJ Dosimont fwait des rmetaedjes di complemint padvant:

"so l' air, del shoflete, ki mousse foû" (sur l'air du soufflet qui sort) ki divreut esse sur l'air qui, du soufflet, sort)

On croereut ki c' est l' shoflete ki mousse foû.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Mar 24 Mar - 17:08

Musdri

Interprètè o tconcert 

Ponf r’homme soupire
Po vnu dire :
« Dponye in momint
ça n’ mu va nin.
Dju soue d’ angouche,
Lu cayî m’ bouche,
Dju teme d’ affront,
Dj’ sus à coron
Des maus, des ponnes,
Do l’ vîe qu dj’ monne.
Par charitè,
Vènez m’ aidè.

II

Dj’ ai mau l’ oraye
L’ covra s’ cutaye.
Ça m’ gotte o nèz
Dj’ ai beau m’ motch’nè !
Clau à l’hennate
Tins ma soquate
Clawée si roit,
Qu’ i m’ faut tni doit.
Ca dju mollie
De maladie,
Comme du chagrin
D’moire du parints .

III
Lu mau do l’ goidje,
Ça m’est bon, coiche.
Dj’avos bevu
Do djus trovu
Dins enne armaire
Qu’avot tot l’ air
D’esse dou assè,
M’è vnu abcès !
Dj’ai l’aulouoite
Tchitche comme do l’ oite.
Dju fais des bonds
A tchèque goirdjon.
S’i fallot qu dj’ tchante
Au djusse ma d’mande,
Çu n’ srot nin d’ tot
D’ braire: - Mu ponf dos!
Avau mes brotches
Ma linwe s’ accrotche.
Tchance qu m’ crochon
Trimpe à brîjon !
Ça m’ forre aux coisses,
Dju sus sins foisse.
Lu cœur mu bat,
Gnè rin qui va
O poèds des spales,
Leu caresse ravalle
Et dj’ ai des reins
Q’ c’ est ostant rin.
Si dju hemtie,
u qu dj’ aimie,
c’ est d’ tossotè
sins arrêtè

III
Dju waite à mi,
mais dj’ dut djèmi
d’glissè s’one flatte
s’ put q’dju m’ supatte !
Dj’ ème mie d’ montè
Qu d’ dèvallè
Rie d’enne gritchette
Sus mes bètchettes !
Tot faux mouv’mint,
Dju l’ sins fèl’mint
Est-c’ du fèblèsse
Dj’ai mes mére fesses
Pleinnes du botons
Blancs o coron ?
D’foisse qu dju m’ gougne
Les cons que dj’ fougne,
Dj’ai des boursais
Su toute ma pai.
Mu n’ estoumaque,
Su tot, i r’naque.
I n’ soffère nin
C’ qui m’ frot do bin.
L’ vinte mu gargouye
Djusqu’aux dispouyes!
S’ perdot co l’ mau
Qui m’ sèrre ôte pau !
Dussus mes jammes
V’ vèyez qu dj’ tranne.
Crappe su lu gnoz,
-Gate qu dj’ sognos-
Ça d’chind aux pîds
Dj’use do l chaurpie
Po ratoirtiè
Les cotches qu’ i gn’ è
Ma grosse donye stritche
Et ma scrinne flitche.

IV
Dj’ai co les brès
Si dèlabrès
qu mes tinres moins.
C’ est des racoins
Qu’ont des creveures
D’lez des infleures !
A m’ dusmoussant,
Dj’ai do mais sang,
Comme dju l’avize
Su mes varices.
Du pouce et d’ peû,
Mi, mwais happeu,
Dû q’ ça m’ chatouye
Sur tchaur du pouye,
dju dus m’ chompiè
et m’ s’ sutriyè.
S’ ma tchouffe, les lintes
Sont co à crainde !
Dj’è m’ va frottè
D’ tos les costès
Mu dos d’ caresses
Aux coines, aux cresses.
Breusse et l’ ramon,
comme des démons
autou d’enne brique
sonrtant d’ fabrique,
m’ont tot musdri,
Dj’ courre les r’querri !
Sins prinde patyince,
Allai, dj’ ruc’mince.
Dudins mes maus,
dju m’ pière avau
Tot m’ coirp catie
Duvant et drie,
Du d’fû, d’en d’dins
Et dj’ grûche des dints !

V
On vèt quand dj’ passe
Ma plate besace
Lu pônverteu
S’ truve tot mér seu.
Qoè vlez qu dj’ fèye?
L’ mau m’ è fait vèye
Comme ça dins tot.
C’est pâr du trop !
Et ça v’ sanne drole
Qu dju m’ dèzole !
Mettez m’ dlez l’ feu,
Dju sus frileu
Qu’on m’ coutche seul’mint
S’enne botte du strin. »

VI
(pour la scène)
Quand l’homme su plotte
Et s’amayote,
L’maisse dol maujon
Dit d’compassion :
« N’è pus qu’ à s’ taire
Et cessè d’ braire
Vos qu’est d’lez li
Comme canari
Dins sa gayole,
Querrez bonne honle
Et s’ vos pressez
Spaurdez, pansez
Les playes au vive.
A nos, i s’ live
Po l’ rumoussè,
L’rèconfortè”.

C’est là l’histoire,
moton bin noire,
qu’i faut sovint
l’samaritain.

Dins nons misères,
s’on vut vèye clére,
c’est co l’esprit
lu pus mau pris.

D’tot si bon cœur
Qu’ à s’faites douloureuses
Lu Maisse nos apprind
D’chourbu l’ chagrin.

Juin 1934
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Ven 24 Juil - 12:24

Egzimpe di rmetaedje e rfondou et d' ratournaedje e francès

Mwaisse copeye : La bonne cinseresse.

La vespréye passe, la dinrée su dèblèye,
Ca elles sont foites et solides so leus reins.
S’elles sont r’lattées et nin bin qu’ on z’ è lèye,
Elles darrint co. Dins l’aireure, elles taudjrint,
Mais, aux coûtes chiches, i gn’ è dmeure do trich’natche,
Aidè à tot, rulavè et chovu.
La bonne cinseresse hagnrè co dins s’ coradje
Po qu’ la paix règne et l’ contint’mint avu.
« Waitez, dist’elle, voci, dju sus drannée
Dj’ ai tot à fé, tint qu’on z’è voye tortos,
Dju frans l’ coq, du botayes et d’ dorées
Et vos tchantrez : »C’est co nos les mîes d’ tos »

E rfondou : Li boune cinsresse.

Li vesprêye passe, li dinrêe si disbleye,
Ca ele sont foites et solides so leus rins.
S’ele sont rlatêyes, c' est nén bén k’ on-z è lèye :
Ele dårrént co. Dins l’ aireure, ele tådjrént,
Mins, ås coûtès shijhes, i gn è dmeure, do trîxhnaedje,
Aidî a tot, rilaver et schover.
Li boune cinsresse hagnrè co dins s’ coraedje
Po k’ el påye ringne et l’ contintmint avou.
« Waitîz, dit-st ele, voci, dji so drenêye
Dj’ a tot a fé, tins k’on-z est evoye tertos,
Dji frans l’ cok, di botayes et d’ dorêyes
Et vos tchantroz : "C’ est co nos les mî d’ tos »

e francès : La bonne fermière.

L'après-midi passe, les récoltes sont engrangées progressivement, / Car elles (= les fermières) sont fortes et solides de leurs reins. / (Même) si elles sont fatiguées, ce n' est pas bien qu’on en laisse (du travail inachevé) : / Elles se précipiteraient encore (pour tout terminer). Dans la faible clarté (de la lune), elles s'attarderaient, / Mais, lors des courtes soirées (d'été), il en reste, du boulot ! / Aider à tou, laver (vaisselle, parterre, linge) et balayer. / La bonne fermière mordra sur son courage / Pour que la paix règne, de même que la satisfaction (de tous). / « Regardez, dit-elle, voilà, je suis ereintée / J’ai tout à faire, pendant qu'il sont tous partis (à la soirée chez les voisins) / Nous ferons la f^te de la fin des moissons, avec des bouteilles et des tartes. / Et vous chanterez : "C’est encore nous les mieux de tous »


Dernière édition par lucyin le Dim 26 Juil - 5:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Sam 25 Juil - 4:19

Sa maujon (mwaisse copeye)
Sa maujon (e rfondou)
Sa maujon (ratournaedje e francès)

On z’ î è dmèru sa fine djonnesse.
Elle è sot’nu totes nons fèblèsses.
C’est là qu’ on z’ è douc’mint grandi
Qu’ on z’ è veu dzeu lu Paradis.

On-z î a dmoré si fene djonnesse.
Elle a sotnou totes nos fweblesses.
C' est la k' on-z a douçmint grandi
k' on-z a veu, ådzeu, l' Paradis.


On y a habité dès sa petite enfance / Elle a soutenu toutes nos faiblesses / C'est là qu'on a grandi lentement / qu'on a vu, là au dessus, le paradis.

Et là, dussus l’ chourre du sa mére,
Ont monté d’ bon les coûtes priéres
Intère les deux gautches signes du coix,
vraimint confiantes, d’enne belle douce voix.

Et la, dissu li schô di s' mere,
ont monté les coûtès priyires
etur les deus gåtches senes di croes,
e confiyince, d' ene bele doûce vwès.


Et là, sur les genoux de sa mère, ont monté les courtes prières / entre deux signes de croix faits gauchement / en toute confiance, d'un voix belle et douce.

Et pîs sont v’nues les mouchîries,
Bin trop r’protchées, ca c’ est la vie,
La mèyeue pruve d’ enne bonne santè
Et qu’on vonrot tant z’ è gostè !

Et pu ont vnou totes les moxhreyes,
bén trop rprotchêyes, ca c' est ça l' veye,
li meyeuse prouve d' ene boune santé
et k' on ndè vôreut tant goster !


Et puis sont venues tous les problèmes / qu'on a bien trop reprochés (à ceux qui les ont causés) car c'est cela la vie / la meilleure preuve d'une bonne santé, et qu'on (=celui qui est sans problèmes) voudrait aussi expérimenter

C’ est là qu’on r’vint binaujes du scole,
Là qu’on tchipote et qu’on tribolle
Tant d’ prodjets qui sont trop bais
Po z’ acaye’tè à comps d’ mantai !

C' est la k' on rvént binåjhes di scole,
la k' on tchipote et k' on tribole
tant d' pordjets ki sont pår trop beas
po-z acayter a côps d' mantea !


[i]C'est là qu'on rentre, content, de l'école / là qu'on chipotte et qu'on fait carilloner (dans sa tête) / tant de projets, qui sont beaucoup trop beaux / pour habiller gauchement a coups de manteaux (= pour pouvoir les réaliser)[i]

Nosse vîe maujon et ses aèsses
Nos ont paru enne vraie ritchesse.
Tot sannot bai, tot sannot bon,
Tot bin connu, carrè et rond.

On les r’vèt co, les vîes ustayes,
Ç qu’ astot pindu l’ long des mèrrayes,
Lisse des parots et les montants,
C’ qu’ astot fonrè dins les ridans.

Comme totes les crauyes do l’ vîe pavée,
Dju ronlind d’sus, djà tote tcherpée
Pa nons sabots, à c’monnant l’ train
Fait d’ quate tchèyîres qui s’ cutchoquint.

Les priéres dites, coutchès d’ bonne heure,
Nons oûyes cloyint du nons trich’neures.
La dairinne vue qui admoirmot,
Ç’astot l’ sommie, les plantes dzeus nos.

E v’nu l’ momint qu’ on l’ abandonne,
po nosse devoir, gn’ è l’ heure qui sonne.
Si lon rie d’ lèye, on dut dmèru
Jamais souv’nir n’ è disparu.

Dudins nons rêves, on la r’vèt l’ même,
Parints et lèye, c’ est zais qu’on z’ ême
I r’vènèt co nos abrité,
Nos console, nos assistè !

II

Si nosse maujon put tchandjè d’ maisse,
Dins la famille, qu’elle su vinde, taise !
Lu cî qu’ î rêve n’ è d’ querre do prix.
Su grand bonheur, c’est d’ èsse da li.

Il î r’vairè totes ses vacances,
Sa dame ossi, du prèfèrence
Et les èfnts vont s’ amuzè
A l’ chére amaujon d’ mon Calozet.

C’est au Sartai, da, qu’i s’ rutire !
Tot plait autour. L’hont bouès l’ attire,
I vèt Nauwin.ne, les tchamps pus lon
Et pus les thièrs, les près dins l’ fond.

On z’ è r’ nettiè la bonne fontainne,
Pa d’dins, pa d’ fû, pus rin qui trainne
Tint qu’on crawîe o vî pazai
Le femîre monte duzeu l’ tûtai.

Po in piardu, ma foè, l’ russiave
A s’ rucounnuche, z’ î fè l’ goulafe
Ca, dulez l’ bouès, tchance qu’il aurè
L’huche fin mêr laudje d’ frè-cabaret.

Lu four rucît tautes et raubosses ,
Po do lessai, la gate è brosses
Gn’ è peules et blosses po s’ ragostè,
Emponnes, frambauches qu’ on z’ è quenntè.

Si l’air choffèle frècheure à l’ vitte,
Qu do guerzai toque et ruspite,
C’est po qu’ on s’ tègne o coin do feu
Choûtant l’ hoûlatche des des bouès pa dzeu.

A l’ vie maujon, v’ ci, wai, qu’on r’trûve
Enne vîe longue pîrre pus chère qu’ enne nûve.
Bone du limite, tayée d’ enne clè,
Elle fait coirnée, là, o volè.

On z’ è deux comps do poin s’ la plantche.
Ça fait tant d’ bin quand on s’ rucandje !
Qu’à ses sapins, on d’vint boquion
C’ est po scottè do l’ raspe d’action !

Pus raure, pinse dju,Joseph va scrîre-
Porveu qu dj’ pleuche co l’ saver lîre !
C’ n’ est nin assè d’ ses tois romans.
Qu l’ Bon Dieu l’ aide, feume et èfants.

P.J.DOSIMONT septembre 1935[i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Mer 2 Sep - 5:15

Come diccionairî

I cmince pa mete tos les mots k' il eploye tos les djoûs, mins gn a toplin des calcaedjes di francès avou.

Li dierin rassonraedje avize aveur sitî fwait e 1948, so on calpin ås letes. Il est evoyî a Mr R. Ruttiens (?) a Biarin. L' adrovaedje dit çouci :

C'est lu premî d' aousse 1948, qu dju m' mets à rimpli vosse bai calpin des vîs mots d'Aurvaye seulmint. Voci des moès qu dj' les r'quirre et i niè tant qu dju rgrette d'è roviè po les inscrîre bin en onrde d'alphabet. Dju lais don place aux dairainnes lettes po z'y stiquè les ci q' ma boule est trop biesse po z'y fônrè tot.

Dja qu ça v' vache du les lîre avou l' tradûgeatche qu dj' fais d' mè mî.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Jeu 6 Oct - 3:26

Al coine do feu.
Do bon vî timps, du vla d’ pus cent années,
on put l’ ramette et s’ è co r’fè l’idée.
Les racontatches onrnés du bais vîs mots
sins z’èsse sucrits, pa des vîs su djèt co.
On sét qu’adon, on n’ lîjot pon d’ gazète
inque, moton deux, qui plint r’cire enne râre lette.
Lu messadjîe, qui siarvot in canton
intrant mon tél « Poquoè ? », su’dmandot-on ?
L’ poquoè asteure, s’tchûlrot bin po l’ contraire,
moncai d’ papîs covert totes les armaires.
Mais du ç’ qu’on lit, on n’ è rtint nin mitan.
Ca v’ passe comme les poussîres au diale-vollant !
Au vingtime siéque, c’est ainsi qu’on s’ distingue !
Les grands maux d’guerre, lu tchomatche, plèt non convainque
qu’à l’apparence, lu monde nu va nin roit
et qu’ c’est loign’rie du s’ mètte dins tant d’ arroi.
Nons vîs choûtards rutnint, zais, totes complaintes
tchantées aux foires, sins musique à z’apprinde,
Crimes qui s’ fèjint, dandjreu tos pas lauvau
I les savint djà punis s’l’échafaud !
Est-ce bon d’ connuche bramint des ontes novelles ?
Lu cholèra, les ploques, fîves lentes et gale,
il arivint aux mènadjes vite assè
Et pa l’ guignon,comme nos, l’astint mann’cè
La TSF, tèlèphone, tèlègraphe
Po nons orayes trop curieuses, on les chave
comme la ressine qui s’ réze po mette dins l’ pot,
Et nos, gormands,du d’ ça, on z’ avalle tot !
Zais, qui passint mointes assanne des longues chiches
on z’advine bin qu’ i n’ cauzint nin dol crîche.
S’i bavardint d’ leus ponnes et d’ leus tourmints,
i savint prinde leur coradje à deux moins
et vnint sins manque à ç’ qui poite à l’ risée.
Les farces qu’ on fjot, ènne tchulaude rabizée,
co bin binauje du ruvnu s’ ragritchè
avu l’ der poin et des truques supotchées.
Vnint co des flauwes, qu’on mente à dire « légentes »
qu’nons grand-méres racontint si plaijantes
A nos éfants, sovint assis s’ leus gnoz .
Dj’è fjins do cas, comme la tchitche qu’on hagnot
I s’acmulot assè bin dol dierie,
s’in tot ptit sclande poirtot à l’ djawirie!
Qu’on n’ rovieuche nin qu’on s’ tènot bin l’ btech clont
dvant la nature ! S’ les thés, rprinde à propon !
Ca s’on s’magtie du tot ç’ qu’i gn’ è à dire
d’avau les tchamps, les prés, bouès et brouyîres
naturelmint et et djustumint, s’fèjint
des rmarques, des spots qui, pa tot l’monde , su djint.
Qu n’ plantchent r’oyu, nos ontes, ces fins paurlatches !
L’astot djoli et bon, nosse vî langadje
comme aux cortis, quand on z’ è bin sauclè,
çu qu’ è dmèru, c’est dul tot rucalè.

P’chîte .

A mon l’ grand Ponl, tot djondant nost’ èglîche,
àl grosse maujon avu des vantions griches,
ç’astot bin vrai qu’ î moussot in noir tchèt.
s’mettot dlez l’asse, fé l’ rond dos et s’ lètchè ?
Ponl lî cauzot comme à s’ tchin, en douceure
La biasse allot frottè sa s’crine sins peure
à s’ pantalon à ronronnant, parèt-i.
mais s’auvot si on pètot por li ! (pour un tel,disait-on, effet du pain de seigle)
Il astot voye, tot comme i vnot d’ parète
Les uches bin clons, s’ sutiquot comme enne tchète.
Ça sannot drole ! Ponl su coutchot l’ dairin
et les ôntes djins nu s’ aperçuvint d’ rin !
« Bin sûr qu’ in tchèt parèy è l’ dialle à l’ panse ! »
s’dijit l’homme, mais sins co mette à l’ transe
sa parintée, du sogne des ragadleus.
Por zais, l’tchèton srot si gros qu’in vi leu !
« I faut qu’ dju l’ saye, qui s’ dit ainsi dol nute,
çu démon-là est rûzè ; c’est-enne brute.
M’ darrè aux ouyes, à s’frottant djondant m’ brès
et pas ses griffes, mu n’âme, il’agritchrè.
L’ême lu curton comme i s’ trûve, crau û maigue ;
à n’n î offrant,l’ prindrè mîe qu’ du vinaigue
Attindez d’moin, vos gninwrez tot vosse son
L’tchèt n’ manquit nin d’arrivè du ‘ pa s’ tron ;
Ponl, tot gaye, lî contot fariboles
qu l’onte choûtot sins d’mèfiance, dialle è volle !
Su d’vant dressè et lu drîe ascropu,
ronlant sa cawe d’ré qu’ Ponl nu djauzot pus !
« Sésse bin, dit l’homme, dj’vons fé la fricassée ;
t’aurè la paurt qu’on denne à djin pressée
Tu n’ vins qu’ à rouffe, mais t’ es todis djinti,
sins clitchtè l’huche, sins gniwè, vos t’ruci. »
I ponse sa paile duzeu l’ feu, s’ la potîre
et taye deux trintches d’in jambon,prèmî tîre.
Pa la tchaleure d’enne flamme du pélozais,
fricots spitint dol bonne crache autou d’ zais ;
Ponl les rtournot, les c’ trawot à l’ fortchette
et l’ tchè gaidot si les ûs astint prètes.
« Nu t’inquiètes nin, dit l’homme ; sont o tchèna
dins la potale, la vraie place do pona » !
Il è tirre quate, les lèye al coine dol taule
po c’cheure la paile avu l’ précieu hodaule.
Quand i spite vôye, c’est dul bin vite tirè
Ponl lu sét bin, comme lu tchèt qu’ est tot près
I la duspind , mais la vûde tot si vite
su la maquette du s’ dialle … ça è fait : Pchîte !
Cruèle affère !Dandjreu qu l’ malèreu
aurè ramm’chiè, s’ sintant co pî qu’ à s’ feu ?
Ponl, ni nolu, n’ l’è veu courru voye !
Lu bonrai, après,n’ ravizot q’mau qu’on loye.
Deux djoûs dèrant, i t’nit l’ ouy aux vèjins
Dû qu’on n’ sonrte nin. L’ è stî vèy cè qu’ i fjint.
Il est sbarè. La feume, o fond dol tchamme
î djèmichot, nin du tout pou ses djammes,
Mais po s’ visadje, rafachè pa t’tavau.
l’ nez passot oûte tot si rodje qu’on pavau.
N’ vèant pus rin et coyant esse su n’homme
qui vnot d’intrè, suppliot qu’ on l’assomme !
Mais Ponl su r’tire, c’est l’ tchèt qu’il avot rveu
Et, sins pus d’ preuve, nul coiyit nin to seu !

Metteus d’aiwe.


Amon Maquet, i s’ djouwot des ontes farces,
inte la dicauce d’octombe et oute de mars.
L’tèt dol maujon su l’ aclont vnot buquè
et, d’ plain pîd, on montot s’abusquè.
Bine-entendu, ç’astot todis dol chiche
tint qu’i gn’introt, mais pas l’huche, nûf û diche.
Lu pont du Mont Goffot, ses bies djondant,
mointes djonnes, po l’aiwe, fjint la coinsse d’esse paurtants.
Ç’astot bin d’ pus par raponrt aux comméres
qu’astint, zèles sept, au pus foites comme leu mére !,
V’ci Colas Djan, durie li, l’ grand Ponlet,
les deux chinards, on va co bin chachlè !
I nn’ ont aturlupinè dju n’ sés quante,
à vnu ç’con-ci et c’est à zais qu’on d’mande
du fé in signe po qu l’ resse soye prévnu
I dvèt, don, zais, maugré tot s’ fé bin vnu.
C’est bon ; ça va ! La mére fèjot les auffes
et enne des fèyes, tourmintée qu’on n’ su sauve,
les poirtot drîe, après q’ les deux gâtès
ça, comme du djusse, s’a avint ragostè .
Çu n’est qu’ adon, d’allieure,qu’è stî fait l’signe
à tos les ontes intrant rire aux aguignes.
I vnint à tour prinde leu paure et dmèrint,
mais po l’ londmoin, pupon d’auffes, les vaurins !
Lu sorlondmoin, i vnint d’ lachè enne vatche,
la fé sonrtu et la cactchè dins l’ viadje
U bin l’equnéye chofflate, qu’on n’ trovot pus
et on s’ plaindot qu’ les bréches astint dju !
Quand l’ bouès rperdot, on stoppot la tchminée
et ça femot, maugré z’èsse ramonée !
La bonre, sins taudje,les fjot sonrtu tortos.
Po s’ fé bin vnu, sus l’ tèt, l’î aurint stî tos !
Ça c’est co rin, mais voci qu’est pus drole
C‘est po v’ mostrè qu’i djouwint bin leu rôle.

Blanc mantai.

A mointes maujons,s’vèyot l’ tèt pîtriyè.
Tant qu’astint bas !Tant d’ fons à n’nin s’ fiyè !
Sos l’ timps des nîves, v’aurîz dit des orquates.
Lu dzos s’ bosslot, amîdrant pinte pus plate.
Mais, co, quand même, le tèt fejot s’hottai
cresse à deux pans, covrue d’in blanc mantai
Awai, in tchaur qui monte sus la sopinte
sus ses quate roues, va djoquè s’ les deux pintes !
Gn’è quante passées d’vè l’ tûtaî qui boute là ?
« Dj’î vons taper des stoyais comme des plats »
Vola ç’ qu’i djint. Adon, n’avint pon d’ misse.
Dins la maujon, on s’ fiyot à Batisse !
S’dijant tot seu. La nîve choyot pourtant ?
« Nonnè, sont voye , dju v’ dis ».fait co l’ covrant.

Faits d’arsouyes.

Pus lon, in vai dranè arrive aux sennes.
Inque qu’ est là, dit : »Perdez bin tot ç’ qu’on v’ denne
Po do potadje, pinse dju,c’est do tchoisi,
ç’ n’est nin do ci po les carrires du Lorcy.
Mais, al maujon, on n’ l’estimot nin tél
parèy monçai qui vnot d’ temè do Ciél !
Lu pére fixot les chigneus, mwais sur zais,
Qui s’ ratnint d’ rire, movtint djà do pèzai !
»Lu Procureur du Roi è duvrè prinde ! »
Leu z’î dit l’ pére. On plot nu l’ nin comprinde
et pus l’ vaurin, voci comme i respond :
« Si çti-là prind, c’est qu’il sét qu’il est bon,
Eh bin d’ abonrd, pèsèz m’a in quartie,
dennez m’ do dvant et vlî haudrez lu drîe ; »
Des faits d’arsouyes, comme on djot, ça ri d’ tot !
C’est qu’ les crapontes djint l’ placébon tissot !
Po nu l’ nin esse, ces-ci allint onte paure
d’pinde enne androuye catchée inte laurd et tchaurre
û enne vèchie qu l’ touweu è choufflè
A les perdant, i fallot co chachlè
vos, maurgougneuse, affèchée tote la smainne
Vos vlîz v’ mariè et n,’nin z’èsse la dairainne
Comme vos djîz « mointes djoûs qu’ on n’ l’ è nin veu »
Rumostère-là, l’èmadje al coine do feu.

P.J.DOSIMONT Juillet 1934






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Jeu 6 Oct - 3:28

Dlez la tchminée.

Des vies cassines, dol dère vies sopoirtée
pa nons vîs parints, nos vint des bonnes pinsées.
Dudins enne hute, onz est mie bin sovint
qu’in grand seigneur dins s’ tchestai, s’i n’ fait rin.
In coirp gâtè pa totes sonrtes du douceurs
est vite foutu et souffère du langueures.
Lu cî qui foisse est bin pus asguerri !
C’est l’ fét dol santé. Tos les maus querris
comme ça, pa l’ovradje, moussèt bons o coirp
Avu les crosses. Voci co enne histoire :

N’est bai qui n’ cosse.
Duvant l’ Noyé, enne donzelle du Brusselles,
en falbalas, bottines à fines sumelles
arrive ainsi dîre bondjou aux parints
qui, po ç’ djoû-là, nu s’y attindint nin !
Marie-Djonsève avot fait sa leschive
deux jours duvant.Lu souadje à timp d’ nîve
Et pa l’brouyard n’allot nin tot courant.
Tchumîches et draps pindint an’ atindant
Dussus des coides ,acombrant la cujène
On flitchot dzos, ca n’ faut nin qu’on les d’brenne ;
Fallot pourtant s’ mètte à fé des cougnus.
Dudins enne tauye, astint cassés tois ûs
Et, dins la mwai, blanque farène po la pausse
La mémoscaude, lu safran dans enne lausse
qu’onz î mèttot saqwants sonrtes d’astiq’mints
qui vnèt à pon mointes conps qu’on n’ pins’rot nin !
Lu djoû qu’on cût, on dut aprètè l’ for.
C’est o corti, Marie-Djonsève î vorre.
Dudins la rmîse, elle grippe quauzu dzos l’tèt
Pa enne vie chaule po prinde fawée du bouès.
Elle tape des chines lauvau, sétches coume du l’och
O dzos, loye haume du strin et des fines coches,
lz’ aguintche o for, partout, gn’ aurè do feu
I rindrè blanc drie et d’vant, dzos et dzeu »-
« Dj’ai co l’ timp d’allemè, »su dit-elle
Pus elle rubize, à s’ sondjant sins canelle !

Dins l’assonre.

La dame n’aurot seu arivè pus mau !
Put-on intrè duzos des draps à tchfau ?
I gn’ è nolu ? Duvant l’huche, elle russonrte
comme la vie tante ruvnot dudins s’ dèsonrdre
« Maria Dei, dist-elle quî ç’ qu’ dj’vès là ?
Vos m’a foutez yinke, ma fîe, d’embarras !
Po v’ rabrèssè, dju sus dustchauvernée.
Djus sus tote niche et vos qu’est si lustrée !
Oh ! ça n’ fait rin, ma tante, dju vins vz’ aidè
dju srans nos deux poz apprètè l’ Noyé,
dit la craponte. Elle duvot z esse djintiye
et s’comperdot les assonres, les chandies
« Intrez, intrez pa drîe mi, comme vos plez !
dit la vie tante pus vos v’ dusmoussrez
ca vos srîz vite tot si mau acoutrée
qu mi voci, tote enne grande sinte djournée
Dj’ ai tant à fè ! La pausse et pus rnèttiè
rtchandjè les lits, fé la sogne et r’cherrè
Dj’boirans l’ cafè quand v’s’rez prète, tot à l’heure.
Do conp, l’pus gros srè fait ca, po asteure
vos vèyez qu’enne arroi si dju rmettans,
et sul timp d’ ça, vosse rupas, djul sognrans

Tot va blinquè.
Comme dit fut fait ainsi pa les deux feumes
Et la pus djonne, ma foè, pèlot des peumes
et s’ les mettot au mitan des moèrnons
Po des raubosses, des tautes à boirds tot ronds !
Si bin qu’ à nonne, la vie tante rassurée
n’avot pus d’ quoè d’èsse si astchafernée !
« Choutes-bin, distèle, dju vas frotè l’ merai
Avu dol mine de plomb ; i srè si bai !
Et toè, tu va t’ mellè do fièr du mer.
R’fé r’blinquè tot ça pal sauvion c’qui s’ ruchèrre
Prinds la choflate, l’ecqunaye et co l’ traifeu
On n’frotte jmais çu qu’est lètchè pal feu :
Ainsi l’ crama, l’coqmare et la potîre,
la taque drie l’ feu qu’è l’imaudje da Sint Pirre
Mais la cramiette, la grawie, ponce avau
Mi, dju frai rlûre les visadjes des tchminaus
Après l’djîvau, d’apougnrans l’mènadjîe
Assiettes du stain, les fortchettes, les ceujies
lu Bon Dieu d’ cuive et les deus grands tchandlets
Co la bassine. Losse et chomrette, lave-les.
Po les cotais, gn’ è les cis da Batisse
Inque po touè l’crachoû, l’onte qu’onz apice
Pace qu les sinnes, i compèt todi bin.
L’ci do ridan et lz’ontes, c’est des cherbins
Dju vôros bin, ma fîe, qu dol vesprée
tu raplissros, pol mantai dul tchuminée
la cotonette à grosses fleures et c’ srè tot.
Lu resse ça s’ frè pus taurd, pa tortos
Les hommes ruvnus, dju srans comme des seigneurs.
la pavée nette, do strin su les passeures
Duvant matine, dju nous irans rtchauffè
o feu dol tchamme, à bevant nosse cafè
Oh bin, ma tante,i faurè q’ vos rudjijes
totes les maniques qui dvat tant rlure dol chîche
Vos dnez des noms qui provnèt do latin
û bin do greque, qu’à Brusselles on n’ sét nin !
ruspond Ang’line, qu’astot assez matine.
La mére, là drie, apperdot sa gamine,
li racontot ç’qu’à Aurvaye elle fejot,
Mais d’ponye sa moirt, pus nolu n’ è dvizot.
La bonne vie tante su rafiot tant du la r’vèy !
Et aujourdu, la feye, à ses conseils,
su mostère bin, tot l’ monde è srè contint
C’est si bai, dins l’acomptatche des parints !

Des hommes binaujes à rintrant.

Lu vî Batisse vènot d’ rintrer pus vite
Do boè do Borque. I rabressot la ptite,
mais bin conrcè du la vèy tant aichiè
à’ z’arivant. C’astot la mensgoirgnè.
« Taijèz-v’,monnonque, dju sus continne, dist’elle
qu’on n’ mi prind nin pou enne graiye dumoizelle.
Mu pére, vola, m’è bin lèyî ruvnu
ad’lez vosontes et m’ è dit : « Fais ç’qu t’pus !
Apprinds dlez zais cè qu’ tu n’ vès nin en ville
ça t’ frè do bin : in djour t’è vaurè mille
si tu choutes bin et si tu t’ n’ agrinsse nin …
N’oyez nin peure de m’ lè passè s’ do strin
Ah ! sacrédoupe, disti Batisse, coradje !
Dabond, nosse mére t’è donrè, va d’l’ovradje !
Sayes du la fé, pusqu’on n’ sait s’ porminé
À moins qu d’ mètte des bons gros fins solès ;
Enfin, dj’vairans, dju rcausrans d’ ça dol chîche
duvant d’allè comme tortos à l’ègliche
Dju n’ sés nin bin c’qu t’vairè d’bai voci,
mais i gn’ è c’ci, tu pus prinde sins merci. »
Les deus djonnes hommes russont là dvant quate heures
Et sont sblauwis du vèye si belle demeure.
I pinsint bin qu’ leu mére les ratindrot
po fé assanne lu rnetiyatche, zais, l’ pus gros ;
Ah Ah !, distèle la mére, c’est vosse cousine
qu’ est ruvnue ! Accourez do conp, Ang’line,vos rabrèssè
D’j’ai enne bwaisalle dlez mi,
S’elle demeurot, çu srot ponrot-vali !
Asteure, vos ontes, montez à l’ tchuminée
Quèrre enne bonne patte, t’autou bin affemée
Lèyèz nos fé. Allez o staule, sognè
tchfaus, vatches, motons, les porcais qui reutèt

On s’ ranaire et on mostère.

Deus heures après, djondant la ronde sutûve
Tote rulujante, si aujîte, lu dvant s’ druve
La grosse soquate du Noyé mousse o tron
et nosse ménadje su trouvot là, en rond.
Les près vèjins et mointes dol parintée
po bien fiastè la dmoizelle arrivée
s’avint prèssè po vnu vèy et chijnè,
Pus, comme du djusse,çu djour-là, y sopè.
La vie honrlodje toquot pa s’ balancie,
la caisse, ovradje d’in prumi mènujî.
La garde-ronbe à fidjes du cuive poli,
Dins la parot, l’racloyatche d’in bon lit
In grand fauteu, ronde taule et des chèyères
aits en bon bouès d’ quaurtie nin lèdjîre
Lu dvant do lit fignolè bel et bin,
La cortepointe, drie des ridaus tot fins,
Deux bonnes payausses avu dol paye d’avonne,
ça montot haut et valot bin les ponnes
d’y mette la sponte po z’y dmèru coutchè
Inte les rèches draps, z’y doirmu fwart catchè.

Marie Jonsève mostrot à sa neveuse.

çu qu’elle avot, ç’astot ène supaurgneuse
In tas d’ linçus, des moussures, des lign’rais
Tiquettes, conrnettes, drovu l’coffe et l’ clonzai
« Si dju v’ dijos, voci, gn’è Tèche Ansèle
qui fie la lainne et s’ fait même des dintèles
Vos l’irez vèy tournè su s’ grand molin .
Quand elle asnonde, elle fait rire les gamins
Et o cerceau, c’est s’t’enne fine duscramieuse
Pa les ptites chesses ossi, c’est ènne ovreuse
Ponl Nicolas est todi bon tècheu,
Lu lin et l’tchanve passèt pa to ses djeus

Al tchamme du d’vant, vos la veyez pus ptite ,
Ca, l’long tchapeau, l’escalier dlez la vite
Rastoitichèt l’espauce. rin qu’ à c’place-là.
L’plantchie pa dzeu,gn’è qu’do djoû qu’ on z î va
Dist-elle la tante ; onz y vèt la traveure
Onz y met l’ grain battu. N’oyez nin peure
si vz oyez l’tchèt sontè su enne sèris
et s’djoue avu, on ponrot z’èsse surpris
Vos srez si bin, tote a leure vos, Angèline
al petite chamme, dudins l’ lit qu’on bassine
Rie des laids bruts, on rêve o ptit Jésus
A nosse maujon, por vos, on fait ç’qu’on put
mais n’ rovians nin la potée ; elle dut cûre
Allans dlez l’ feu dol cujène, po z’èsse sûres
Les hommes auront dol djotte et do djambon
Avu do l’ bîre, ça l’z î sannrè mo bon !

Gn’ aurè des sèrrès .

Après l’ sopè, les djonnes djins, co pus vite
Vlèt l’amuzemint. On dut lachè la bride,
surtout ç’djoû-là. On ponse des advinas
Totes les mwaiches rusponses ont in gadje dins l’ tchèna.
Après, i vnot la fine cresse allemée
On s’ la passot à tour à fin d’ derée.
« Vlez la stoye do biardjie ?” qu’on s’ dijot
„Est-elle vive? dit-i l’onte, Vivette qu’ on rperdot
Gadjè, l’ coron d’enne coche o dustingatche
tos bês ptits djeus qu’amonnint do cramiatche
Le tot, al fin, allot z’esse bin jujè
Et tos les gadjes droldumint condamnès

Le juje sonrtot su mètte dlez la tchminée.

Al maujon, tout seu, la bande rassêrée
i tape les ouyes dins les crauyes do merai
oyant sourdé la musique des tchantrais
s’assit s’ in chame po rarivè les bréches
do feu à l’asse. Dins l’coin, l’fagot duscréche
Mais il è dmeure assè po fé sonrti
ènne bonne flammée qui l’ tairè rachandi.

Awai ! qu’àl tchamme, onz onz des houppellries !
C’est po les gadjes dins l’ chèna qu’on spèpie !
« D’à qui est-ce çuti-ci ? », crie-t-on adon.
A fait ainsi, lu juje denne punition :
Prèmî gadje : mettez l’ coutchî sus s’vinte,
i l’y dmeurrè por mî l’allè apprinde.
Pol çi d’après :L’deuzime su va tuquè.
Ou mèr, à djant :Dju m’ tuque Dène in sukè !
A l’onte :Hardi, loyez-lî bin les ouyes
Dju t’lî frai sinte taleure comme on s’ dusbrouye.
Et co : C’ti la, on l’ va raclonre o coin
et duvrè prinde dol malice dussus s’ poin »

La djonne commére nu plot mau d’èsse prîche.

Onz est poli, voci,sins qu’on nu l’ dèche
Aux advinas ruspondint ses cousins
Et al lumerotte, le feu allot bon train

Nu dmandez nin si l’ juje savot s’y prinde.

Quand i rintrot, gn’avot qui dvint l’ crainde :
Des maus-appris, des dègnreus, des tiastus
et in géneu, c’tila, po n’ pus ruvnu
Todis est-i qu’i gn’avot des belles farces,
Des bais djeus d’ mots, sovint des rcours en grâce
Lu vî homme, foirt malin, les duscramiyot
moton qu’ asteure, in parèy nos aurot ?
Dju n’ srins nin fièr d’ésse en si mwaiche posteure
et comme adon gn’aurot d’ quoè z’avèr peure
du l’oyu dîre : Dû mettez vost’ esprit ?
Est-i si ptit qu’ i s’ pièrd sul timps qu’on rit ?
Ct’ homme-là, vèyez, tchandjot les caractaires,
I v’ les djondot, lz’aperdot d’in bel air

Noujates et complimints.

L’djeu achèvé foirt bin pas nons amis,
Marie-Djonzève fait tot ç’ qu’elle è promis
Siarvu l’ cafè in to pôn dvant matine
Et z’apoirtè des noujates à l’ crètine
Haurdè les djayes pol l’londmoin do Noyé
Quand les djonnes hommes vanront hononrifiè
La belle commére bin conue du tot l’ viadje
Pa ses maniéres, sins fièrè pal visadje

Lèye dlez sa tante et à mon ses parints.

s’aurè mèttu o niveau d’ totes les djins.
Elle aurè aurè veu lu visadje du l’Ardenne.
Elle s’aurè plait dlez la tchminée aux sennes.
Elle aurè dit : Voci, gn’ è pon d’ salon
mais l’ coeur des djins, simplumint, dumeure bon
C’n’est nin tortos qu’on dl’ onr o fond dol bousse
Si in tchèri s’covèrt à l’ sutahousse
Mointes petites djins ont leu tèt nin pus spès
Mais les afants crèchèt po rustopè »
A su rtrovant à Brusselles dulez s’ pére,
Elle s’ è rsouvnu du l’amour du sa mére.

P.J. DOSIMONT Mars 1932



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Jeu 6 Oct - 3:30

Tos les mesties dumandèt d’l’a dresse
Po l’aquerri, c’est primo pa les moins
Qui è do cœur à l’ovradje est ritchesse,
Stindue pus laudje qu’esse à l’abri dol foim .
S’on rascontère totes sonrtes du caractaires
Comme vos savez, waraches, sope au lessai
Des berdelleus, des mann’ceus, tiasses à l’air
C’est dol patiyince à z’awè avu zais.

Dju saurai qwè.

Voci Djacque Djauque. I vint d’ fini enne gate
o ptit cinsi. C’astot ènne po soyè
La fallot basse, ça n’ dépand don qu’des pates
Quand la vint querre, tot douc’mint dit l’ cayè
« Nu t’ sanne-t-i nin qu’elle est in pon trop honte
po m’asployè s’ la solliate, à soyant ?
Sucotes lu dzos, ci-lale è vaut enne ôte. »

Trop honte, trop honte, ? dit Djacques à s’ racrestant.
I quirre l’ostèye vindjresse. I happe la hèpe.
S’ coyant fautif, i broye tout l’asploya !
« Tins, wai, disti, foutans-la dins les scrèpes
Dj’è fré enne onte avu des grands bauyas. »
Ca lî arive pus sovint qu c’ n’est fiasse
Il est connu wargnasse pas les gamins
Sul duvant d’uche, i spotche tot c’qu’il ont d’ glace.
A Saint Michel, on l’ houtchot to sovint
Po tcherpètè. In con, po des sommies,
tot aprètés, la longueure n’allot pus
Il avot s’rîle, mais à s’clin d’ouy, i s’ fie
C’est co fin mwais qu’ i ruscote, sacmoulu !
In pouce, deus pouces, po scire : Sont trop courts !
Cu tchinn’tache-là, dandjreu qu’ ça l’ ruminot
Deu conte li-même, totes ses djins tour à tour
Duvint passè pa l’ humeur qu’il avot.
Pol contintè même dudins ses mousseures,
L’avot des tchausses tricotées sins talon
et, pol sauro, n’fallot pon d’ raloyeures
Ca in fernoeud serrot tote la maujon!
« Comme s’on z aurot l’ timp d’ firlinguè, nos ontes ! »
Dit Jacque pressè dè n’n’alè tt’au matin.
Auque lu grawyot, i fallot qu’il è sonrte,
Mais il est fiér, i n’ dumande jamais rin
I quirre du vèy comint s’ î prind Pirre Ansèle
Qu’est si catchère qu’on n’ sét connuche ses screts !
I saurè qwè, si l’ tron de parot rèvèle
Cumint ç’ qui Pirre sét si bin s’ è tirè.

Co in drole d’homme.

Pirre astot bin si spitant pol travaye
I valot Djaque et en plus, pus bonrai
N’avot-i nin in con volu fé enne saye,
A fjant l’ cafè po chondè ses derais ?
Bouff. I stiquit sa moin dins l’aiwe bollante !
Vous ponriz coire cut’houme-là ponf d’esprit ?
I n’ tchanwiyot nin. Sa pai astot coriante!
Li s’ coridjot ainsi d’ s’aver mau pris !

Enne onte des cons, c’est à propon d’ mougnerie.

Tchaque ! Fû d’ sa moin, deus ûs vènèt d’ temè !
« Crénom, disti , dju m’ fé sontè l’ cayî
Si dj’ è spîe co ! – Al place de les hemè !
Passans la dsus. Ravizans sa botique !
Totes ses ostèyes sont bonnes ; elles vont si boin !
Tot est en onrde. Là, on vèt comme on vique
Dins sa dialerie, moton q’ vos, ça v’surprind ?
Mais, c’est ç’qu’i faut. I n’ vut pon d’ mwaiches ustayes,
ni pont d’ miche-mache ; i vairè c’ qu’est happè !
Qui gangne le pus ? L’ovrî û vos, sabaye ?
Oyez c’ qu’ on dit ? « C’est plaiji dl’ occupè,
Clame enne pratique ; ça va tot c’ qu’ il apougne ».
N’est-ce nin dire tot ? Ah !, vos l’ vèyez, seulmint ?
Choûtez ç’ti-ci : L’ovradje file avu s’ pougne ! »

Al boutique.

Intrez, causez, vos vairez s’fonrnimint :
L’ban et l’serdjant, la soye et la rfindresse,
Là, lu tchfau d‘bouès su deus pattes, des coutais,
mais à deus moins, la varlope, la djondresse,
Enn hatchette, deux hatches, in coude à lattrai.
-Dj’ans roviè d’ dire pol ban, il è enne visse,
ènne grosse en bouès. Pindues à des gros claus
c’est les soliates.In djeu d’ bovets, bin lisses
Deux-trois rabots.S’ la plantche,i gn’è l’ nîvau
Aurai-taye-boès, des braquets, enne chorreuse
Des gobes carrées et rondes, djaumes et compas,
Deus sonrtes d’équairres, mouchette, enne tchaboteuse,
Ciseaux, bèdanes. Dins des ridans, pus bas,
C’est des torbies, des crampons et des clitches,
Totes pètites chonses qui sont dlez l’ vilbrequin,
mintonets, pontes, pintères,gonds et des fitches.
Po des tèréres, on vèt qu’i n’ n’è bramint,
Tortos à losse et sont montés d’bons mantches
La hèpe et la bizawe dusus l’ bloquai
En plus du ça, i gn’ è co dz’ontes à r’candje.
Po z’è n’naler, z ‘è prustè s’on lî plait
Ponves vîes ostèyes qu’on stî totes caressies
qu’ont tant sièrvu po fé les vîes maujons !
Ponfs vîs ovrîs, les moins totes raboqu’nées
A compant l’boès et fjant ders rifouyons !

D’û est-c’ fonrée ?

Pirre astot là. Djaque trovot enne bawète.
l’armaire à fé, les montants bin dressès
I vnot d’ marquè s’les corons avu s’ mète
les hottes qu’i dvot trawè,c’qu’i dvot rsoyè.
Ah ! bin tant pire, i n’ trûve pus sa soliate !
La tote pètite mèttue là l’pus sovint.
« Elle est voci, dju n’ lais rin à l’ascate,
Mais si dj’ la rtrûve, disti, dj’ lî casse ses dints ! »
I mousse o staule et pus, intère à l’ grègne
vèy su quéqfîe, inque l’aurot poirté là ?
Djaque è sonrtot bin vite duvant qu’ i n’ vègne.
Mais i l’ascôd et lî dmande : « Dû c’ qu t’vas ? »
« Dju vnos dlez toè, dit Djaque, gn’ è rin d’ si simpe,
Mais t’è mann’cé m’muzai, voci, à m’ nez
Quoè vlos c’, crie Pîrre, à vant al grègne, si timpe ?
Dju gadjros bin dire v rai, m’espîonnè ?
Al place d’intrè bin franc dins ma boutique ! »
Vola Djaque vôye. Lu scret, i n’ l’ è sèpu.
Çà l’ fêt co mwais du n’ pon trovu du r’plique.
I rit, li, Pîrre ça lî rmet tot l’ cabu.
Et la solliate nu n’ nèchapé d’enne belle
Quand i la rvèt acrotchie drîe l’ ban.

Vos z’è ci d’ l’ovradje .

Lu tcherpettîe, si grigneu et si fèle,
du tanawète, est paujûle à causant
A mointes qu’ i vnèt po lî dmandè consèy :
« Faut-i rfé û ça ? Vos l’ dîrîz bin ?
Gn’è l’huche qui traine, nu ponrez nin vnu vèy ?
La parot teme. Al vite di drîe, on vint
Bauquè, choûtè aux crauyes quand c’est dol chîche ;
I s’rint baubieus s’on pindot in vantion
La stamonée, faut qu’ vos l’asguerrichiche,
Ca i gn’ è l’ bû que è rauyè l’ gros crampon.
L’volé do dzos, i lî manque djà des bautches
La plave intère pâ les lisses dol parot.
Dj’avans l’ covreu et nosse tèt est au laudje ;
I rfaut enne vienne, ca l’onte flitche pâr du trop
Dj’ans nons couchès, dijans-les comme à l’huche
Lu staule est mitan dju, d’èsse cufougn’tè
Cumint vôrîz ? Du pav’mint, i gn’ è puche ?
Va bin por zais qu’ i s’ rascrampotèt !
Faurot vnu r’mette enne penne à nosse tchèratte
Rabistoquè on pôn mî nosse bègnon.
Gn è la berwete. La lûvriz-bin sins pate ?
Dj’ans co ènne chaule à z’î mètte, des bayons.
Dj’avans des poites qu’ on drûve tote la djournée,
Les trons des gonds alaurdjis, ça n’ va pus !
Caisse à lazpins qu’est tote désawirée,
Foisse du stiquè çu qu’on lz’î va chaurpu.
Auque du pressant, c’est l’îpe ; on n sét la prinde !
Les dints sont djus, pourtant do bon tchènai !
Gn’ è nosse lîtraî, la réjale va tote finde
Et les chayons moussèt foû des trons,zais !
Dj’aurins enne tchamme rabringnée, sins aqseure
si la pavéye astot rfaite comme i faut.
Dj’avans des plantches à rmètte su les fonsseures
Wêtez de v’nu, mîe frèt-on, pus ça vaut !
Dairinne dumande, quoè gn’è-t-i don, à l’dresse ?
A moins qu’les plantches srint totes pourrîes pas dzos
Dj’î mètans l’ poin, mais i dvint comme enne pesse
Et l’homme mu blague que dj’ai l’poèzon, l’ tissot ! » !

On l’ print dû qu’ on l’trûve.

C’est auque, pari, tcherpettîe, mènujîe
et co tchaurlîe! I l’astint tot d’in con.
I fallot ça, po mîe gangnî leu vîe
à fjant do nû et à rbouchant les trons
Quand enne ovradje astot don décidée
Dins la maujon, on s’apprètot vit’mint :
L’homme, po do boès d’ matériau, à s’n’idée
La feume, traiti l’ovrî, aimablumint
Lu vî Forni, tins qu’on c’mince les priéres
Al nute, tortos assanne, faire taire Francoès
Ah ah, vormint, disti au nom du Pére,
Dj’ai veu in tchène o fin mitan do boès
D’après l’ tchaurlî, c’est ènne belle londje du tchaur
Dju l’ irans quérre. Asteure, v’ patern’rez bin !
Ç’astot plaijî, ça, d’pon allouè d’ caure !
Sins crainde nolu, happer l’ bai gros et l’fin
Lu boès à grand laudje poirtot qu’on l’ tchoischeuche
et n’ s’è pon fai qu’onz è pèrdot tortos .
On l’ permettot porveu qu’ on s’atindeuche
et n’nin c’cherrè, l’forestîe î waitot.
Aurèt-i veu à ravizant lu stoque
Si Nosse Forni avot trop bin tchoisi ?
Dju n’ aurans qwè ? Gn è dmeure ni stique, ni broque
du s’boès, ni d’ li, seul’mint ça è stî dit
pa des tcherties, à cauzant d’équipatches
Qu l’ vî prieû astot foirt bin monté
Est-ce sutî Jacque qu’aurè fêt ses ovradjes
Û bin est c’ Pirre ?O s’cret, n’ faut nin dmandè !

I nn’ ont passé, des dères.

Mais, dirè-t-on, s’il avint dz’aperdisses,
Ces ovrîs-là su catchint-i por zais ?
Comme çu l’est co, l’apurdatche, on l’ apice
et, dpus qu’asteure, i lz’î vnot des dèrais.
On put vèye fé bramint auque pa les maisses
et bin comprinde duvant du n’pus sayè
Les moins des djonnes du doze ans et co d’ seize,
Duvint s’crovu d’ clochates et s’ rufè
Todis à pus dères , todis à pus adoites.
Fallot do timps, su rchourbu mointes conps l’ sang
Dvant d’esse ovrîe et vite fé q’tot s’rapoite
A travayant dèr’mint des longues heures,
Allè s’coûtchî al nute, les mimbes piçant,
I n’ astint nin mascaudeux, da, ces-là !
L’ovradje bin faite procurot leu bonheur,
Tandis qu’ c’est s’ plainde du dire : c’est bon comme çà !
Ces vis hommes-là valint bin qu’on les r’waite :
Dijans l’ bin hont : ils ont bramint soufru.
I n’avint nin la machine qui nos aide,
Mais leu coradje, leu mèrite è paru
S’ dumonnint-i coume on put l’honr asteure?
Nenni, don, vos! Pon d’ si gaye qu l’ gros Jan
et servijoule ! I prustot d’si bon cœur !
Sa djamme du bouès li est vnu à travayant !
Po z’alè r’ fé les hayes à grosses supines
Bah, ça, c’est rin, pusqu’i s’ mèlot d’ tot fé !
I maçonnot, tcherpètot aux cassinnes.
Nosse vî Djaque Djauque, curieu, vnit al fin dlez :
Qoè va-t-on fé, Djan, disti, do bai frêne
Qu’ t’abats là ? « Des alumettes », dit l’ gros.
Les braves vîs hommes, C’aurè stî leu derrainne.
Djacques s’ è conrcè. Volla r’voye au ptit trot
Monnè la vîe et co r’dire alumettes ;
Mais nos, les djonnes , qui les ont veu s’brettè,
Dj’astans binaujes de polu les ramette
Et dd’ dire voci : « vos astèz co r’grèttès » !

P.J.DOSIMONT novembre 1932



Dernière édition par lucyin le Jeu 6 Oct - 3:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Jeu 6 Oct - 3:31

A l’aousse.

Al pointe do djoû, Djan, l’cinsi, s’apontère
Ca l’bon aousse rucompinse lu maurseu .
Tél’mint qu’i lance, i put dmèrer à père,
Mais ça l’ grawie du rabiè tot mérseu.
Gn’ è tant à fè.
L’air est so Smud, n’aurantchent nin dol frècheure ?
Tins qu’ les vaurlès plèt co doirmu in pon,
I s’ è assis, djammes drovues, s’ la verdeure,
In satch dzos-li ; i fait cru , à l’aclon !
Même su les spales, c’est sa blouse qu’il y tape.
Pus prind l’agleume loyîe avu l’ martai
pa in corion. Aux deux corons i chape

Po s’è siarvu, la lessire su dusfait.
Nosse Djan afonce l’aglume du tote sa ponte,
la fait pantchè ; ses djammes sont à nivau ;
La lame s’asploye,glisse douç’mint po s’fè prinde
A tos les comps qui r’dondèt s’qu’à lauvau !
Et sul tayant, lu court martai à pène
bouche à mèsere, l’wazon r’djiblant po ç’ci.
I creuse enne batte asplatie tot si tène
qu do papî, à l’ongue, elle ploye ossi.
Qu’i r’bat la fau, on l’ onz pa ttavau l’viadje.
Mointes qui l’ fèjèt, c’est cadencè les comps.
Matin, vesprée, lu timp s’ prète o r’dondatche,
Su les maujons rasgayichant lu r’pon.
Vons-t-i s’lèvè, fû do lit, zais, les ontes
d’oyu ç’brut-là, Saver qu’onz è prèssè.
S’i n’ l’aidèt nin, quand vlèt-i qu’il è sonrte ?
Gn ‘è asteure do r’moue-mènadje assè :
c’est les courries, lu bisteu et les pouyes
qui, à l’aireure, reutièt, boèrlèt, courrèt
po à mognè. Quî l’ premie ? On s’ î brouye.
Tortos assanne su duspêtchèt d’ cherbinè .

Dins les rantoyes.

L’ cinsi n’ bouche waire et rin q’ su la premîre.
Su les autes faus, tot taleure, o pazai,
Il achèvrè tint qu’i djeunront et rîre
Il avot fait dvant dol place pol tassai
Et duspîrsè enne grosse tchertée du oidje
trichnè o staule , lu pus gros, sét-on bin,
Mais dvu couru,querre enne viroule al foidje
Ainsi, tot seu, gn’ è d’ quoè chomtè bramint.
Sul bérondie, po mette lu oidje et l’ soye,
i monte tapè tos les vîs strins c’tayès
et vla s’ tchapai qui brustie les rantoiyes
même, foisse qu’i gn’è, i nn’è tot ravontîè
Mais i s’ cucheut à zoublant s’la tcherrée
Ca leu finesse s’accramie aux nipais ;
Tirant la pîce rie dol chalètte barrée
La fait glissè pad rie, à poussant d’ bai !
Ca est fait – baff et c’sonté pus d’enne biasse,
Mais gn’ è nolu qu’ è brontchè al maujon !

S’rawayront-i, sabaye ?

I r’berdouche co s’enne fau à enne onte place,
Mais du bisquatche q u’on prind po monstrijon,
La here lî monte , i tape ses batt’mints vôye,
i lait temer sa blouse po s’rutournè
et prinde la fotche dû c’ qu’l’ flaumin s’ asploye
la fau ponsée, comme s’il onrot tonnè
i court al cinse. I vut qu’ tot l’monde su lève
I djère, i crie : »Dusgraubouyez-v’ viv’mint,
Vos v’ ratoirtiez dins l’ linçeu, dialle l’enlève !
L’oudjouque do coq n’sét percè vosse sondj’mint.
I tchandje du mine quand sa feume Catherine
Ruplaque bonnemint : « Les tchfaus sont-i sognès ?
Tu lairè là les djins s’i faut qu t’vèrines
I sont si hodès et tu vins les rgougnè
Nost’ Alexis s’è co fait enne quernache
a rawijant. Rin qu’ ça l’è tot c’choyu
Les ontes doirmint sus pîd. S’i faut qu’ t’è vache,
trottes-î do coin.I s’ lèvè. Dj’l’ai vèyu.
Tos ces djous-ci,dins l’ dèr ovradje, on daube.
Fallot fautchè, rulvè et rintrè
Sus la traveure, avu toè, des mille djaubes.
Si t’ serre les dints, dialle possède, on t’ quittrè.
On va djènè.

L’ cinsi est toirt. Il è va sins rin dîre.
Quand l’est rmèttu, il est si bon qu l’ poin
Et leye non pus n’è waire lu timp d’ s’ assîre !
Elle vorre toute djoû, houtchée dins tos les coins .
Si enne maujon est bin atolijée,
on s’ î plairè al pus dèrs des saisons.
« Po s’ dondiné, i faut la terre ramèchnée »,
s’dit Catherine, elle è co mo raison. !
Prèssè û nin, voci, on djène, tot fère
dins des crameus, c’est d’seulant et r’tapant,
La bonne douce crème, al brîjée, ça midère
Lu poin du spaite qui s’ grimiotte al compant
Vaurlèts, bwaissales, èfants et maisses assanne
S’metèt à taule et s’ signè djintimint.
C’est p’prumî rpas ; lu ci d’après î r’sanne
On fait dijeure aux tchamps, àl quoète , o tchmin.
I vont bon train.

C’ djoû-là, l’ matin, l’cinsi dit à ses hommes :
« Fautchez l’avonne qu’est meute et presse lu pus
Vos plez nn’alé ; vos avez fêt bon somme
Dvant la marinde, duspêtchez-v’ à tchaurpu
Lu timp est bai ; c’est c’qu’i faut po d’ l’avonne
Po la rondè ène hutainne sul terrain.
Fèjez des battes comme la penchée vos monne
po rmètte les paumes asployies so les strins.
So c’ trèvin-là, dj’irai fé quéques tcherriatches
Aux djins qu’ont vnu ces djoûs-ci nos aidè »
Les hommes è vont. Do con, sont au riatche.
Tot leu plaiji, c’est d’ polu s’accoirdè.
Bons travayeus, du bin mostrè leus foisses
avu la fau, si l’tranchant mosse tot seu,
si aux framouches la lame nu s’ i apoise
s’o prumî comp, les paumes piardèt lu dzeu
po, qu’o deusime, elles soyinchent arranjées
et bin rmettues po aujî radressè.
I l’ î comptèt. I fjèt leus avancées
les djammes chaurrées et les brès rutrossès
tot racrestés et binaujes qu’on les vante
quand on les waite. « Ah ! les tapeus sont vnus
dist-i l’ passant. S’la compe n’est nin r’deulante,
lu grand boquèt va vite su rsinte à nu
Tot va si bin !. pon d’flachrie, pon d’acroque
Les rawijées les rmettèt inte les cons
Aux nouvalles battes, dlez l’ faumin, pus astoque,
i s’ ruchourbèt, s’ranairant in tot pon
I sont zais quate po fé leu ligne assanne
et leus movmints sont po tot mèzèrés ;
Ca fait : in – zim- Cumint dire à c’ qu’ i r’ssanne ?
Ah ! bin, sus l’houle, lu fièr sonne à comps d’ brès,
Mais l’dairin dit : « Si dj’perdins la gote frisse ?
Duzos la batte, dj’avans l’cruchon rempli
pa la cinseresse, qui n’ ême nin qu’on soye trisse.
C’est d’ duspleinni à s’ sarviant sovint d’li. »

Ouche, qui fait tchond !

Rènes, dins l’avonne, ne sont waire vèrineuses
totes abaublies do djoû qui leu sorvint
su fzèt cizlè leus bonnes fesses sontralleuses.
Poquoè s’ tirè ? Elles querrèt ça, vormint !
Bin pus vicants, da, zais, les coqs d’aousse ! ((cigales)
Pa leus grandes pattes, su les strins, rudjiblèt
tot à tchantant ! Dîrîz bin s’ leu frimousse
Qu’i s’ rupintront pus taurd d’avèr zoublè ?
Là-hont, l’ solai,à sonrtant d’in nouadje
forguine se feu et l’ lai temer tot doit.
Cu srot-i mî vèy passè enn’ oradje,
contrariè tot à plovant bonz et roit ?
Du peure d’esse frèche, vz îrîz v ‘ mètte à souée
dins enne crupète, nis assis, ni à gnoz.
Vos dmeurrîz sètche, avu la tchape nawée
et v’ sorîrîz si vosse feume vos grognot :
« Est-i possibe du dmeru tant à l’uche,
Pus, étonnée : Es-rulvè l’ wèyin ?

Des malines.

Avu l’solai et’ l’aird’pus qu’i n’ falluche,
tot bin souè, on z’apougne les loyins
et radressè, levè à marionnettes
des tchamps d’avonne aplaquée duvant-ci.
In pô pus taurd, tot ça irè à crète,
sovint l’ tchertie dot vorè lu ossi.
Et les comméres vont mannè dins les battes
po fé des djaubes al mèzere du leus brès,
dgrettè leus moins aux chèdrons, aux stiquates
po ramassè les fustus à pon près.
Su la pai rèche, nu s’vèt nin quéques piqueures.
Dins les grosses vonnes, le sang ritche et coulant
tchèsse tote fèblesse et i s’denne d’in bon cœur.
« Taises, va, les hommes êmèt mîe l’ roudge qu l’ blanc ?
« Pîlez, d’moizelles, avu vosse pai poncée,
vosse tinre frimousse qu’est fine bonne à chondè
sins z’èsse comme vos, aberlificotées,
voci, les feumes ont mîe po la santè.
Elles è movtè, ca l’fèjèt la causette,
s’racontèt tot : « L’amoureux m’ è promis
du m’ vènu vèy, quand çu n’ s’rot qu’ à coirnette
à cause dol mére qui pote et s’ è djèmi. »
Ployées à deux po bressè leus djavlées,
elles les rgougnèt po tnu lu strin levè
à s’assurant z’esse au mîe adulées
Quand l’ruchinèt, autrumint, i s’ sauvèt !
« Do wai, djèt-elles, elles djambièt, totes ces lalles
qui fjèt doudoûce, todis à ratindant
qu leus parints, comme zelles s’rint enne ahalle,
allinchent zais même martchotè leu perdant !

La bonne cinseresse.

La vespréye passe, la dinrée su dèblèye,
ca elles sont foites et solides sus leus reins.
S’elles sont r’lattées (fatiguées) et nin bin qu’ on z’ è lèye,
elles darrint co. Dins l’aireure, elles taudjrint,
Mais, aux coûtes chiches, i gn’ è dmeure do trich’natche,
aidè à tot, rulavè et chovu.
La bonne cinseresse hagnrè co dins s’ coradje
po qu’ la paix règne et l’ contint’mint avu.
« Waitez, dist’elle, voci, dju sus drannée
Dj’ ai tot à fé, tint qu’on z’è voye tortos,
mais dju frans l’ coq, du botayes et d’ dorées
Et vos tchantrez : »C’est co nos les mîes d’ tos » (voir ce titre aux chansons)

Des ontes allûres.

D’ponye cinquante ans, la vie n’est pus à r’mette
Dins les allûres, on cherbine ontrumint.
La wazon pousse, la fouye tranne todis vète,
l’air et la plave vont et v’nèt comme dins l’ timps.
Ça dmeure lu même et nosse vie est tchandjée !
L’djonne coit moton qu l’ vî homme tchipotot ?
Si les vîes spales astint pâr trop tcherdjées,
bon ! fallot fé po n’ pu avér mau l’dos,
Mais, do passè, i gn’ è do bon à rprinde.
S’ des agadlatches vont pus vite qu’enne vîe fau
et qu’on n’ mougne pus sins assiette sa marinde
çt’ ahess’mint-ci mostère des ontes dèfauts :
Les bonnes vîes lames, al pîrre et al’ sutritche,
avint ça d’bai, du bin pèlè l’ wazon,
Mais la fautcheuse drîe les tchfaux vos agritche
des accramiatches po voler s’ vosse cronzon !
Dins la poussîre du tote machine à batte,
Musique n’est pus : clipe – clape – baff do fléai
Si s’ fait qu’ainsi, on prind tot al copate
ç’astot pus bai d’ haurdè l’ ton d’ vîs sèyais
Si l’électrique, en pleinne chiche su dusmantche,
on court habie, rutrovu l’ vî quinquet.
Si, dins l’ novê, mointes comps, on s’ î amantche,
les vîs n’ plint mau d’ èsse tentè du s’ risquè.
Mais, là, qwè vlez ? Asteure, dudins les risques,
ostant pèri par là ! C’ n’est pus couru ;
on volle à l’air !Seul’mint, il î fait frisque,
on pière lu pîd, pol pècavî dins l’ bru !
Tot bin tûzè, d’vant d’achèvè l’aousse,
dijans voci :” Tot va bin…s’ i n’ plut nin !
Dj’aurans moutoè, cafougnès dins la bousse
deux-tois biyèts, mais des bons sous, rar’mint.
Dju dvans todis comptè s’la Providence
po no chapè d’ calamitè sus l’ dos ;
Dire nosse Pater, ca po tote amîdrance
on n’ vèt djà waire dû qu’elle est, après tot !
Si, dins l’ progrès, tant vantè po l’aujemince
on s’ plaint au d’pus et on tranne pol lond’mwoin,
Tènons-nos co po l’bonheur dû qui c’mince
Porveu qu’i gn’oye por nos enn’ aurlîe d’ poin (morceau)

P .J. DOSIMONT Aoüt 1932


Dernière édition par lucyin le Jeu 6 Oct - 3:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Jeu 6 Oct - 3:34

Mau pris.

Dja sins assonre, put esse mau pris
Tot bon mènadje brouyè d’esprit *
Si on n’ s’adue dins dins l’ viquadje,
Inque est l’ fardau, l’onte, lu plaingnadje

In ponf laid m’vè, mitan bachu
Arrive à s’ tchamp, tot dusmettu.
Faut, po fautchè, bonrè à stoque,
Çu qu’ est compè, à batte su r’djoque
Sins prinde lu timp du r’batte sa fau
Atame et n’ waite nin, s’pa t’tavau,
L’air lu pouss’rè su les fènasses
Et s’ la ployrète tchonque et ramasse.
I pousse ses ziappes dussus l’ royai
Qu’est l’ pus sovint in niche oûrlai.
A forguinant ainsi l’orîre,
L’ustaye su r’deule vite su enne pîrre.
Est-c’ pa l’ coutai q’i r’drochrè bin ?
Prinde lu martai, c’est co l’ momint,
I s’rot assi, lu nez s’ l’agleume
Et su rméttrot in pô d’ sa fleme
Donrot quéques comps dû qu’ c’est ployè
Et l’ long dol vètche po la r’tinquiè
Comme l’è sa batte du fau trop spèsse
L’aplatich’rot à vive èrèsse,
Lu timp lî manque ; i nn’ fait nin ça !
On l’ vèt mau pris ; n’foutrè rin là.
Ç’n’est nin avu d’pus rawijées
Qu’enne parèye fau raz’rè fourrées,
La lame qu’astot usée devant
S’ trûve mesbridjîe avau l’ tayant !
I n’avance pus, tant qu’ i raiche !
Lu soyon s’rive et il affiche
A s’rulvant, qu l’ loigne fautcheu
N’est nin compeu, mais aratcheu.
Sa fau, qu’è dvu gangnè des tètes
Avu l’cayon, i faut qu’elle grète.
A n’nin tot prinde, il î piadrot.
I scote o fond, i ramasse tot
I c’vèrine totes les pîrîchates,
Do fi d’artchè, bribe du savate
Tot ça lî denne du quoè s’mauvlè
Qu’i n’ aurè nin vite tot rafflè !
Oh ! non, vol ci dins les framoujes !
Comme en’ esprès, la lame î pouje !
Et il est là, qui,waite sa fau
Chaque conp qu’il est ancrè dins l’mau !
Avu l’vinaigue, la pîrre pus rèche,
I n’ fait quausu qu’ des friche t’est frèche
On n’ saurot dire la vesse qu’ i n’n’è
A ç’momint-là, spaude su buè !
Sa rawijeuse, lisse comme la stritche
Aurot dandjie d’pètches po qu’ ça r’tchitche
Pon d’aiwe none paure !Q’quoè l’ rapleinnit ?
Pupon d’ rozée po z’è forni !
D’ponye in boquet, lu solai toque!
Ça bouche su l’ homme comme enne mayoque !
Pîrre, bolinée limot qausu
gn’è pus qu’enne linwe po lètchè d’sus
Chîs saquées battes, qu’ i du fé stoites
Dudins la trèfe, la fiole, pus roites,
à s’aproyant dussus l’ faumin,
il î parvint malaujîmint
Mais ça n’ va pus pa la viroulle !
Lu bouès, tinquiè, ragrayit l’ moule.
Il î dut rmètte in ptit cougnè
Pris à l’ sutritche et l’ rugougnè

Ses brès lourdeus, sa goidje sètchîe,
S’vinte lî fait mau, l’choffla brûtie
I waite autou s’on nu l’ vèt nin
Din sa cramiate, si mau pris d’dins !
Wai qu’ i s’ rulève po enne happée !
Zimm ! I chîtie enne jatte cassée
In djou d’ aousse, l’année du dvant
Et qu’ l’wazon r’covrot mitan !
D’ces cassons-là, i s’ ramémore,
I s’ è marièi d’ponye don, i vorre,
Ca il atrape tos les guignons!
Tot dvint por li di djus d’ognons !
Pusqu’i s’ duspaitche, moinsse qu’il avance,
Moinsse qu’ i randache, pusqu’ i dèpense ?
Su trisse destin l’fait ranairi
Dussus ses faces, des larmes courrèt !
Oisrot-i bin quittè asteure ?
A ponne drovu ? I s’rot sins cœur.
Lî, faut volu foute lu tchamp djû
Feume n’est nin m’tchin, s’ dit l’ mau foutu
Elle è djà tant d’ tchonses à trèche
Dins la maujon ! Ponve djins, qu’elle fèche !
Ah ! i n’ put mau d’ l’ aurgouyè
Ni d’ l’ agritchè fû d’ ses cayès!
L’è djà sondjè d’ lî fé honneure,
A lî codant in doquè d’ fleures !
I s’ prind dlez lèye rude fènèyan
Et s’è tirrè comme in fougnan.
Li, pou s’ vainqui du n’nin esse nawe
S’ la fau n’ va pus et bin qu’elle hae !
I ragrègn’rè à ptits tassais
Su dos, vormint,è tot l’hottai



Dernière édition par lucyin le Jeu 6 Oct - 3:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
lucyin



Masculin Nombre de messages : 609
Age : 63
Localisation : Sidi Smayl Marok
Date d'inscription : 01/08/2006

MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   Jeu 6 Oct - 3:35

Les bons viquants .

Al vîe maujon Ponl Nicolas Debire
onz è trovu, aux potales, vîs fouyus
mais gn’avot mointes foirt malaujîs à lire
d’esse trop mau scrits, û qu’l’intche nu tatchot pus.
Sur zais, bonheur, i d’mèrot d’l’aguaintcheure
comme si v’dîrîz q’do daguè î èst collè !
Po fé ça strique, i n’ fallot pon d’potcheure,
Z’esse des lumçons quand l’è vont sins solè.
Dins « les bais mots », qu c’est ènne onte histoire,
c’est dit, q’fû djîte, des cîs s’ont veu surpris
Pa des barbares. Djà tchitchès comme des poires,
awai qu’adon, s’ont sintu pleins d’esprit !
Foisse du transi, leu cervelle dumaqtée,
i s’ont trainnè in grand djour en congrès
Lu mie coirnè è cronyè sos dictée
les d’visses, les lois et les dècrets
Po tote la race d’enne belle douce rèpublique.
S’les vîs papîs, la frontière nu s’ vèt nin,
Mais c’est des onrdes qui monnront tote nosse clique
Putète, ma frique, fé trannè l’ge,re humain :
Artique premî
Dins tot nosse territoire.
qui s’ dusbrouye fû des mérs, l’ doit est d’findu.
Comme dj’astans fait, dju tchoisichans lu c’toire

Artique deusime.

Lodjes permîches aux pattus.
Bâtis d’ bon bouès, montants et lisses du cresse,
Po les covru, do strin d’ soye bin serrè.
Les parots, spesses, do tinre moirtî s’ les fesses
In long tchapau po s’ piède duvant d’intrè.
Des fonsus staules po q’l’ansenne s’î tasse.
Po les traveures, quéques bardaches du nivau.

L’plantchîe-guernîe, lu tèt n’ lèye waire du place ;
Enn escalier, po grippè d’dins l’hadjau.
Totes petites vittes, des potalles et enne taque
Des lits raclonts, à l’ terre, po qu’on n’ pleuche choyu
Aux plantches duzeus, porveu q’la chûve s’î plaque
Lu feu à l’asse, lu crama réglè dsus
Pon d’ cadorries, mais enne grande tchuminée
avu s’ tûtai. Pus simpe po les trainneus.
Nosse caracole est portant compliquée !
C’est-in lodjisse po s’ î stiquè tot seu.
Palais d’ mol roi, qu’ est mastique et coleure,
conv’nant o çî qu dj’ déclarans l’ pus bê

Artique troisimme.

Sins mèsere et sins heure,
La bonne raison vos mawtrè çu qu’i v’ plaît.
Po des limites, perdez comme l’ouye vos l’ dènne
et n’ comptez nin l’timps d’ prandjîre à l’abri.
Duvant les huches, leyèz to fé s’ l’ansenne,
tote la pus crausse aux cabus do corti.
Des bons royais, abornès aux coutères,
lu poèd des tchamps les ploy’rè au mitan.
des vôyes bin doûces, lu pazai qu’ î rintère,
des hayes supèsses, vos londjinnrez djondant.
Si maugré vos, les maisses du Saint Hubère
vènet v’ tcherdjè d’ paquet d’ contributions,
çu srè d’allè vos trainnè su leus terres
nettiè leus saures po leu pon d’ compassion !
S’faurè d’mèfiè s’i vont querre dol tchau d’ Bure,
ça vz’abim’rè à crèvè sul terrain !
L’coirbau pèpie, mais vos qu’è d’pus d’allûre,
à quéques grainnes près, v’mawiez c’qui d’vairot strin.

Artique quatrime.

Vz êmèz l’ mougnè lèdjère.
Vost’ estomaque est tinre et c’est heureu.
Les mets crotchants, tot si dèrs qu do l’ pirre
c’est po les leus, même s’on dut z’èsse nâreu !
Vos vz’ attatchrez, comme du djusse, à l’ salaude,
A mointes repas, vos srez hônle et crèton.
Là, po provè qu’ v’n’astez nin en fraude,
à l’ taule, sus l’ plat, n’aparuchez qu’adon.
Su les dorées, à l’ cauve, s’ les ronties truques
C’est àl noireur qu’enne niche moin v’ fait soffru.
Poquoè randiè dins des coins dû qu’on s’ tuque ?
Su enne volète, vz’astez digne d’èsse offru.

Artique cinquime

Po rintrè vons dinrées.
çu srè aujî pusquv’ prédichez l’ timps !
Dussus vosse trainne, la terre qu’î est ramassée
V’dirè sûrmint s’ vos plez foute dju û nin.
Comme vos valez bin d’pus qu’enn aurmènaque,
la Tossaint vôye, v’ sintrez qu’i n’ fait nin tchond.
I djale dol nute et d’ djoû, l’ labeur applaque
Dmeure qui vonrè, à l’ djivronde, v’ s’rez raclons

Artique chîjime.

On dut réglè les aiwes.
Les bies c’toirdus haurdèt frècheurs aux prés.
Ça fait des fagnes, c’ n’est nin vos qui les saiwe
Sépant qu’ por vos, la rosée monte esprès.
Nu fjez pon d’ tron po rasgotè les pautches
pasqu l’ bigau est spès, si v’ ronlez d’dins !
Fèjez courates d’enne pichée, nin pus laudje
et v’ cramierez sins v’ dulabrè s’ les strins.
In bon consèye :Vons cousses s’ront mîe d’èsse frèches.
Din la moiteure, vosse pazai v’ sann’rè doû
Pa do sètch timp, vos paradrîz la pai rèche,
Nu comme in vièr ! Abritez-v’, qu’elle nu soue.
Dins les quichautes, c’est bin l’ dialle s’on vz î happe ?
I vaut co mî les bonnes ziappes, les morons.
S’i faut naigè, bin-là, vos, d’èsse à chape,
A enne fontainne, vos cheumes vos sotairont.

Artique septime.

I s’ adjit dol mosseure.
Vos plez, po rin, vêti rich’mint vosse dos.
Pon d’ poèls, ni d’ plèmes s’vosse rombe du transpareure !
Tant pis pol cî qu’irè sins trace pa dzos !
Po vons botons,i s’ront cozus dl’ avière
c’est ça lu s’cret du ridè sins couru !
S’on s’amervie q’vos n’ cherpez nin tot fère,
c’est qu v’ronlez vosse bosse, nin malotru !
Lu conrcelet, la tchmiche et la culote
vont bin assanne, cumachès et collants
Alez s’vons tchausses et la tiasse sins calote,
Po q’ vos bricas s’libèrinchent à r’djiblant.

Artique huitime :

Fèjans tchoi po l’allûre
S’elle est trop vive, malhèreu, pou zoublè
in court voyadje s’rot in plan po v’dustrûre !
Quand vos r’vêrîz, vos s’rîz mau agad’lè.
Alez tot doû, rin d’ té qu’enne sadje lenteure.
quoique vos plîche èsse phénomène d’ouragan (**) voir « Fiasses do drapau »
et honr concours du frantchîse et d’ vigueure
vosse ratche passée, rusoyez co prudent
C’ n’est nin puant qu v’n’alez nin à l’ tchèsse.
Non. Vous perdez à manque des précautions !
A carculant tos les moindes du vons jèsses
Vos djostrez l’ bon, por vos, c’est l’tinrijon.

Artique nûvime :

In pont d’ jimmnastique.

On v’ pailtèrot si vos r’culîz d’èsse trappu !
I gn’ è des grayes chitous, téls les moustiques
qui fjèt mille tours, tint qu’on n’ sé s’ascroupu ?
Ça n’ fait rin, ça ! Quand v’ frîz co enne culbute ?
I gn’ è mèrite por vos d’ fé lu cu pèllè !
Faut vz’adèrri, ça put bin duv’nu rude
vos, sins ochais, lu mol va po v’mov’lè
et tot arrive ; I s’ put qu v’ duvrez batte
Vz’ onz djà dvu crîre ? (*) Asteure, çu n’ est nin l’ tot. (*) aux « bais mots »
Soyez luron, s’on prind l’ bètche û la patte
Oh ! houpe qu’ v’ frez, plaquant l’ nez d’in tissot !
Quand, alondjè, vz’è nn’alez sins frayeure,
on vint vz’ adjonde, rin qu’avu in fustu,
nu v’ ronlez nin comme hurson qu’aurot peure,
d’hont dos et d’ bîle, sul brin, clapez-v’ dussus !
Qué bin por vos ; du v’ tèni d’èquilibe !
Su enne cochate, glissz-î adoit’mint
Mau asployè, vola l’ coron qui r’djipe
Mais, par adresse, çu n’ s’rè qu’in ratoûn’mint !

Artique dîjime.
Perdez place aux cortèches.

Comme c’est l’usadje aux fiasses du nosse canton,
mettez-v’ pa d’vant, on v’ dut bin c’privilèje.
Pa vosse prestance, on put v’ sîre tot do long.
Vormint, voci, on z’è dol belle musique
et po ça fè, gn’ a pon d’ parèy à vos.
Vosse bombardon, c’est l’intrumint l’ pus chique
Djouant en’ air q’ nuque artisse nu savot !
On vos l’ ruc’mande, soyez todis bin gays
s’on pie sur vos, ma foè,v’nul sintrez nin.
C’est enne belle fin, les ontes haurdèt leus playes
Fèjez tot çà, lum’çons, vos srez des bins.
Vos qui mougnez la djotte sins la parbourre
Saucez l’ cabu, les momints q’ z’astez d’sus.
Nul rovièz nin. N’temez jamais d’è coure
A rgougne-muzai quoè sohaitrîz djà d’pus ?
Dju cloturans nosse premîre assannée
Des ontes è froint pus taure et si l’ con l’ vaut

An’ atindant, staurès dins la fourrée
dju vons nos prinde onte tchonse que des coirbaus,
des tchins, des leus qui n’ savèt t’ni à place,
Nos dnant sept ans po passè l’pont. Qué front !
Aux caracoles, dj’catournans totes ses faces,
et c’est nosse djîte. Ces courreus là n’n’ont pon .

P.J DOSIMONT. Juin 1931
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aberteke.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: P.J. Dosimont   

Revenir en haut Aller en bas
 
P.J. Dosimont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Li walon d\'èmon nos-ôtes :: Scrijeûs(e)s-
Sauter vers: